Femmes au Bord de la Crise de Nerfs

Titre Original : Mujeres al Borde de un Ataque de Nervios

De : Pedro Almodovar

Avec Carmen Maura, Antonio Banderas, Julieta Serrano, Maria Barranco

Année : 1989

Pays : Espagne

Genre : Comédie, Drame

Résumé :

Actrice de doublage, Pepa vient de se faire plaquer par son amant et partenaire, Iván. Elle met le feu à son lit, pile des somnifères dans le gaspacho et… coup de sonnette : le propre fils d’Iván et sa fiancée, Marisa, viennent visiter l’appartement. Coup de sonnette : Candela, une amie, débarque, affolée — son dernier béguin, un terroriste, doit faire sauter un avion, justement celui que va prendre Iván avec sa nouvelle maîtresse. Coup de sonnette : Lucía, la femme d’Iván, surgit avec un revolver.

Avis :

Jusqu’à ce film, Pedro Almodóvar est un jeune cinéaste qui monte doucement, mais sûrement, en Espagne. Il faut dire que le cinéaste a une liberté de ton et un amour pour les personnages hauts en couleurs qui ne passent pas inaperçu. Si son premier film à être distribué sort en 1980, ce n’est que neuf années plus tard que Pedro Almodóvar va trouver une reconnaissance internationale, avec ce loufoque et encore une fois très coloré, « Femmes au bord de la crise de nerfs« .

Récompensé par pas moins de cinq Goya, dont les prestigieux meilleur film, scénario et actrice, « Femmes au bord de la crise de nerfs » est donc le premier très gros succès de Pedro Almodóvar et quand on découvre le film, on comprend très bien pourquoi. Drôle, dingue, et en même temps touchant, débordant de cinéma, d’idées, « Femmes au bord de la crise de nerfs » c’est des engueulades hilarantes, c’est des histoires d’amour qui partent dans tous les sens pour notre plus grand plaisir. C’est léger, c’est coloré, ça fait du bien, bref, c’est du Almodóvar comme on l’adore.

Pepa est une actrice de doublage qui vient de se faire plaquer par son amant, le ténébreux Iván. Pepa est au bord du suicide, et alors qu’elle broie du noir, la sonnette de son appartement retentit une première fois… Des visiteurs… Puis cette sonnette ne va pas s’arrêter de retentir, ce qui va donner lieu à des visiteurs qu’elle n’aurait jamais pu imaginer…

Dans mon apprentissage de la filmographie de Pedro Almodóvar, il y a d’abord eu « Tout sur ma mère« , qui fut un choc émotionnel comme rarement à l’époque j’en avais pris. Bien entendu, j’avais voulu en reprendre une dose et « Femmes au bord de la crise de nerfs » s’était imposé, car il faisait (et reste encore aujourd’hui), l’un de ses plus connus. Quelle ne fut donc pas ma surprise alors en découvrant un film diablement différent de mon premier Almodóvar. Diablement différent, mais tout aussi passionnant.

« Femmes au bord de la crise de nerfs » est donc une comédie complétement dingue que nous offre le cinéaste ibérique. C’est une comédie qui a tendance à partir dans tous les sens, mais jamais elle n’échappe à son réalisateur qui sait parfaitement ce qu’il veut et surtout où il veut aller. Sorte de huis clos amoureux et dépressif dans un appartement de Madrid, « Femmes au bord de la crise de nerfs« , c’est du Pedro Almodóvar à 200 %.

Ce qui fait que ce film est génial, ce sont ces personnages très hauts en couleurs que Pedro Almodóvar s’est amusé à imaginer le plus dingue possible. Franchement, tous sont passionnants, tous ont un grain de folie qui provoque des sourires incontrôlés. Ensuite, en plus d’avoir écrit des personnages dingues, Almodóvar nous gratine de dialogues à tomber par terre. Comment ne pas rire aux éclats parfois, face à des répliques inattendues et plus largement comment ne pas rire face à des situations inattendues. Car oui, si les personnages sont magiques, les répliques aussi drôles que tordues, « Femmes au bord de la crise de nerfs« , c’est aussi une intrigue inattendue. Une intrigue qui nous entraîne sur plusieurs sentiers et il est vrai, je ne peux le nier, qu’il faut aussi arriver à entrer dedans. Si jamais vous êtes hermétique au style d’Almodóvar, ce n’est pas ce « Femmes au bord de crise de nerfs » qui va vous aider à apprécier le style du réalisateur.

Comme toujours chez le réalisateur, son amour pour les femmes transpire à l’écran. Pour l’occasion, il réunit encore une fois un casting merveilleux. Offrant le premier rôle à Carmen Maura (qui décrochera le Goya de la meilleure actrice), la comédienne y est brillante de bout en bout. Drôle, cynique parfois, poétique d’autrefois, elle est si bien dans la peau de ce personnage qu’on a bien du mal à voir qui d’autre aurait pu tenir le rôle de Pepa. Ce constat, on le fait aussi avec Julieta Serrano qui est incroyable et drôle dans ce film. Habillée façon Jackie Kennedy kitsch, l’actrice tient un personnage qu’on adore et elle peut aussi se vanter d’avoir à elle seule l’un des plans les plus marquants de la carrière du cinéaste (quand il la filme, cheveux au vent sur une moto). Pour le reste de ce génial casting, on peut compter sur les habitués du réalisateur, Antonio Banderas, Rossy de Palma, Chus Lampreave, Kiti Manver

Enfin, « Femmes au bord de la crise de nerfs« , c’est un film qui déborde d’idées de mise en scène. C’est un film qui peut sonner comme un peu kitsch, mais c’est entièrement voulu par son réalisateur et les années qui ont passé n’ont fait que bonifier le tout. Mené avec un rythme qui ne faiblit jamais, Almodóvar n’arrête pas une minute ici, offrant toujours quelque chose de drôle et d’inattendu à son spectateur. Il y a une vraie générosité qui se dégage de cette œuvre, tout comme il s’en dégage aussi une envie de cinéma à tout instant. « Femmes au bord de la crise de nerfs« , c’est le parfait mélange encore comédie, drame, burlesque, absurde, le tout offert avec une pointe d’émotion.

Vous l’aurez donc compris, « Femmes au bord de la crise de nerfs » est un petit délice tout ce qu’il y a plus d’Almodóvarien. On s’amuse beaucoup devant ce film en compagnie de ces femmes magiques. Puis on en prend plein les yeux, tant le film transpire le style comparable de son réalisateur. Bref, le revoir sur grand écran fut une expérience remarquable qui fait du bien. Donc si vous ne le connaissiez pas encore, n’hésitez plus et puis ce qui le connaissent, une rediffusion ne fait jamais de mal n’est-ce pas ?

Note : 16/20

Par Cinéted

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Facebook : Lavisqteam.fr – Contact: lavisqteam@laposte.net