Conquêtes T.02 – Deluvenn

Auteurs : Nicolas Jarry et Bertrand Benoît

Editeur : Soleil

Genre : Science-Fiction

Résumé :

Une planète bleue où l’eau submerge la plupart des terres. Au fond de l’océan et sur les rares sommets émergés subsistent les ruines d’anciennes civilisations qui adoraient une race de pieuvre douée de pouvoirs psychiques… Les gigantesques céphalopodes refont surface pour accueillir les humains qui se sont installés sur les îlots. Mais les aliens ne sont pas aussi pacifiques qu’ils le paraissent et prennent le contrôle de certains humains. Une guerre commence, mais le conflit oppose cette fois l’homme à l’homme.

Avis :

Le tome 2 de la série Conquêtes, Deluvenn, commence sur les chapeaux de roue. Dès les premières pages, on nous présente un personnage atypique dont les principaux traits n’ont rien pour être particulièrement appréciables. Il bougonne sans cesse, n’hésite pas à insulter et dire ce qu’il pense, il ne sourie pas et voit les choses en noir, il n’est ni un bon père ni un bon mari, et son physique massif effraie quelque peu. Malgré tous ses aspects, le personnage reste vrai dans ses paroles, ses actes et ses pensées. C’est cela qui fait que l’on s’attache rapidement à lui. Dans ses yeux, on y lit toute la souffrance et son désir ardent de s’échapper d’un quotidien répugnant dans lequel on ne le respecte pas. Personnage intéressant et complexe, le lecteur le suit et le découvre pas à pas.

L’histoire est captivante et bien écrite. On ne s’ennuie pas tant le rythme et les actions sont bien dosés. Le lecteur ne voit pas très bien où l’auteur souhaite en venir et c’est tant mieux. On se laisse tout simplement embarqués dans la découverte d’une nouvelle planète qui possède nombre de mystères à élucider. On découvre ces derniers en même temps que les personnages lorsque ceux-ci commencent à explorer les îles et les profondeurs de la planète. Tout comme eux, on ne comprend pas très bien ce que ces trouvailles vont engendrer. Le suspense est palpable jusque dans les dernières pages et c’est véritablement grisant ! La fin n’est pas particulièrement étonnante mais s’accorde très bien avec tout le reste. Loin d’être décevante, elle clôt cette histoire avec intelligence.

Avec ce second tome, nous changeons complètement de décor par rapport au volume précédent, Islandia, qui mettait en avant des paysages froids et enneigés. Deluvenn nous dévoile des décors côtiers et d’anciennes cités sous-marines de toute beauté. Le bleu est dérivé en une multitude de teintes différentes qui nous permettent de mieux s’imprégner de l’univers et de rêver en douceur. Les monstres aquatiques sont effrayants et impressionnants. Certains rappellent inévitablement les créatures comme Cthulhu et autres krakens abominables. A la fois majestueux, intrigants et atroces, ces entités fascinent inévitablement.

La famille de notre héros est aussi étonnante que lui. Ses enfants sont attachants et plein de ressources, comme sa femme et sa sœur qui vont jouer un rôle important dans la compréhension et l’élucidation des multiples mystères de la planète Deluvenn. Cette histoire envoie de beaux messages sur la famille, l’amour et l’amitié, sans trop en faire non plus, et en travaillant sur la psychologie des différents protagonistes avec perspicacité et subtilité. Les points de vue changent souvent sans que cela ne dérange et chacun reste captivant à sa manière. Ils ont tous leur rôle à jouer et rien n’est laissé au hasard.

Le ton de ce tome est plus sombre encore que le précédent. On peut déjà le voir dans le noir qui entoure chaque case et dans la carrure du personnage principal. Le voyage dans l’espace pour cette partie de la colonie ne s’est pas vraiment bien passé et nombre de morts sont à déclarer. La réalité de la situation et sa crédibilité nous touchent irrémédiablement. La difficulté des vols spatiaux, les problèmes de la cryogénie et les heures de maintenance des équipements pendant un si long voyage, sont des points mis en perspective dans ce volume et qui permettent de se rendre compte de la difficulté d’une telle entreprise.

La part belle est donnée aux intrigues et à la recherche scientifique. Les combats sont moindres et ce n’est pas une si mauvaise chose. Les nouveaux colons essaient désespérément de savoir s’ils ont une chance de pouvoir vivre sur cette planète et cela nécessite des études approfondies. La politique est également moins présente que dans le tome précédent. Cela apporte une atmosphère plus légère et apaisante malgré les drames. Le point de vue de notre héros, un mécanicien du peuple, nous parle davantage et permet un rapprochement plus rapide.

Ce second tome, Deluvenn, est vraiment réussi ! En plus d’une histoire captivante, les dessins sont à la hauteur et méritent toute notre attention. Le lecteur voyage, se laisse mener dans des affaires délicates, découvre de nouveaux peuples, et suit une famille au bord de la crise. Deluvenn est une lecture passionnante et géniale qui ne laisse pas indifférent.

Note : 19/20

Par Lildrille

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Facebook : Lavisqteam.fr – Contact: lavisqteam@laposte.net