octobre 26, 2020

Le Peuple des Ténèbres

affiche_w434_h_q80

Titre Original: They

De : Robert Harmon

Avec Laura Regan, Marc Blucas, Ethan Embry, Dagmara Dominczyk

Année : 2002

Pays : Etats-Unis

Genre : Fantastique/Horreur

Résumé :

Julia, une étudiante en psychologie, est contactée par un ancien camarade de classe qui lui confie être traqué par une chose étrange. Aussitôt après lui avoir fait cette déclaration, il se suicide sous ses yeux.
Quelque temps plus tard, Julia constate que les peurs de son enfance ont refait surface. Une seule solution s’impose à elle : rester éveillée à tout prix pour survivre et faire face aux créatures de ses propres cauchemars.

Avis :

Les cauchemars et les terreurs nocturnes sont les principaux ennemis de la nuit lorsque l’on est enfant. Qui n’a pas eu l’impression de tomber dans un trou ? Qui n’a pas eu la sensation qu’un monstre se tapissait sous le lit ou dans le placard de vêtements entrouvert ? Le Peuple des Ténèbres propose donc de voir ses terreurs et de leurs donner vie au travers de monstres peu commodes. Si ce genre de film a déjà était vu et revu, notamment avec Don’t Be Afraid of the Dark ou encore Les Autres, il propose une vision différente du cauchemar, avec une vue par des yeux d’adultes et leurs réactions face à cela. Mais si le traitement fonctionne en gardant les enfants et en incluant une part de conte et de magie, le traitement façon adulte demeure beaucoup moins passionnant, surtout si la réalisation et le script ne suivent pas. Et c’est ce qui va se passer avec ce métrage. Mais quels éléments montrent que le film ne fonctionne pas ? Qu’est-ce qui manque à ce métrage pour en faire quelque chose d’intéressant ? Allons faire un petit tour de l’autre côté du miroir pour voir le monde des ténèbres !

Robert Harmon n’est pas un néophyte en matière de cinéma, mais il n’a eu qu’un seul coup d’éclat dans sa carrière et ce fut son premier film, Hitcher avec Rutger Hauer. Depuis, c’est plutôt le calme plat et depuis quelques temps, il ne travaille que pour la télé, avec notamment la saga Jesse Stone portée par Tom Selleck. Le Peuple des Ténèbres va raconter l’histoire de Julia, une étudiante en psychologie qui possède une vie bien rangée avec son petit chéri. Un beau jour, un ami d’enfance vient la voir dans un état déplorable et commence à lui faire ressurgir des souvenirs pas très sympathiques sur des terreurs nocturnes qu’ils ont eu étant enfant. Sur ce, il se tire une balle devant elle. Durant l’enterrement du jeune homme, elle va rencontrer deux autres jeunes personnes ayant souffert de ces mêmes terreurs et qui soupçonnent l’existence de créatures d’un autre monde. Le doute s’installe dans la jeune femme et elle commençait à voir des choses dans l’obscurité. Si le pitch de départ demeure intéressant et pas dénué d’intérêt, le film en lui-même ne suit pas du tout, mais alors pas du tout l’esprit fantastique et lugubre du départ. En effet, voulant faire dans le drame et surtout dans la peur du noir, le film s’enlise rapidement dans un faux rythme avec une alternance entre les états d’âme des jeunes et les apparitions ratées des monstres.

130223041635667729

Merde ! Ma pilule !

Voulant jouer sur les teintes noires et sur l’obscurité ambiante, le réalisateur va miser sur les endroits obscurs et la nuit pour tenter d’insuffler une aura macabre et apeurante. Malheureusement, ce choix ne sera pas intéressant, n’interpellant jamais le spectateur, hormis sur une scène, lorsque la jeune femme ouvre sa pharmacie pour voir un monde ténébreux peuplé de créatures bizarres, et Harmon va proposer des lieux déjà anxiogène, comme les rames du métro vides pour rajouter un monstre mal foutu. Seulement, les plans sont très moyens et, comme dans Stag Night, la créature pas assez exploitée. De plus, on va s’emmerder sévère lors des longues palabres inutiles et pénibles entre les acteurs, et il ne ressortira rien de tout ce barouf. Si certains espèrent voir du gore, ils se fourrent le doigt dans l’œil jusqu’au coude. Seul un passage demeure un poil gênant, lorsque l’héroïne sort une espèce de pointe de son cuir chevelu. Les effets spéciaux sont très moyens malgré la présence d’une bestiole assez intéressante, mais que l’on voit que trop peu et qui ressemble à ce que l’on a pu voir entre Mimic, Don’t Be Afraid of the Dark ou encore Darkside.

Les acteurs demeurent eux aussi décevant, à commencer par Laura Regan que l’on ne verra plus que dans quelques épisodes de séries par la suite. Elle joue ici une charmante jeune fille mais qui semble assez peu concernée par le sort de ces amis et le sien. Son comportement demeure incohérent et son jeu est une catastrophe. On ne la prendra jamais en pitié et on se foutra un petit peu de son sort. Marc Blucas, second couteau dans quelques films assez mineurs livre une prestation inintéressante oscillant entre le macho de base et le petit copain aimant. Il demeure inutile et ralenti le rythme, comme cette scène où il se bourre la gueule avec ses potes. Le reste du casting est tout aussi nul, avec des acteurs mineurs qui ne feront que le strict nécessaire et qui s’en foutront un peu de mourir d’ailleurs. A l’image de cette jeune fille qui se barre toute seule sans rien dire à personne alors qu’elle est marquée par les créatures et qui va s’en griller une. Tout cela demeure assez consternant en plus d’être ennuyeux. La fin, se voulant subversive et surprenante, reste assez ridicule et montre le peu d’intérêt porté par les personnages quant à leur sort ou aux sorts de ces camarades ou patients.

Le-peuple-des-tenebres-image

Quoi ! Tu n’as plus de pilules !! Mais c’est la merde !

Au final, Le Peuple des Ténèbres est un film mineur et franchement ennuyeux. Partant du postulat des terreurs enfantines mais avec un regard d’adulte, le film se fourvoie dans une démarche où toute l’innocence et la magie de la jeunesse a disparu et sans ces deux points, on peut dire que la défaite est assurée. Bref, un film médiocre, lent et où les comportements des personnages demeurent incohérents et où le spectateur ne sera pas interpellé une seule fois. Vous pouvez passer votre chemin !

Note : 06/20

Image de prévisualisation YouTube

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.