Mamma Mia! – Here we Go Again – ABBA… Encore…

De : Ol Parker

Avec Lily James, Meryl Streep, Amanda Seyfried, Pierce Brosnan

Année : 2018

Pays : Etats-Unis

Genre : Comédie, Musique

Résumé :

Sur l’île paradisiaque de Kalokairi, Sophie, qui rencontre divers soucis dans l’ouverture de son hôtel, va trouver du réconfort auprès des amies de sa mère Donna qui vont lui conseiller de prendre exemple sur le parcours de cette dernière.

Avis :

Réalisateur anglais, Ol Parker est un metteur en scène plutôt discret, puisqu’en treize ans de réalisation, il n’a fait que trois films. Son premier, « Imagine Me & You« , avait su trouver son petit succès, notamment dans la communauté LGBT, puisque le film racontait les hésitations d’une jeune femme entre son futur mari et une jeune femme dont elle était en train de tomber amoureuse. Depuis, le réalisateur avait traité de jolie manière la maladie avec l’inconnu « Now Is Good« , qui est sorti directement en DVD de manière absolument confidentielle. Et voici qu’après cinq ans d’absence, Ol Parker est de retour et cette fois-ci, il est aux commandes de son plus gros projet. Un projet difficile, puisque le réalisateur doit donner suite au « Mamma Mia ! » de Phyllida Lloyd, comédie musicale au très gros succès.

Une suite de « Mamma Mia !« , il faut dire qu’on ne l’attendait pas, tant le premier film se suffit à lui seul. Mais bon, Hollywood étant Hollywood, voici qu’arrive « … Here we go again« . Alors cette suite vaut-elle son coup d’œil ? Et surtout, cette suite est-elle à la hauteur du film de Phyllida Lloyd ? À ces questions c’est un sentiment assez nuancé qui prime, puisque si « Mamma Mia ! Here we go again » est une bonne suite en soi, qui vogue sur les flots du premier, elle ne demeurera pas aussi bonne et cool que le premier. On se retrouve donc devant un bon film, qui cependant déçoit quelque peu.

Donna est morte voilà plus d’un an maintenant et c’est Sophie qui a repris les rênes de l’hôtel de sa mère. Après des travaux, elle s’apprête à une réouverture en grande pompe, mais elle doute sur sa vie et sur ce que sa mère aurait aimé. En parallèle de cela, la jeune Donna qui sort diplômée de l’université croque la vie à pleines dents…

Faire une suite à « Mamma Mia !« , on avait de quoi avoir peur à cette annonce et finalement, même si l’on est assez loin de l’éclat du premier film, cette suite demeure tout à fait sympathique et nous éclaire sur beaucoup de points.

Toujours comme le premier, cette suite est encore une fois un prétexte pour mettre en scène des chansons d’Abba, mais là où cette suite se différencie quelque peu du premier, c’est qu’elle offre un scénario un peu plus développé que le premier. Ce qui est étonnant avec cette suite, c’est qu’elle met en scène ce que l’on savait déjà, au travers l’intrigue du premier film. Donna a rencontré trois hommes juste après avoir eu son diplôme et comme on le sait, chacun d’eux peut être le père de Sophie. Ces informations, nous les savons grâce à plusieurs scènes et répliques du le film précédent, et c’est en partie cette période en flashback que « … Here we go again » va mettre en scène.

Raconté avec deux timelines, « Mamma Mia ! Here we go again« , c’est donc deux films en un et ça fonctionne très bien. Ainsi, on aurait donc le droit à deux films différents et similaires à la fois. Dans le présent, Ol Parker offre un film touchant, qui aborde de très belle façon le deuil, la perte d’un parent et l’héritage. De jolis moments accompagneront ces réflexions et tout en étant touchant, Ol Parker évite de tomber dans un film déprimant. Oui, Donna est morte, oui, c’est triste (et ça fait chier), mais en même temps le réalisateur a su garder une bonne humeur ambiante, qui fait du bien. Une bonne humeur qui est amenée par ces flashbacks, où l’on découvre la jeunesse de Donna, incarnée par la divine Lily James. Ces périodes de flashbacks sont de jolis moments de bonne humeur. Ol Parker s’amuse avec ce que l’on sait déjà du premier film et nous montre les rencontres avec les trois pères possibles, qui sont assez amusantes et en même temps pleines de tendresse. On notera l’excellent choix de casting pour incarner toutes ces grandes figures jeunes (Lily James, Jessica Keenan Wynn, Alexa Davies, Jeremy Irvine, Hugh Skinner, Josh Dylan).

Après, là où le film déçoit, c’est sur son côté en trop pour être cool et essayer de faire comme le précédent. Ainsi, il peut être longuet dans son milieu avec des moments qui ne serviront pas à grand-chose pour cette histoire. On notera que tout ce qui va être fait autour de Cher par exemple est certes drôle sur l’instant, mais au final, ça sent surtout le « on essaie de gagner des minutes avec rien ». Heureusement, le film se rattrape avec ce final qui est peut-être bien le plus beau, le plus touchant et le plus tendre du film. Un final qu’on attendait et qui nous a offert ce que l’on n’attendait « plus ».

Loin d’être mauvaise, cette suite déçoit d’un côté, car elle n’est pas aussi réussie que le premier film, mais nous amuse, nous touche, développe beaucoup du passé de Donna, ce qui enrichit profondément le personnage. On ressort de la salle plutôt conquis malgré des « mais ». Et finalement, entre ses pour et ses contres, on se dit que ce serait bien qu’Hollywood n’ose pas la trilogie.

Note : 13/20

Image de prévisualisation YouTube

Par Cinéted

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Facebook : Lavisqteam.fr – Contact: lavisqteam@laposte.net