octobre 21, 2021

Night Comes On

De : Jordana Spiro

Avec Dominique Fishback, Max Casella, Erin Darke, James McDaniel

Année : 2018

Pays : Etats-Unis

Genre : Drame

Résumé :

Deux sœurs entament un voyage qui va changer leur vie à jamais.

Avis :

Actrice peu connue, Jordana Spiro est pourtant loin d’être une inconnue, on peut même dire qu’elle a un joli parcours à son actif. Du grand écran au petit, du cinéma à la série télé en passant par le téléfilm, l’actrice a tout testé et de sa carrière, on pourra citer les séries « Buffy contre les vampires« , « J.A.G » ou encore « The Mob Doctor » et « Ozark« . Ayant plus d’une corde à son arc, Jordana Spiro est productrice, scénariste, puis depuis très peu maintenant, réalisatrice.

Présenté au Festival de Deauville en compétition, « Night Comes On » est le premier long-métrage de la jeune réalisatrice. Choisissant un style et un sujet très loin de ce qu’elle a l’habitude de faire, la réalisatrice nous entraîne dans un film sombre et sobre. Un film tout en souffrance qui tient malgré tout une jolie part de lumière. Bref, un joli film, tenu par deux petites actrices superbes qui sont toutes deux de belles révélations. Mais « Night Comes On » est aussi un joli film auquel il manque un petit quelque chose en plus pour qu’il sorte du lot. Après, ça reste un premier film et pour un premier essai, il laisse surtout entrevoir une réalisatrice avec un grand potentiel qui, on l’espère, nous bouleversera avec son prochain film.

Angel Lamere a dix-sept ans et sort de prison. Placée en foyer avec sa sœur, la jeune fille a bien eu du mal à s’adapter et pour extérioriser une colère, elle cherche les ennuis. La raison de sa colère ? Son père a tué sa mère, la laissant seule avec sa jeune sœur. Son père, ayant réussi à s’en sortir, vit désormais loin de ses filles, et cette liberté est très loin de convenir à Angel, qui est bien décidée à se venger.

Exemple parfait de cinéma indépendant, « Night Comes On« , c’est une ambiance et un style urbain au service d’une histoire forte et jolie. Pour son premier film, Jordana Spiro nous entraîne dans un film qui va analyser une situation, un fait, et nous présenter deux personnages très attachants. Tenu par un scénario solide, même si le film contient des longueurs et des moments qui auraient clairement mérité bien plus d’attention, « Night Comes On » nous tient de par la simplicité et surtout l’ordinaire de la situation que la réalisatrice va peindre. Un ordinaire qui à travers elle va aborder une multitude de sujets, tous plus fort les uns que les autres. Ainsi, « Night Comes On » parlera de sujets tels que la justice d’un pays, le sentiment d’injustice, il parlera de communauté, de familles d’accueil, de foyer, de réinsertion chez les jeunes, puis bien sûr de vengeance et de pardon. Ces deux sujets sont le sang de « Night Comes On« , car si la réalisatrice et ses deux actrices empoignent tous les sujets avec force et conviction, c’est vraiment ces deux-là qui font le film de Jordana Spiro. Deux très bons sujets, qu’on suit avec beaucoup d’attention, notamment parce qu’il est bien impossible de savoir ce qui va bien pouvoir se passer.

Mais si « Night Comes On » demeure un bon film, il n’arrive pourtant pas à passer le cap du film sympa à découvrir. C’est bon, c’est prenant, c’est touchant, c’est nuancé, parfois dur, d’autre fois plus clair, plus vivant. On le suit avec intérêt et pourtant, malgré tout ça, « Night Comes On » n’arrive pas à se faire captivant. « Night Comes On » aurait mérité d’être plus impliqué encore. Il aurait mérité d’être plus fort et aurait mérité qu’on développe encore plus les autres sujets et thèmes qui sont finalement aussi importants que ceux que la réalisatrice a choisi de porter plus en avant.

Bref, il manque donc clairement ce petit truc en plus pour que ce sympathique moment de cinéma ressorte du lot. Mais comme je le disais plus haut, « Night Comes On » est un premier film et pour un premier film, il demeure une petite réussite qui pour le coup fait de jolies promesses quant à l’avenir de Jordana Spiro pour la réalisation. Tout comme le film fait aussi de jolies promesses quant à l’avenir de Dominique Fishback et Tatum Marilyn Hall, deux petites actrices nées.

Note : 12/20

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=57SMazlgdSg[/youtube]

Par Cinéted

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.