Complices

De : Frédéric Mermoud

Avec Gilbert Melki, Emmanuelle Devos, Nina Meurisse, Cyril Descours

Année : 2010

Pays : Suisse, France

Genre : Policier

Résumé :

Dès leur premier regard échangé dans un cybercafé, Vincent et Rebecca se sont aimés. Ils sont jeunes, à peine 18 ans, et regardent la vie avec insouciance.
Pourtant, deux mois plus tard, le corps de Vincent est retrouvé dans le Rhône et Rebecca a disparu.
L’inspecteur Hervé Cagan et sa coéquipière Karine Mangin sont chargés de l’enquête. Alors qu’ils remontent le fil de l’histoire d’amour qui liait à la vie à la mort Vincent et Rebecca, Hervé et Karine se retrouvent confrontés aux failles de leurs propres vies…

Avis :

Réalisateur Suisse, Frédéric Mermoud, c’est le mec dont on n’entend pas beaucoup parler et à juste titre, puisque le cinéaste est assez discret, tout comme ses projets. L’homme traverse les années 2000 avec des courts-métrages, dont un qui ira même aux César. « Complices » est son premier film, qui recevra d’ailleurs le Prix Suisse du meilleur scénario au festival de Locarno.

Découvert en 2016 avec son deuxième long-métrage, le très bon « Moka« , un thriller avec Emmanuelle Devos et Nathalie Baye que je vous invite fortement à découvrir, je me plonge aujourd’hui dans la première œuvre de Frédéric Mermoud, et même si cette dernière est moins bonne et moins forte que son deuxième film, « Complices » reste un film intéressant qui démontre déjà que son réalisateur a de l’ambition.

Vincent et Rébecca se sont rencontrés dans un cybercafé et dès qu’ils se sont croisés, il s’est passé quelque chose entre eux. Leur idylle aura duré deux mois, jusqu’à ce que le corps de Vincent soit repêché. Que s’est-il passé ? Alors que les inspecteurs Cagnan et Mangin enquêtent, en flashbacks, les deux jeunes gens s’aiment et profitent de chaque instant.

« Complices« , premier film de Frédéric Mermoud, est le genre de film qui a ses maladresses et ses petits défauts, mais qui demeure néanmoins fait avec sincérité et une envie de cinéma voyante dès ses premières scènes.

Ce qui est intéressant et en même temps assez classique avec « Complices« , c’est la façon dont son réalisateur nous raconte deux histoires en parallèle. Certes, c’est un fil rouge qu’on a déjà vu beaucoup de fois au cinéma et dans un sens, Mermoud n’apporte rien de neuf, mais il le fait avec efficacité, et finalement, on se laisse entraîner dans son film sans mal aucun.

Le scénario écrit par Frédéric Mermoud est intéressant, parce qu’il construit d’un côté d’excellents personnages et de l’autre, il nous entraîne dans un monde que le cinéma explore assez peu, la prostitution des jeunes et ainsi, plus particulièrement la prostitution homosexuelle, alors même que le personnage principal ne l’est pas.

« Complices« , c’est donc deux lignes directrices et si le film souffre d’un effet de trop, donnant l’impression de ne pas aller au bout de ses réflexions, car il a trop de sujets à traiter en à peine une petite heure et demie, l’enquête des deux flics, l’histoire d’amour, la prostitution, le mystère qui entoure la mort du jeune homme, la disparition de son amie, cette histoire de chantage, l’ambiguïté entre certains personnages, l’envie de justice et le sens de cette dernière… Bref, et j’en oublie. C’est trop, même si ça reste intéressant. En fait Frédéric Mermoud aurait gagné à plus resserrer ses sujets, ce qui aurait rendu le tout plus impactant. Après, comme je le disais, même s’il y a un effet de trop, « Complices » reste un film tout à fait sympathique à découvrir et au-delà de ça, il reste un moment de cinéma qu’on se plaît à découvrir, notamment parce que le film tient un joli cachet du point de vue de sa réalisation et il entretient bien son mystère.

« Complices« , c’est une ambiance froide, malsaine parfois, une ambiance qui met assez mal à l’aise, et en même temps, c’est un film qui est capable d’être lumineux, notamment quand Frédéric Mermoud met en scène son histoire d’amour. S’il y a un effet de trop dans son scénario, on notera que Frédéric Mermoud réussit très bien à mettre en scène aussi bien son enquête, le milieu de la prostitution, allant même assez loin dans certaines scènes sexuelles. À noter la superbe BO de Grégoire Hetzel. Une BO fabuleuse, pleine de nuances, de tendresse, d’envolées, de poésie. Une BO qui peut aisément s’écouter bien en dehors du film.

Si « Complices » séduit aussi et fonctionne, c’est grâce à ses comédiens. Gilbert Melki et Emmanuelle Devos en duo de flics sont excellents, surtout dans les derniers moments de l’enquête, où ils vont devoir faire face à un choix assez terrible. Mais il est vrai que les deux se font voler la vedette par les jeunes que Frédéric Mermoud a engagés. Cyril Descours est un excellent acteur, et ici, il fait des merveilles en jeune prostitué un peu paumé. En face de lui, on trouve Nina Meurisse qui est une grande révélation. Habitué du cinéma de Frédéric Mermoud, puisqu’elle joue dans nombre de ses courts-métrages, et si elle a depuis prouvé qu’on pouvait compter sur elle dans le paysage du cinéma français, elle trouve ici son premier rôle important et ce dernier est très loin d’être facile.

« Complices » est donc un film qui mérite qu’on s’y arrête et ça, même si tout n’est pas parfait. Bien souvent, comme dans beaucoup de premier film, l’envie de trop en raconter est présente, et si l’on se perd un peu dans les méandres de ses sujets, si Frédéric Mermoud ne va pas au bout de tout, son « Complices » reste un moment de cinéma intriguant, « malaisant » parfois et au-delà de ça, surtout intéressant. Intéressant dans ce qu’il raconte et dans ce qu’il propose comme cinéma. À voir donc.

Note : 13/20

Par Cinéted

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Facebook : Lavisqteam.fr – Contact: lavisqteam@laposte.net