février 7, 2023

Strike Saison 1

D’Après une Idée de : Ben Richards

Avec Tom Burke, Holliday Grainger, David Avery, Leo Bill

Pays: Angleterre

Nombre d’Episodes: 5

Genre: Policier

Résumé:

Le détective privé Cormoran Strike est engagé pour enquêter sur le suicide d’une top-model de l’outre, qui pourrait s’avérer être un meurtre.

Avis :

En littérature ou sur les écrans, le succès tient à peu de choses. Et ce n’est pas forcément par rapport aux qualités intrinsèques d’une histoire qu’il faut se référer pour tenter d’en comprendre les mécanismes. Le méconnu Robert Galbraith était sur le point de passer inaperçu quand son premier roman paraît. La modestie des ventes s’est pourtant rapidement envolée lorsque sa véritable identité a été dévoilée : J.K. Rowling. Dès lors, ses écrits sont devenus immanquablement des best-sellers. La manne financière étant indéniable, il semblait presque naturel de les adapter pour le petit écran. Cette première saison explore donc les deux premières enquêtes de Cormoran Strike : L’appel du coucou et Le ver à soie.

La première intrigue se compose de trois épisodes, tandis que la seconde se divise en deux parties. Au vu de l’épaisseur des ouvrages respectifs, on peut se rassurer de la durée allouée pour leur traitement. La particularité de ces histoires est de délaisser toutes péripéties superflues au profit d’une progression timorée, parfois lancinante au regard des investigations. Au même titre que son personnage principal, Strike s’avance comme un polar à l’ancienne dans un cadre contemporain. Une manière de retranscrire les poncifs des grands enquêteurs des années 1940 et 1950 dans un contexte qui préserve l’aspect suranné d’une approche jugée aujourd’hui comme trop conventionnelle. De là à parler de clichés…

Mais Strike possède la particularité de ne pas s’empêtrer dans l’hommage ultra-référentiel, encore moins de proposer des intrigues bancales dissimulées sous couvert de stéréotypes tout aussi maladroits. Au même titre que sa propension pour la bouteille et son côté asocial, le côté bourru de Cormoran Strike est respecté. Cela renvoie à un caractère d’apparence forte qui masque des failles plus ou moins perceptibles. Bien que le physique de l’acteur atténue l’aspect gueule cassée de son rôle, l’interprétation de Tom Burke est particulièrement notable dans l’appropriation du personnage. De plus, sa prothèse en guise de jambe droite est conservée.

Et ce n’est pas tant le mystère qui entoure chaque meurtre qui prévaut ici que la manière dont Strike aborde ses affaires. Une approche à l’ancienne, old school diront certains, qui se soldent par une succession d’interrogatoires et de déductions à même de faire avancer les enquêtes. Des méthodes classiques qui aboutissent sur le bon chemin, parfois sur de fausses pistes. Au vu du traitement réaliste du métier de détective privé, les affrontements sont plus verbaux que physiques. De fait, le travail méticuleux amorcé peut s’apparenter à de la monotonie, voire à de la complaisance. Là encore, il n’est pas question d’user les ficelles modernes de super-flic avec des moyens high-tech à leur disposition.

Ici, les réflexions tiennent une importance particulière pour tisser les liens entre les différents intervenants, leurs hypothétiques mobiles, ainsi que leurs comportements. L’ensemble reste assez fidèle aux deux romans respectifs. Toutefois, on notera une atténuation au niveau des milieux dans lesquels Strike évolue. Le monde de la mode pour L’appel du coucou et le domaine littéraire pour Le ver à soie. Si leur superficialité demeure assez évidente, elle n’est en rien une donnée essentielle dans l’exposition des récits. On peut même considérer que ces éléments longuement décrits dans les livres font uniquement office de décorum.

Au final, cette production BBC s’applique à retranscrire l’ambiance des romans avec une certaine rigueur. Ces deux enquêtes policières restent plaisantes à (re)découvrir si tant est que l’on s’accorde sur une approche somme toute classique de l’activité de détective privé. En contrepartie, le travail effectué permet de revenir à des investigations plus cérébrales qu’à l’accoutumée. Les péripéties et les confrontations physiques ne sont guère de circonstances. On apprécie également la relation étroite qui se noue progressivement entre Cormoran Strike et son assistante, Robin Ellacott. Une adaptation télévisuelle de qualité qui privilégie une évolution modérée en lieu et place de ficelles spectaculaires.

Note : 15/20

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=IVrOvY-APH8[/youtube]

Par Dante

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.