Les Nouvelles Aventures de Sabrina Saison 1 Partie 1

D’Après une Idée de : Roberto Aguirre-Sacasa

Avec Kiernan Shipka, Ross Lynch, Miranda Otto, Lucy Davis

Pays: Etats-Unis

Nombre d’Episodes: 11

Genre: Fantastique

Résumé:

Les nouvelles aventures de Sabrina imagine l’origine des aventures de Sabrina l’apprentie sorcière comme une sombre histoire axée sur le passage à l’âge adulte à travers l’horreur, les sciences occultes et bien sûr la sorcellerie. Sabrina lutte pour concilier sa double nature – mi-sorcière, mi-mortelle – tout en s’opposant aux forces du mal qui la menacent elle, sa famille et le monde des mortels.

Avis:

Vous souvenez-vous de la série Sabrina, l’apprentie sorcière, débutée en 1996 et qui a bercé la jeunesse de nombre d’entre nous avec ses gags toujours plus fous et son humour insolite ? Tournée comme une comédie farfelue avec des épisodes de 22 minutes, et 7 saisons, cette série mettait en scène une jeune sorcière à demi mortelle qui devait cacher qui elle était et supporter ses deux tantes fantasques.

Des films sont mêmes sortis, ainsi que des dessins animés, des livres, des jeux vidéo et une série animée. Un succès phénoménal qui continue de faire parler de lui encore aujourd’hui avec la sortie d’un nouveau comics, rapidement transformé en série par Netflix et intitulée : Les nouvelles aventures de Sabrina.

Cette nouvelle série est totalement différente de la précédente et n’a presque rien à voir avec elle, si ce n’est le pitch de départ qui met de nouveau en avant une jeune sorcière à demi mortelle s’appelant Sabrina et qui vit avec ses deux tantes Zelda et Hilda. Les acteurs choisis sont incroyables de justesse et incarnent leur personnage avec force et talent. On retrouve des ressemblances entre cette Sabrina et l’ancienne, notamment dans le physique, et c’est la même chose pour les personnages de Harvey et de ses deux tantes. Cependant, les ressemblances s’arrêtent là.

Les mimiques sont bien dosées, l’humour est présent bien qu’il soit bien sombre et noir, les dialogues sont génialement construits, et l’ambiance à la fois macabre et magique est aussi horrifique que fascinante. Le spectateur s’y plaira vite et s’attachera à la famille Spellman comme s’il les connaissait depuis toujours. Les représentations de la mort et du meurtre ne nous ont jamais fait autant rire, ce qui peut être perturbant au début. Certaines images sont violentes, pleines de sadisme et de sang. On n’y voit que du feu et on se sent happé par cet univers glauque.

Bien que l’héroïne soit une adolescente, le scénario et les personnalités de Sabrina et de ses amis sont loin d’être caricaturales et simples. Au contraire, l’histoire est intéressante, complexe, et les personnages sont prenants, chacun à leur manière. On se plaira autant à suivre les péripéties de Sabrina, que les crises d’identité d’Harvey ou les questionnements de ses deux autres amies. Certains sujets comme l’identité de genre, l’homosexualité, l’amour, l’amitié, la famille et la religion, sont abordés sous des angles subtils sans nous ensevelir sous des morales niaises ou des principes barbants.

Il n’y a pas vraiment de méchants ni de gentils dans l’histoire. Les adeptes de Satan ont un charisme à couper le souffle et sont réellement saisissants. Leur avidité et leur soif de pouvoir font partie intégrante d’eux. On les sent fiers, puissants, insaisissables et difficiles à cerner. Sabrina n’a pas vraiment d’ennemis à combattre, si ce n’est elle-même. Les épisodes s’enchaînent sans que l’on les voie passer. L’histoire est une continuité, même si certains épisodes peuvent se regarder seuls.

Les premiers épisodes entretiennent un suspense fort : Sabrina acceptera-t-elle d’être une adepte de Satan ou refusera-t-elle tout pouvoir ? On se sent aussi effrayé qu’elle par ce choix et ce qu’il implique. Le scénario et les intrigues sous-jacentes sont aussi captivantes. On ne s’ennuie pas : on découvre sans cesse de nouveaux éléments du culte de la nuit, on rencontre de nouveaux personnages, on suit nos héros dans leur vie quotidienne et on vibre avec eux. Les scènes d’action ne sont pas nombreuses et cela ne joue pas en défaveur de la série. Au contraire, le rythme est bien dosé.

Le lieu choisi est parfait pour ce genre d’histoire. Le manoir des Spellman est magnifique et ténébreux à la fois. L’atmosphère de la forêt rappelle certaines ambiances de films d’horreur ou de thrillers. Tout est fait pour rapidement nous plonger dans le sinistre, et cela fonctionne à merveille. Malgré un malaise qui peut être ressenti au départ, notamment pour les amoureux de l’ancienne série, et le fait que la mort et le Diable soient au centre du nouveau thème, cette première partie est efficace et pleine de promesses pour la prochaine. Les nouvelles aventures de Sabrina attireront un nouveau public et ce n’est pas plus mal pour la pérennité de la licence.

Cette première partie de saison 1 est de qualité : les acteurs sont bons et nous offrent un jeu digne des plus grosses productions ; le thème est bien abordé en nous faisant rire et frémir à la fois ; on retrouve des clins d’œil à l’ancienne série ; le culte de la nuit est une entité crédible, perturbante et touchante ; et l’histoire est plaisante à suivre, dans une atmosphère si particulièrement terrifiante et avec des mises en scène et des dialogues toujours plus noirs et diaboliques.

Note : 19/20 

Image de prévisualisation YouTube

Par Lildrille

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Facebook : Lavisqteam.fr – Contact: lavisqteam@laposte.net