octobre 26, 2020

Perdrix

De : Erwan Le Duc

Avec Swann Arlaud, Maud Wyler, Fanny Ardant, Nicolas Maury

Année : 2019

Pays : France

Genre : Comédie

Résumé :

Pierre Perdrix vit des jours agités depuis l’irruption dans son existence de l’insaisissable Juliette Webb. Comme une tornade, elle va semer le désir et le désordre dans son univers et celui de sa famille, obligeant chacun à redéfinir ses frontières, et à se mettre enfin à vivre.

Avis :

Jeune venu dans le paysage du cinéma français, Erwan Le Duc fut journaliste sportif à la rédaction du journal Le Monde. En parallèle de ses articles, Le Duc écrit et réalise des courts-métrages et c’est en 2016 que le jeune cinéaste se fait repérer avec « Le soldat vierge« , un film d’une quarantaine de minutes qui narre le destin d’un jeune soldat qui n’a jamais connu l’amour. Le court-métrage a impressionné, notamment au festival de Cannes.

Trois ans après ce court-métrage, voici qu’Erwan Le Duc présente son premier long-métrage. Encensé par la presse qui y voit le renouveau de la comédie romantique, emporté par une bande-annonce qui déborde d’originalité, ce premier film avait bien des arguments pour nous faire passer un bon moment, mais malheureusement, si l’idée est amusante, et si le film est parcouru de très jolis moments, « Perdrix » est un film qui ennuie. « Perdrix » est un film qui donne l’impression que tous comptaient sur le côté décalé de ces personnages et son histoire, mais il faut plus pour que la sauce prenne et s’il est clair qu’on voit bien une patte et l’univers de son réalisateur, il manque vraiment un rythme, une attache, une accroche pour que « Perdrix » nous entraîne de bout en bout.

Juliette vient de se faire voler sa voiture dans laquelle il y avait toute sa vie. Alors qu’elle était en migration comme elle le dit elle-même, une femme entièrement nue lui a volée sa voiture et sa vie sur une aire de repos. Quand elle porte plainte, en plus d’apprendre que la région a des soucis avec des révolutionnaires nudistes, elle fait surtout la connaissance du capitaine Pierre Perdrix, trente-sept ans, bien dans sa routine, qui n’attend trop rien de la vie et qui finalement se cache à elle, derrière cette routine. Cette rencontre étrange va être, pour ces deux êtres que tout oppose, certainement le plus beau des évènements de leur vie.

Emporté par une bonne presse, et comme je le disais plus haut, présenté avec une bande-annonce qui avait tout d’originale, offrant un film qui pouvait réinventer, ou du moins bousculer, les codes de la comédie romantique, ce premier film d’Erwan Le Duc était une petite et douce attente, mais à la sortie de la projection, malgré toutes les belles idées, et le film en foisonne, malheureusement « Perdrix » fut une déception. Une déception car malgré toutes les belles volontés, les envies de bousculer les choses, la patte, l’univers, les comédiens très bons pour la plupart, « Perdrix » est un film qui va amuser pendant sa première demie heure, présentant une idée qu’on qualifiera même de géniale, mais une fois passé ce début impeccable, la sauce a bien du mal à prendre et finalement le temps semble long et plus l’intrigue se dévoile et plus finalement « Perdrix » est une frustration.

Le truc avec « Perdrix« , c’est que ce n’est pas un mauvais film, non, on pourra même dire que sur ensemble, c’est un film qui est attachant, aussi bien dans sa démarche, son idée, que pour son duo principal qui est formidable. D’ailleurs, il est certain que sans Maud Myler et Swann Arlaud, le film d’Erwan Le Duc ne serait pas aussi attachant, tant le réalisateur a su trouver le duo qu’il fallait. Quand Maud Wyler est une très belle révélation, amusant de son naturel brut de décoffrage, Swann Arlaud va étonner, changeant de registre, s’essayant à autre chose, ce qui lui va très bien.

Mais voilà, une fois dépassée la très bonne idée, les très bons comédiens, et bien « Perdrix« , c’est typiquement le genre de film qui se perd dans son idée et surtout dans son envie de bousculer les choses. Alors on ne pourra pas reprocher à Erwan Le Duc de proposer autre chose, de bousculer les codes et de nous offrir un univers décalé à l’extrême, mais malheureusement et tristement même, le tout ne prend pas. Alors le film a bien des envolées, des moments drôles, d’autres bourrés de charme, de poésie, et même d’émotions, mais à chaque fois que « Perdrix » nous emporte, en peu de temps, le tout retombe et finalement entre ces envolées, l’ennui s’installe. On reste alors attentif, se disant que les petits coups de mou sont juste des moments où le film se cherche, mais rien n’y fait et finalement, on se rend compte que tout le film sera ainsi. Erwan Le Duc se perd dans cette histoire, s’arrêtant sur des idées qui ont du mal à fonctionner, et qui donnent l’impression d’être présentes uniquement pour faire du « décalage ». Je pense à tout ce qui est fait autour de la reconstruction d’une bataille, ou encore autour du personnage de Nicolas Maury et sa passion peu commune pour les vers de terre. En fait, là où le film fonctionne à merveille, c’est dans son côté comédie romantique, quand il s’arrête sur ces deux personnages, sur leurs moments ensemble ou seuls et finalement, on reste déçu et frustré que le réalisateur et scénariste ne se soit pas plus concentré sur ces deux-là.

Entre déception et attachement, « Perdrix » est un film dont on ressort mitigé. Comme je le disais, il est loin d’être un mauvais film, malgré le fait que le tout ne fonctionne pas. Erwan Le Duc déborde d’idée et en un premier film, il pose un univers, un style, mais entre les envolées et les moments touchants de son film, sur l’ensemble, « Perdrix » se fait désirer et au final, malgré toutes les belles intentions, on s’ennuie et ça, c’est vraiment dommage. En espérant alors que le prochain Erwan Le Duc soit prenant, car je le répète, le style est là, l’univers est là et le tout, malgré les défauts, est attachant.

Note : 09/20

https://www.youtube.com/watch?v=RZ3hR84uumo

Par Cinéted

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.