Millenium – Ce Qui ne me Tue Pas

Titre Original : The Girl in the Spider’s Web: A New Dragon Tattoo Story

De: Fede Alvarez

Avec Claire Foy, Sverrir Gudnason, Sylvia Hoeks, Lakeith Stanfield

Année : 2018

Pays : Etats-Unis

Genre : Thriller

Résumé :

Frans Balder, éminent chercheur suédois en intelligence artificielle fait appel à Lisbeth Salander afin de récupérer un logiciel qu’il a créé et permettant de prendre le contrôle d’armes nucléaires. Mais la NSA ainsi qu’un groupe de terroristes mené par Jan Holster sont également sur la piste du logiciel. Traquée, Lisbeth va faire appel à son ami le journaliste Mikael Blomkvist qu’elle n’a pas vu depuis 3 ans.

Avis :

Il y a cinq ans de cela, Fede Alvarez, réalisateur uruguayen, débarquait dans les salles de cinéma avec un film qui a fait beaucoup de bruit. Un film qu’on n’attendait pas, dont on n’avait même pas envie, un remake du « Evil Dead » de Sam Raimi. Détestable pour les uns, excellent pour d’autres, pour ma part, le film de Fede Alvarez fut intéressant un temps, avant de sombrer dans la caricature de l’hémoglobine. Par la suite, le réalisateur à fait « Don’t breathe, la maison des ténèbres« , film qui s’est trouvé bien plus de fans que son « Evil Dead« .

Il y a un peu moins de dix ans de cela sortait « Millenium, l’homme qui n’aimait pas les femmes » du Suédois Niels Arden Oplev, film adapté d’une série de romans de Stieg Larsson parue en 2005. Le succès de « Millenium » se fit entendre et Hollywood ne resta pas insensible aux aventures de la cyber punk Lisbeth Salander. Dès lors, un remake made in David Fincher est sorti en 2012. Remake excellent, mais qui eut du mal à convaincre. Hollywood a donc laissé un temps de côté notre chère Lisbeth, et voici qu’après six ans d’absence, la justicière réapparaît sous les traits de Claire Foy, mais malheureusement, cette nouvelle enquête est très loin d’être convaincante, car là où Fincher avait imposé un style et surtout un film sombre et tendu, Fede Alvarez livre un film lisse, prévisible, sans ambiance et qui en prime tient une intrigue tellement tirée par les cheveux qu’on peine à y croire… Dommage, vraiment dommage.

Frans Balder est un éminent chercheur suédois. Ce dernier a conçu un programme redoutable et il a fait les mauvais choix. Afin de rétablir « l’ordre », il fait appel à Lisbeth Salander. Salander devra hacker le gouvernement américain et voler le programme du chercheur afin qu’il le détruise. Mais Balder n’est pas le seul à vouloir récupérer coûte que coûte le programme et bientôt Lisbeth entre dans un engrenage bien plus intime qu’elle ne l’aurait jamais imaginé.

Quelle déception, mais quelle déception que ce nouveau « Millenium« . Bon, avant d’aller plus loin, je dois confesser que je n’ai toujours pas vu la trilogie originale, ni même la série. Il y a six ans de cela, je découvrais « Millenium » sous le regard de David Fincher et le réalisateur avait su me combler. Avec Fede Alvarez aux commandes, j’espérais alors retrouver cette ambiance sombre que le film de Fincher avait, ou même que la trilogie originale a l’air de dégager, mais malheureusement, « … Ce qui ne me tue pas » est bien loin de tout ça.

Ce troisième film pour Fede Alvarez se laisse regarder, à la condition de ne pas être exigeant. Dans son cahier des charges, il remplit à peu près toutes les cases, offrant du divertissement et de l’action. Mais du divertissement et de l’action, c’est aussi ça qu’on peut lui reprocher à ce nouveau « Millenium » qui finalement ne dégage aucun charme et ressemble à tous les films hollywoodiens qu’on voit en masse chaque année et qu’on oublie peu après être sorti de la salle. Et encore, certains de ces films sont mieux faits que ce dernier, car en plus d’être consommable, le film de Fede Alvarez enchaîne les coquilles.

Premièrement, il y a ce scénario tellement tiré par les cheveux qu’on peine à croire à cette intrigue. Il se passe tellement de choses et bien souvent, c’est tellement gros, que le film peut faire sourire. L’intrigue est criblée d’incohérences et de facilités scénaristiques, essayant en vain de mélanger cette histoire de cyber espionnage au passé de Lisbeth. De plus, on oublie le punk, le gothique et le malsain, ici Fede Alvarez essaie d’iconiser son héroïne au point de la filmer presque en super-héros mélangé avec du James Bond. Une idée qui est d’autant plus renforcée avec le final (non mais Lakeith Stanfield ce n’est pas possible !) et sa méchante toute combinaison rouge de sortie.

Fede Alvarez se trompe de direction, et préfère offrir un spectacle consommable qui peut divertir (à condition…) que d’offrir un film marquant, à l’intrigue sombre et percutante. Une intrigue où l’on se laisserait surprendre, ce qui n’est pas le cas ici. Franchement, on en arrive même à deviner certains dialogues.

Ensuite, toujours dans cette idée de film très propre, les personnages de ce « Millenium » ne ressemblent pas à grand-chose. Si Claire Foy donne tout ce qu’elle a, on reste déçu par la façon dont son personnage est traité aussi bien scénaristiquement que visuellement. Lisbeth est trop lisse, trop propre, on n’arrive pas à sentir le vécu que cette intrigue essaie de nous raconter. Et ce constat se fait sur les autres personnages. La méchante de l’histoire est assez ridicule en son genre, Sverrir Gunadson est tout mignon, tout beau, et les hommes de main de Cécilia Salander ont été embauchés simplement pour leur tête de méchant.

Bref, on pourrait aborder un bon moment encore les déceptions et autres frustrations que ce « Millenium, ce qui ne me tue pas » apporte (l’omniprésence de la musique, des plans incompréhensibles, et putain, cette façon de filmer Lisbeth !), mais bon, on va s’arrêter là. Ce nouvel opus, peut être sans exigence, divertissant, mais il restera et demeurera comme une belle déception. Comme un film qui n’apporte rien, ratant sans ambiance et son enquête. Bref, un film consommable, vite vu, vite oublié… Dommage, vraiment dommage.

Note : 07/20

Image de prévisualisation YouTube

Par Cinéted

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Facebook : Lavisqteam.fr – Contact: lavisqteam@laposte.net