mars 5, 2021

Sukiyaki Western Django

De : Takashi Miike

Avec Hideaki Ito, Masanobu Ando, Kôichi Satô, Kaori Momoi

Année: 2007

Pays: Japon

Genre: Western

Résumé:

Deux clans s’affrontent, les Genjis, le clan blanc dirigé par Yoshitsune et les Heike, le clan rouge de Kiyomori, pour la possession d’un trésor caché dans un village de montagne isolé. Un jour, un tueur solitaire et habile débarque dans la ville.

Avis :

On ne présente plus la légende vivante Takashi Miike, l’homme qui vient cette année de passer la barre des cent films réalisés. Réalisateur incontournable et incontrôlable, Takashi Miike a touché à tout ce que le cinéma peut offrir. Films, téléfilms, séries, web séries, il a coréalisé, il a joué, il a écrit, il a produit… Bref, depuis plus de cinq ans maintenant, Takashi Miike ne cesse d’offrir encore et toujours plus de cinéma.

Parmi les six films que Takashi Miike va sortir entre 2007 et 2008, l’un d’eux a retenu mon attention, de par la présence au casting d’un certain Quentin Tarantino. Tarantino chez Miike, je me devais de voir ça, et le résultat donne un petit film fun et kitch à la fois. Un petit film qui déborde d’auto dérision et qui s’amuse à mélanger les styles, pour offrir quelque chose d’assez unique. Ne se prenant pas au sérieux un instant, cette énième proposition de Takashi Miike est un film assez jouissif, avec un bon programme chargé, audacieux et plaisant comme on aimerait en voir plus souvent.

Dans une petite ville où la légende dit qu’un trésor s’y cache, deux clans s’affrontent, celui des blancs et des rouges. Les deux clans se vouent une haine sans faille. Un jour arrive dans ce petit village un tueur solitaire qui refuse de choisir l’un des deux camps, malgré de belles propositions…

Étonnant film que ce « Sukiyaki western Django » qui se veut être un préquelle décalé au Django de Sergio Corbucci. Avec ce film, Takashi Miike nous offre un film fou, qui demeure un véritable petit plaisir à suivre. Déjanté, décalé, coloré, anachronique, fun et assumé, « Sukiyaki western Django » est un mélange de tous les instants. Parfois excellent, d’autrefois moins bon, sur son ensemble, « Sukiyaki western Django » demeure un film qui séduit parce qu’il s’assume comme il est. Il s’assume dans ses hommages, aussi bien qu’il s’amuse avec sa mise en scène complétement folle et ses personnages très hauts en couleurs.

Quand on se lance dans « Sukiyaki western Django« , il vaut mieux savoir où l’on met les pieds et si jamais l’ouverture kitch à souhait du film ne vous séduit pas, il est alors difficile d’imaginer que la suite soit mieux. Mais pour ceux qui y adhéreront, alors pour la suite, c’est l’autoroute du bonheur. Entre western, film de samouraï ou encore film d’action décalé à tendance parodique, Takashi Miike ne choisit pas et nous offre tout ça à la fois.

« Sukiyaki western Django« , c’est un film qui a peu de limites et qui passionnera bien plus de par la folie de sa mise en scène que par son histoire elle-même. Oui, l’intrigue est très légère, se devine assez facilement et réserve finalement peu de surprise dans son développement.

Mais malgré ça, « Sukiyaki western Django » séduit, amuse et plus notre séance avance et plus le film se fait plaisant. Un plaisir non dissimulé avec une fin abracadabrantesque, qui joue aussi bien avec les codes du western que du film de samouraïs.

Ce qui séduit aussi, c’est le brin de folie de ces comédiens qui s’en donnent à cœur joie. Entre répliques tordantes, qui pourraient être vouées à devenir cultes, scènes ubuesques et des comédiens qui en font clairement de trop, franchement, les acteurs principaux sont terribles et Hideaki Ito qui se la joue Clint Eastwood, il fallait l’oser et le pire, c’est que ça marche. On notera bien entendu les différentes apparitions de Quentin Tarantino. Et puis une jolie mention pour la comédienne Kaori Momoi qui est tient là le personnage le plus surprenant du film.

Que ce soit de par son histoire, sa mise en scène (qui soit dit en passant est dotée d’une belle photo) ou encore ses comédiens et ses personnages, là encore, le film de Takashi Miike démontre qu’il ne se prend pas au sérieux et qu’il n’est là que comme une blague de la part de son réalisateur. Une blague qui peut aussi se faire sérieuse notamment parce qu’elle rend hommage à sa manière aux westerns spaghetti et toute la culture qui va avec. Bref, c’est donc un bon film, qui malgré ses défauts, mériterait d’être mis plus en lumière.

Note : 13/20

Image de prévisualisation YouTube

Par Cinéted

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.