Blueprints

Fiche technique :

Auteur : Yves Tourigny

Joueurs : 2 à 4

Durée : 30 min

Type/public : Réflexion / Familial

Age : 13 ans

Mécaniques : Draft, construction

Première parution : 2014

But du jeu :

Obtenez le plus de points en empilant les dés pour réaliser des constructions !

Règles :

Chaque joueur récupère une Carte Blueprint qu’il place derrière son paravent. Elles possèdent des cases contenant des chiffres et un dessin. Pour réaliser la figure dessinée, il faudra empiler autant de dés qu’indiqué dans chaque case. Il est strictement interdit de placer un dé sur les cases hachurées.

Un des participants place deux dés de couleurs différentes sur la piste de score (ce seront les couleurs de départage), puis pioche un certain nombre de dés, dépendant du nombre de joueurs. Ces dés peuvent être de 4 couleurs, représentant des matériaux de construction, chacune marquant des Points de Blueprints (PB) selon un calcul qui leur est propre :

  • Les dés blancs sont le verre, chacun valant autant de PB que sa valeur faciale.
  • Les dés verts sont les matériaux recyclés, plus il y en a et plus ils valent de PB collectivement.
  • Les dés orange sont le bois, chacun valant un certain nombre de PB en fonction du nombre de dés adjacents.
  • Les dés noirs sont la pierre, chacun valant un certain nombre de PB en fonction de sa hauteur par rapport au sol (à la carte Blueprint).

Le premier joueur choisit un des dés présentés et le place sans en changer la face sur sa carte Blueprint. Il est interdit de placer un dé sur un autre s’il a une valeur faciale inférieure au dé qu’il recouvre. Il n’est pas non plus possible de changer la face ni de le déplacer une fois qu’il a été posé. Puis il en pioche un du sachet, le fait rouler et le place avec les autres dés disponibles. Le joueur suivant procède de même, pioche un dé qu’il place sur sa propre Carte Blueprint et remplace celui qu’il a pris.

Le nombre de PB que rapporte chaque dé en fonction de sa couleur. Les noirs placés encore plus haut rapportent 8 PB chacun.

Une fois que tous les joueurs ont pioché 6 dés, la manche prend fin. Tout le monde révèle ses blueprints et l’on peut comptabiliser les PB sur la piste de score. Les joueurs marquent 6 PB si leur blueprint est respecté, puis des PB selon les dés qu’ils ont choisi. Celui qui totalise le plus de PB gagne une carte récompense de 3 Points de Victoire (PV). Le suivant sur cette piste gagne 2 PV, le dernier en gagne 1. Puis 4 autres récompenses sont remises, une pour celui ayant au moins 4 dés d’une même couleur, celui qui possède l’empilement le plus haut, etc. Pour les 5 critères, en cas d’égalité, c’est celui qui a le plus de dés de la première couleur de départage qui l’emporte. En cas de nouvelle égalité c’est pour celui qui a le plus de la seconde couleur de départage. Puis la piste de PB est remise à zéro.

Une deuxième manche débute, identique à la précédente, en changeant également les couleurs de départage. Le joueur ayant obtenu le plus de PB lors de la manche précédente choisit en premier. Celui qui obtient le plus de PV à l’issue des 3 manches est le vainqueur !

Avis :

Un jeu plutôt atypique avec un thème qui ne l’est pas moins. Que vaut donc ce titre qui est passé relativement inaperçu ?

S’il est vrai que Blueprints possède un thème que l’on ne voit pas tous les jours, celui du bâtiment et de la construction, il est clair que l’ensemble forme un tout évident. A commencer par les Cartes Blueprints. Leur design fait réellement penser à l’image que l’on se ferait d’un dessin d’architecte, simplifié pour les besoins du jeu. Toutes les cartes et même la règle du jeu ont un rendu crayonné du plus bel effet. Les dés possèdent des couleurs plutôt inhabituelles mais cohérentes compte tenu du contexte, ce qui est appréciable et rend le tout joli et agréable.

J’ai réussi à placer 3 dés verts et je compte avoir la récompense associée, ils valent pour l’instant 10 PB au total. Mais si je veux réaliser mon blueprint et marquer 6 PB supplémentaires, il me faudra obligatoirement un 6 puisque je ne peux rien mettre d’autre par dessus un 6…

Dans un jeu de draft classique, chacun garde une carte parmi celles qu’il a en main, puis passe le paquet restant au joueur suivant, et enfin récupère la main passée par le joueur précédent pour piocher une carte dedans. Dans notre cas, Blueprints n’est pas un jeu de draft à proprement parler puisqu’il y a une réserve de dés commune, alimentée à chaque tour, dans laquelle les joueurs vont se servir. Néanmoins, les interactions entre joueurs sont du même type puisque tout le monde aura souvent le même genre de dilemme : jouer pour soi ou contre les autres. Concrètement, vaut-il mieux que je prenne ce dé car je sais qu’il me rapportera des points, ou vaut-il mieux que je prenne l’autre car je sais qu’il rapportera beaucoup de points à mon adversaire, quitte à ce qu’il ne me rapporte rien ? Tel est le type de choix auquel tous sont confrontés en permanence.

Niveau stratégie, il faut également bien se rendre compte que réaliser le blueprint n’est pas obligatoire, et c’est même parfois préférable de ne pas le faire si l’on veut récupérer non pas des PB mais des PV directement. Par exemple, une des récompenses est offerte à un joueur ayant la tour la plus haute à partir de 4 dés empilés. Et la hauteur maximale inscrite sur un schéma est de 3 dés empilés. L’on se rend donc compte qu’il faudra faire un choix dans ce sens également selon ce qui nous rapportera le plus de points, mais également en prenant en compte le risque de ne pas pouvoir remplir les conditions liées à la récompense. En effet, il ne faut pas oublier qu’il est interdit de placer un dé sur une valeur supérieure… Si je possède une tour unique dont le dé le plus haut a pour valeur 5, et que les dés proposés ne vont que de 1 à 4, je ne pourrai pas en placer un au sommet et ma stratégie tombera à l’eau.

Pire encore, j’ai réussi à réaliser ma tour mais un autre joueur l’a également fait, et c’est lui qui possède plus de dés de la couleur de départage… Tout cela pour rien. En clair, bien choisir et bien placer son dé est le cœur du jeu et c’est un choix à ne pas prendre à la légère. Etant donné que les paravents cachent les constructions de tout un chacun, il va falloir faire marcher sa mémoire si l’on veut anticiper et contrer celles des adversaires.

Un des joueurs n’a pas respecté son blueprint. Il marquera peut-être moins de PB, mais est-ce réellement une mauvaise chose s’il gagne des points ailleurs ? Le premier joueur a décalé ses dés pour faire apparaître les chiffres, l’on voit qu’ils sont disposés sur la zone hachurée.
Sur la droite de la piste de score qui représente les PB, les deux couleurs de départage. En cas d’égalité, le joueur ayant le plus de dés blancs aura l’avantage.

Sous ses airs de petit jeu simple (les parties sont relativement courtes), Blueprints se révèle assez profond et subtil, avec une mécanique s’apparentant au draft. Sa rejouabilité est très correcte puisque malgré la présence de seulement 4 couleurs (et donc 4 moyens de marquer des PB par manche) et 4 récompenses supplémentaires, aucune partie n’est identique en raison de la présence de dés, mais elles pourront se ressembler à la longue. En tous cas les amateurs de dés apprécieront grandement ce que l’on peut faire avec de simples D6 !

Note: 15/20

Par Flippy Who

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Facebook : Lavisqteam.fr – Contact: lavisqteam@laposte.net