Un Homme à Part

Titre Original : A Man Apart

De : F. Gary Gray

Avec Vin Diesel, Larenz Tate, Timothy Olyphant, Jacqueline Obradors

Année : 2003

Pays : Etats-Unis

Genre : Action, Thriller

Résumé :

L’agent Sean Vetter, membre de la brigade anti-drogue, est engagé dans la lutte contre les guerres mafieuses à la frontière mexicaine. Après l’arrestation de Memo Lucero, un baron de la drogue du Baja Cartel, une nouvelle figure mystérieuse connue sous le nom de Diablo prend le contrôle des opérations.
Mais lorsque la femme de Vetter meurt dans un bain de sang, ce dernier et son partenaire doivent allier leurs forces avec l’ancien patron du cartel, qui se trouve derrière les barreaux, pour mettre fin aux agissements de ce nouveau trafiquant.

Avis :

Réalisateur de clips, notamment pour Ice Cube, Jay-Z, OutKast, F. Gary Gray est un réalisateur dont j’aime bien le cinéma. C’est un réalisateur qui n’essaie pas de faire autre chose que du divertissement. À l’époque où sort « Un homme à part« , F. Gary Gray n’a pas encore connu le succès de « Braquage à l’Italienne« , qui sortira quatre mois plus tard. Non, au moment où F. Gary Gray sort « Un homme à part« , il n’a que trois films à son actif, dont « Friday« , qui finira par devenir culte. On trouvera aussi « Le négociateur« , petit film avec Kevin Spacey, Samuel L. Jackson et David Morse que j’aime bien.

Trouvant un petit succès avec « Le négociateur« , F. Gary Gray reste donc sur cette branche et sort l’artillerie lourde avec « Un homme à part« . Emmené par une star montante, Vin Diesel, « Un homme à part » est un thriller d’action policier qui se veut violent et profond. C’est un film qui approche les cartels mexicains et qui a bien l’intention de nous en donner pour notre argent, avec son lot de fusillades, courses poursuites et autres vengeances presque Shakespeariennes… Mais voilà, si « Un homme à part » détient bien un ou deux moments intéressants, pour le reste, il faudra repasser tant le film est prévisible, incohérent, cliché, et surtout, il tient une intrigue vue, revue et rabâchée tellement de fois et en mieux, qu’on se demande même pourquoi F. Gary Gray a exprimé le désir d’en faire un énième film.

Cela fait sept années que l’agent Sean Vetter essaie de faire tomber Memo Lucero, chef duplus gros cartel mexicain et cette fois-ci, l’assaut donné au Mexique est payant. Peu après l’arrestation, un nouveau chef se met discrètement en place. Un homme mystérieux qui se fait appeler El Diablo. Ce dernier va s’en prendre à Sean en tuant sa femme, l’amour de sa vie. Dès lors, le policier est avide de vengeance…

Le cinéma de F. Gary Gray n’a jamais été du très grand cinéma marquant (Enfin jusqu’à son terrible « NWA: Straight Outta Compton » sorti en 2015, film qui est peut-être le chef-d’œuvre de sa vie.), mais c’est un cinéma qui sait se faire divertissant et efficace et quand je me suis lancé dans « Un homme à part« , c’est pile ce que j’avais envie de trouver, du divertissement et de l’efficacité, mais malheureusement pour moi, ce n’est pas ceci que F. Gary Gray nous offre-là.

« Un homme à part« , c’est un film qui peut se faire divertissant, à la simple condition de débuter une carrière, car ici les ficelles que le récit, tout comme la mise en scène, utilise sont si usitées qu’on connaît déjà par cœur ce genre de film. Et encore, parfois même en connaissant par cœur ce genre de film, on peut être surpris. Là, comme ça, en exemple, je pense au « Man on fire » de Tony Scott sorti un an plus tard et qui assurait bien le show… Bref, vous l’aurez compris, ici ce n’est pas le cas.

Long, poussif, interminable, jouant sur un faux suspens, « Un homme à part« , c’est premièrement une déception dans ce qu’il va nous raconter. Franchement, cette histoire de flic qui se venge seul contre un cartel mexicain est loin de se faire intéressante. Franchement, le scénario ne fait aucun effort pour essayer de nous surprendre ou réinventer quelque chose. F. Gary Gray se contente de suivre les codes à la lettre, espérant que la présence de Vin Diesel (caricatural au possible) masquerait le manque d’originalité de son histoire. Tout comme il doit espérer qu’il masque aussi les incohérences de son film. Oui, plusieurs éléments et rebondissement, ou même directions de son histoire, sont discutables. Il ne faudrait pas songer à nous prendre pour des buses…

« Un homme à part« , c’est aussi une déception du point de vue de sa mise en scène et de ce qu’il nous offre. Si l’on trouve bien un thriller d’action, il faut aussi noter que bien souvent le film part en vrille de ce côté-là, offrant un effet brouillon à l’ensemble. Peu ou pas d’ambiance, la photo est très loin d’être transcendante. Puis il y a ces scènes d’action dégueulasses où il faut s’accrocher tellement c’est « cuté » et énervé.

On passera sur la BO du film qui, si on prend les sons un par un, peuvent être cools, mais sur l’ensemble du film, on sent clairement que F. Gary Gray cherche ce qu’il peut faire. « Un homme à part« , musicalement, c’est le bordel, passant de la pop au R’N’B/Hip Hop ou encore au Rock américain, voire métal, sans aucune logique ou cohérence, si ce n’est que ça peut faire cool.

« Un homme à part » est donc une déception. Film vu et revu mille fois et en bien mieux ailleurs, « Un homme à part » tombe dans les clichés et pousse ses acteurs dans la caricature (franchement, entre Vin Diesel et Timothy Olyphant, c’est un festival), et malgré quelques bons moments, ce quatrième film pour F. Gary Gray n’est vraiment pas à la hauteur du cinéma de son réalisateur.

Note : 7,5/20

Image de prévisualisation YouTube

Par Cinéted

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Facebook : Lavisqteam.fr – Contact: lavisqteam@laposte.net