Mon Chien Stupide

De : Yvan Attal

Avec Yves Attal, Charlotte Gainsbourg, Eric Ruf, Pascale Arbillot

Année : 2019

Pays : France

Genre : Comédie

Résumé :

Henri est en pleine crise de la cinquantaine. Les responsables de ses échecs, de son manque de libido et de son mal de dos ? Sa femme et ses quatre enfants, évidemment ! A l’heure où il fait le bilan critique de sa vie, de toutes les femmes qu’il n’aura plus, des voitures qu’il ne conduira pas, un énorme chien mal élevé et obsédé, décide de s’installer dans la maison, pour son plus grand bonheur mais au grand dam du reste de la famille et surtout de Cécile, sa femme dont l’amour indéfectible commence à se fissurer.

Avis :

Yvan Attal est un des acteurs français qui tourne le plus. Passant du cinéma populaire au cinéma d’auteur avec tout autant de talent, la carrière d’Yvan Attal est passionnante à suivre. Mais l’acting n’est pas la seule corde qu’il a à son arc, car Yvan Attal est aussi réalisateur et c’est un bon, voire un très bon réalisateur. « Ma femme est une actrice« , « Ils se marièrent et eurent beaucoup d’enfants« , « Do not disturb« , « Ils sont partout » et « Le brio« . Si l’on ajoute à cela son excellent court-métrage dans « New York I Love You !« , Yvan Attal nous a très peu déçu.

« Mon chien Stupide » est son sixième long-métrage en tant que réalisateur et c’est un film que j’attendais particulièrement, car dans sa bande-annonce, il avait l’air d’être l’un des films les plus intimes de son réalisateur. Un film abordant le couple et le temps qui passe et s’il est vendu comme une comédie, il n’en est rien, « Mon chien Stupide » est bien un drame, un beau drame, certes imparfait, un poil longuet, peut-être un peu trop auteurisant, mais il reste un film touchant, voire même prenant, et surtout un film qui dans ce qu’il raconte nous parle à tous. Bref, on passe un bon moment qui s’inscrit bien dans la filmographie d’Yvan Attal.

Henri a la cinquantaine passée. Écrivain quelque peu raté, marié depuis vingt-cinq ans, ayant eu quatre enfants, Henri s’ennuie dans sa vie. Sa vie, à ses yeux, rime plus avec échec et manque de libido qu’épanouissement. Henri rêve en secret de tout plaquer, malgré l’amour qu’il voue à sa femme et ses enfants. Alors qu’il rentre chez lui, un soir de pluie, sa vie va changer radicalement quand il trouve un chien dans son jardin.

Yvan Attal et Charlotte Gainsbourg, un couple mythique qui tient à travers les années depuis la fin des années 80. Ils sont beaux ensemble, ils sont talentueux, ça fait toujours plaisir de les voir réunis à l’écran, surtout quand Yvan Attal propose un film comme « Mon chien Stupide« .

Sur le papier, « Mon chien Stupide » a bien des atouts pour dire qu’il est une comédie, et d’ailleurs, il est vrai qu’on sourit beaucoup devant le film, voire même on se marre bien, la scène du joint par exemple est presque mythique, mais au-delà des sourires et des frasques de ce chien qui porte vraiment très bien son nom, le dernier né d’Yvan Attal est avant tout un drame, et un beau film qui parle de la famille, de l’amour et du temps qui passe.

« Mon chien Stupide » (À savoir que je n’ai pas lu le roman de John Fante) est un film qui oscille donc entre drame et comédie, le tout livré avec cynisme, voire même une grosse touche de dépression. Avec ce script, Yvan Attal n’y va pas par quatre chemins et s’enfonce bien dans la dépression de son personnage, dans ses doutes, ses suffisances et ce sentiment d’être piégé, de ne plus savoir que faire, quoi dire, où aller et comment y aller. Il est vrai que certains propos tenus par le personnage sont radicaux, et peuvent même déranger quelque peu, mais ils sont bien dosés par Yvan Attal et surtout, ils sont logiques et cohérents dans les remises en cause de son personnage.

« Mon chien Stupide« , c’est un film qui prend comme prétexte l’entrée d’un chien dans une maison et une famille pour analyser cette dernière. Yvan Attal parle ici de l’amour et l’usure du temps. Il parle de la famille, et comment on peut l’aimer au plus fort, tout en souhaitant autre chose. C’est un film qui aborde les regrets et les remords dans un couple. Attal et Gainsbourg sont beaux et justes, et l’on est touché par cette relation complexe, parfois étouffante, d’autres fois pleine de lumière. Les dialogues sont bien ciselés, et rien n’est laissé au hasard, tout ici a un sens et sert cette intrigue. On regrettera de temps en temps une voix off trop présente, ce qui donne des allures un peu pompeuses à l’ensemble. Mais Yvan Attal se rattrape toujours et distille toujours de petites touches de comédie à droite et à gauche à travers son film pour l’aérer, ce qui est bien vu.

Avec ce film, Yvan Attal parle aussi d’un sujet assez rare finalement, celui des grands enfants, la vingtaine passée, qui habitent toujours chez leurs parents. Il parle de cette envie de les voir partir, de cette envie qu’ils aient le meilleur, et surtout de l’acceptation de leur choix de vie, même si ces derniers ne sont pas forcément ceux rêvés.

On notera l’excellente interprétation de tous les comédiens qu’on trouve. Les enfants tenus par Adèle Wismes, Ben Attal, Pablo Venzal et Panayotis Pascot. Eric Ruf, Oscar Copp ou Pascale Arbillot sont tout aussi bon. Mais force est de constater que « Mon chien Stupide« , c’est Yvan Attal et Charlotte Gainsbourg qui rayonnent encore une fois, crèvent l’écran, seul ou ensemble. On mentionnera aussi Stupide, ce superbe Mâtin de Naples qui est à tomber.

Pour le reste, comme je le disais plus haut, « Mon chien Stupide » n’est pas non plus le film parfait. Il est vrai que parfois Yvan Attal se la joue trop auteur, notamment avec cette voix off et ce qu’elle nous raconte. Le film a aussi une tendance à s’étirer, ce qui casse un peu son rythme. Et si le fond est très beau, la forme est un peu flemmarde, dans le sens où c’est beau, mais peu de moments sont vraiment marquants. On pourrait presque dire qu’Yvan Attal livre un film académique.

Bref, à bien des sujets et des thèmes, « Mon chien Stupide » est plus subtil et intelligent qu’il n’y parait et même s’il est imparfait, qu’il traîne un peu sur la longueur, il demeure un film qui nous offre quelque chose d’intéressant, quelque chose qui touche, et dans un sens, qui fait du bien. À voir.

Note : 14/20

Par Cinéted

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Facebook : Lavisqteam.fr – Contact: lavisqteam@laposte.net