Oh Boy

De : Jan-Ole Gerster

Avec Tom Schilling, Katharina Schüttler, Justus Von Dohnanyi, Ulrich Noethen

Année: 2013

Pays: Allemagne

Genre: Drame, Comédie

Résumé :

Niko, Berlinois presque trentenaire, éternel étudiant et rêveur incorrigible, s’apprête à vivre les vingt-quatre heures les plus tumultueuses de son existence : sa copine se lasse de ses indécisions, son père lui coupe les vivres et un psychologue le déclare « émotionnellement instable ». Si seulement Niko pouvait se réconforter avec une bonne tasse de café ! Mais là encore, le sort s’acharne contre lui…

Avis :

Né en 1978, Jan-Ole Gerster a débuté sa carrière dans la société de production X Filme Creative Pool. En fait, c’est après avoir vu que tous les films allemands qu’il avait en sa possession étaient tous produits par la même société qu’il a décidé qu’il ne travaillerait pour nulle autre. Pour réussir, le jeune homme a donc envoyé une candidature spontanée et comme cette dernière n’a pas trouvé de réponse, il a harcelé la production de coups de téléphone jusqu’à ce que cette dernière finisse par lui répondre. Il va y travailler deux ans comme assistant, notamment pour Wolfgang Becker avec qui il travaille sur « Good Bye Lenin !« .

Après un documentaire en 2004, Jan-Ole Gerster sort son premier film en 2013, il s’appelle « Oh Boy« , et il va créer la surprise au box-office allemand, et ira même jusqu’à remporter six Lola (l’équivalent de nos Césars). Pour son premier film, Jan-Ole Gerster démontre une envie de cinéma très forte. Entre François Truffaut et Woody Allen, « Oh Boy » est une échappée poétique et mélancolique dans les rues de Berlin aux côtés d’un personnage attachant, tenu par le très bon Tom Schilling.

Niko, la trentaine, est un doux rêveur qui ne sait pas quoi faire de sa vie. D’ailleurs, cette vie va être bousculée dans les vingt-quatre prochaines heures. Son père, pour son bien, décide de lui couper les vivres, sa copine en a par-dessus la tête de ses indécisions, un psychologue le juge presque alcoolique et une rencontre dans un bar va le faire réfléchir. Et si seulement il arrivait à boire une tasse de café, ça irait sûrement mieux, mais là encore, on dirait que le sort s’acharne sur lui.

Pour son premier film, l’allemand Jan-Ole Gerster a décidé de se plonger dans une échappée sauvage en noir et blanc dans Berlin et si l’on peut dire que « Oh Boy » est une jolie réussite pleine de charme, c’est surtout une réussite qui est assez audacieuse et qui nous fait découvrir un jeune cinéaste qui déborde d’envie de cinéma.

« Oh Boy« , comme je le disais plus haut, est un film qui conjugue des inspirations de la nouvelle vague avec un gros soupçon de Woody Allen, le tout livré avec un caractère, une patte et une ambiance. L’ensemble fonctionne à merveille et l’on se plaît à suivre les mésaventures nostalgiquement drôles de son jeune héros, qui rappelle les meilleurs personnages de Woody Allen.

« Oh Boy« , c’est vingt-quatre heures de la vie d’un personnage. Jan-Ole Gerster nous plonge dans cette vie faite de pas-grand-chose et si beaucoup de réalisateurs se seraient cassés les dents avec un scénario comme celui-là, le metteur en scène allemand sait exactement ce qu’il veut nous raconter et comment il veut le raconter. Son scénario est beau et touchant, car au fur et à mesure de cette journée, il fait évoluer son personnage, qui va prendre peu à peu conscience de lui-même. Il y a quelque chose de très simple qui se dégage du film, et de cette simplicité naît une évidence et au-delà de cela, Jan-Ole Gerster nous donne envie de suivre son Niko n’importe où tant ce jeune looser est attachant. Attachant car fragile, finalement, ce dernier est perdu dans sa vie, il est perdu avec lui-même. Jan-Ole Gerster a parfaitement écrit son personnage. Personnage qu’il a d’ailleurs écrit pour Tom Schilling en personne et il est vrai que l’acteur est absolument parfait dans le rôle, on ne voit personne d’autre tant il est bon, nous faisant autant sourire qu’il nous touche, et ce dernier apparaît comme l’une des très grandes forces de ce film.

L’autre grande force de ce film, c’est évidemment son visuel, son esthétique et son ambiance. Si le scénario traite bien son personnage, plus qu’une intrigue bien développée, ce dernier est renforcé par la mise en scène sublime que Jan-Ole Gerster nous offre. « Oh Boy« , c’est un film qui déborde de cinéma à chacun de ses coins. C’est un film bourré d’idées où rien n’est laissé au fruit du hasard. Non, chaque cadre, chaque mouvement, ou encore chaque note de la superbe BO de The Major Minors et Cherilyn MacNeil, traduit son personnage, ça souligne ses émotions, ses envies, ses espoirs, ses désespoirs. Tout ceci mélangé dégage alors beaucoup de poésie et pose Jan-Ole Gerster comme un réalisateur à suivre.

Ces vingt-quatre heures dans la vie de ce jeune homme sont une jolie réussite. Une ambiance poétique, du noir et blanc, du Jazz, un acteur épatant, un côté nostalgique, des inspirations, des hommages, des clins d’œil, puis Berlin, magnifique personnage de ce film. Non franchement, « Oh Boy » et une très belle surprise qui nous présente un réalisateur, Jan-Ole Gerster, qu’on a déjà envie de retrouver.

Note : 16/20

Par Cinéted

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Facebook : Lavisqteam.fr – Contact: lavisqteam@laposte.net