Elvenking – Reader of the Runes – Divination

Avis :

Le monde du Métal Sympho est un genre assez prisé de nos jours et qui trouve grâce face à de nombreuses oreilles, que ce soit les amateurs de musique soft, comme ceux qui aiment les choses plus sophistiquées. Malheureusement, il faut trouver une identité, une originalité pour se démarquer des autres et finalement marquer de son empreinte ce genre grandiloquent. Et il vrai qu’il y a du monde au portillon, surtout d’un point de vue chanteuse lyrique, car elles commencent à être très nombreuses sur le devant de la scène. Elvenking est un groupe de Sympho italien qui existe depuis 1997 et qui a la particularité de mettre en avant un chanteur à la voix claire, mais loin de tout lyrisme ou de tout chant guttural proche du growl. Ici, Damna possède une belle voix, mais sans grosse particularité, ne pouvant aller dans les aigus ou dans les graves profonds. Cela n’a pas empêché le groupe de sortir des sentiers battus et de faire pas moins de dix albums, malgré un ventre mou en 2007 avec un album reçu très froidement. Qu’importe après plus de vingt ans d’existence, le groupe se lance dans un nouveau projet, un album concept en deux parties qui va parler de magie, et Reader of the Runes – Divination amorce un nouveau départ pour le groupe, allant toujours piocher dans le Métal Sympho et les compos épiques, mais avec aussi un aspect plus grand public, plus populaire, qui ne renie pas pour autant son héritage folk. En bref, une bonne surprise dans un univers pourtant très codifié.

Le skeud débute avec Perthro, une introduction tout ce qu’il y a de plus simple, mais qui donne fortement envie d’aller au titre suivant, promettant un style reconnaissable parmi tous les autres, à savoir un Métal Sympho avec quelques poussées Folk. Heathen Divine se lance alors et commence avec un duo de guitares sèches du plus bel effet. Bien évidemment, cela ne dure pas bien longtemps avant de faire parler la foudre et de lancer la mélodie sur quelque chose de plus grandiloquent, avec ce qu’il faut de chœurs féminins pour renforcer une ambiance déjà très marquée. Lorsque le chant commence, le rythme s’emballe et on ressent vraiment l’aspect épique de la chose. Sans en faire des caisses, le groupe offre un morceau à la fois lourd et mélodique et qui n’oublie son côté folk avec l’ajout d’instruments médiévaux. Quand on évoquait en introduction l’aspect plus pop du groupe, on le retrouve avec Divination et son superbe violent qui met en avant une mélodie très punchy et qui accroche immédiatement les tympans. Le titre est assez violent au niveau des riffs, mais il détient un refrain impeccable qui reste en tête un loin moment. Et c’est là tout le talent du groupe, qui offre quelque chose de conventionnel tout en gardant son identité et son amour pour les violons au sein d’une rythmique assez rapide. Silverseal évoquera les grandes épopées en mer avec cette fois-ci des riffs plus doux, mais une mélodie plus marquée par les violons qui deviennent très redondants pour appuyer un aspect folk très agréable. The Misfortune of Virtue démontre que le groupe n’a pas renié ses racines et offre un titre long, complexe, à l’énergie communicatrice et qui s’avère être un pivot au sein de l’album. Eternal Eleanor sera un pur titre folk, d’une beauté sidérante au départ des couplets, avant de partir sur un refrain plus puissant. C’est bien foutu et donne immédiatement envie de hocher la tête au rythme des grattes.

La seconde moitié de l’album commence avec Diamonds in the Night qui est tout simplement un interlude permettant de lancer le titre suivant, Under the Sign of a Black Star. Avec un début bien plus nerveux qu’à l’accoutumée, puis des riffs qui vont vite partir en cacahuète avec une lourdeur qui n’est pas présente dans les autres titres, ce morceau se veut le plus sombre et le plus lourd de l’album. Le résultat est surprenant, la structure est plus complexe que sur d’autres titres plus courts et globalement, on ne peut qu’être satisfait par ce titre à la fois entêtant et dark. Mais le plus rude arrive avec Malefica Doctrine, qui débute comme un morceau de Black Pagan, la double pédale ne lâchant pas un rythme d’enfer et des chœurs féminins vont scander le titre de manière grandiloquente. Par la suite, le titre va très vite et on aura même droit à quelques growl en second plan lors du refrain pour appuyer l’aspect bien sombre de l’ensemble. Le plus étonnant, c’est que très rapidement, le titre s’adoucit pour repartir ensuite, dans une variation spectaculaire, mais qui fait tout le charme du groupe et de cet album. Sic Semper Tyrannis sera plus dans un délire Sympho Power et étrangement, il marquera moins que le reste malgré une belle orchestration et quelques ajouts de cuivres qui donnent à l’ensemble un côté épique qui n’est pas piqué des vers. Un peu comme Warden of the Bane, mais cette fois-ci, c’est dans l’aspect Power Death mélo que l’on retrouve ce délire. Fort heureusement, Reader of the Runes – Book I sera la pièce maîtresse de l’album, dépassant les dix minutes sans jamais créer d’ennui et jouant constamment sur les variations de rythmique et les instruments qui sortent de l’ordinaire. Cela donne une forte envie de danser lors d’une fête médiévale.

Au final, Reader of the Runes – Divination, le dernier album en date d’Elvenking, est une réelle bonne surprise et entame un album concept de la meilleure des façons. A la fois nerveux et mélodique, varié et brassant plusieurs genres, le groupe essaye des choses, sort souvent de sa zone de confort pour offrir un album riche et complet qui ravira aussi bien les amateurs de Sympho, que ceux qui écoutent plutôt du Power. Bref, une réussite malgré une paire de titres un peu en deçà du reste.

  • Perthro
  • Heathen Divine
  • Divination
  • Silverseal
  • The Misfortune of Virtue
  • Eternal Eleanor
  • Diamonds in the Night
  • Under the Sign of a Black Star
  • Malefica Doctrine
  • Sic Semper Tyrannis
  • Warden of the Bane
  • Reader of the Runes – Book I

Note: 16/20

Par AqME

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Facebook : Lavisqteam.fr – Contact: lavisqteam@laposte.net