Loki

Auteurs : Dobbs et Benjamin Loirat

Editeur : Soleil

Genre : Fantasy

Résumé :

Un moinillon habile et perspicace, un vieux poète facétieux et un guerrier sans passé. Trois prisonniers d’une société de femmes conquérantes, promis à l’esclavagisme sexuel ou au sacrifice. Trois rescapés, opposés dans leurs convictions, bien décidés à survivre dans ces terres hostiles et primitives. Trois compagnons malgré eux, réunis par le destin pour s’approprier une ancienne relique tombée du ciel dans un déluge de feu. Alors que les dieux s’égarent en quêtes futiles et que leurs guerres intestines s’enlisent, celles que l’on nomme les Nornes, les Soeurs du Destin, décident de prendre en main le futur de tous. Dieux, géants, monstres et mortels entreront dans l’ère de l’Épée et de la Hache lorsque Loki, le dieu malin, s’éveillera. Tous s’avanceront alors sur la voie du Ragnarok, le commencement de la fin.

Avis :

Loki est une série en deux tomes et est plutôt une histoire décevante de la collection liée à la mythologie nordique. L’histoire est très étrange, comme son début et sa conclusion. On ne comprend pas très bien l’intérêt de l’intrigue, ni l’utilité de certains personnages. La BD semble être une apogée des guerres et des batailles, et notamment du Ragnarök, la fin du monde viking, qu’elle met en scène. Nous sommes loin des complots, manipulations et fourberies que pourrait inventer le dieu Loki, et c’est bien dommage. La force brute est mise en valeur, comme dans un conte nordique discourant sur les péripéties de Thor. Les stéréotypes sont nombreux et quantité de faits sont peu subtils. Cela ne correspond pas à ce à quoi les éditions Soleil nous avaient habitués.

On ne parvient pas à s’attacher aux personnages et cette distance ne permet pas de voir l’histoire sous son beau jour. On ne sait pas vraiment qui ils sont et toutes les descriptions restent en surface, sans grand impact pour s’en imprégner et les comprendre. Les caractères des héros n’apparaissent pas très complexes, bien au contraire. Il est même étonnant, lors de la lecture du tome 2, de ne pas se souvenir de certains personnages et de se demander « Mince, qui est-ce déjà ? ».

L’auteur ne s’intéresse pas du tout à leur description ou reste vague, et les passages les concernant sont souvent rapides et vite oubliés, car peu notables. L’utilité de plusieurs protagonistes laisse perplexe. Ils auraient pu disparaître que cela n’aurait rien changé. De plus, les instants qui bougent dans la BD ne sont que des combats et ils n’étonnent guère. La violence n’apporte pas grand-chose au récit.

Ceux qui connaissent la mythologie nordique y verront beaucoup de clins d’œil alors que ceux découvrant cette histoire et cet univers ne comprendront pas grand-chose et n’auront droit à aucune explication. Les origines de Loki sont rapidement expliquées mais chacun de ses enfants ne reste qu’un nom étrange parmi tant d’autres. L’histoire de Tyr et Fenrir est seulement évoquée, et nullement expliquée, comme celle de Hel, la déesse des enfers, ou de Jormungand, un serpent de mer monstrueux.

D’autres créatures font leur apparition, comme Nidhogg, un dragon maléfique ou Surt, un démon du feu, sans que l’on ne sache ni d’où ils viennent ni qui ils sont. Les différents royaumes sont cités mais seule une personne déjà avertie comprendra ce que cela signifie. D’autres dieux font aussi partie du jeu sans que rien ne soit détaillé sur eux. Loki n’est pas une BD pour des novices en mythologie nordique, sauf si le lecteur ne veut pas tout saisir. Cela enlève tout de même de l’implication et ajoute de la distance.

Les nornes, des entités qui règlent le destin des habitants des neuf royaumes nordiques, semblent également tenir l’intrigue entre leurs mains et s’amusent tout du long avec les héros et le lecteur. La portée de l’histoire échappe et la résolution de fin n’aide pas à concevoir ce qui a été présenté et évoqué. Le message apparaît plutôt haut perché et finalement sans grand intérêt. Une lecture plus approfondie des mythes vikings aurait-elle permis de mieux saisir le message ? Peut-être.

Certaines scènes semblent mal construites, de telle sorte qu’elles nous embrouillent et qu’elles n’aident pas à identifier qui est en train de parler. Cela est plutôt gênant pour la compréhension des dialogues. D’autres cases descriptives manquent de précision et suivre l’action n’est pas toujours facile.

Loki est loin du dieu fourbe et rusé que l’on connaît. Le scénario explique en partie pourquoi, même si cela est frustrant. Un tel titre de BD aurait mérité un dieu au maximum de sa forme, au moins sur les dernières pages, ce qui n’est jamais vraiment le cas. Son côté violent est mis en avant, alors qu’il est bien plus malin que cela.

Les deux BD se lisent vite et manquent cruellement de détails et d’explications pour que l’on se plonge vraiment dans l’histoire. Cette dernière est floue et étrange, à ne pas poser entre toutes les mains, notamment de personnes qui ne connaissent rien à la mythologie nordique. Loki est un diptyque désappointant, dont le potentiel n’a pas été utilisé jusqu’au bout, et mettant surtout en avant des batailles peu intéressantes, ou vues et revues.

Note : 09/20

Par Lildrille

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Facebook : Lavisqteam.fr – Contact: lavisqteam@laposte.net