octobre 24, 2021

Sherlock Holmes et la Conspiration de Barcelone

album-cover-large-21580

Auteur : Sergio Colomino et Jordi Palomé

Editeur : Marabout

Genre : Policier

Résumé :

Une classe bourgeoise vit un âge d’or et dirige la vie politique de la ville. Mais la classe ouvrière réclame des droits, allant jusqu’à commettre certains actes terroristes. Jaume Maspoch, jeune imprimeur, entend parler d’un groupe de terroristes qui se fait appeler « Mestral ».

Sa vie est menacée lorsque son meilleur ami est assassiné par ce groupe et un seul homme mystérieux peut le protéger. Il se fait appeler Sherlock Holmes.

Il est sur une mission à Barcelone et ses investigations l’ont mené au groupe Mestral qui préparerait une attaque terroriste contre le plus célèbre théâtre de la ville, le Liceu.

Les deux hommes vont ainsi s’allier contre le groupe terroriste dont le leader poussera Sherlock à affronter certains événements de son passé…

Avis :

Figure emblématique de la littérature policière qu’on assimile souvent à une personnalité qui a réellement existé (il est vrai que Conan Doyle s’est inspiré du docteur Joseph Bell), Sherlock Holmes perdure dans l’imaginaire collectif tant et si bien qu’il traverse les époques et les générations à travers la plume d’autres auteurs que son géniteur. Largement répandu dans l’univers du cinéma et des séries télévisées, il fait une apparition remarquée dans le monde de la bande dessinée depuis quelques années ; plus particulièrement au sein de la collection 1800 chez Soleil. Aussi, il n’est guère surprenant de le voir se manifester dans un comics développé par deux passionnés.

9782501089791_pg

L’intrigue s’insère dans la période du grand hiatus. S’étalant de 1891 à 1894, elle fait suite à la mort présumée de Sherlock au sommet des chutes du Reichenbach après un affrontement épique avec le professeur Moriarty. Autrement dit, il s’agit là d’une manne providentielle pour les artistes de tous horizons qui souhaitent explorer le mythe sans entrer en contradiction avec ce que l’on connaît déjà. C’est également une manière de rendre un vibrant hommage sans pour autant sombrer dans la parodie bas de gamme ou le pastiche.

Les deux auteurs vont pourtant surprendre les attentes des fans avec un traitement des plus étonnants. S’il occupe la place centrale de la couverture, Sherlock Holmes n’est en rien le personnage principal de l’histoire. En effet, il ne fait que de trop brèves apparitions çà et là pour ne pas décevoir les lecteurs. Il prend une importance toute relative à partir de l’acte 5, soit le dernier qui précède un épilogue discutable puisqu’il sort même de l’intrigue et des sentiers tracés pour prolonger le récit ; sans grande conséquence cela dit.

Il est vrai que le contexte historique est particulièrement méticuleux. Le milieu des anarchistes en Espagne à la fin du XIXe siècle, les enjeux politiques, les méthodes et opinions divergentes sur la gouvernance d’un état… En cela, le livre est à la fois très bien documenté et exhaustif. On revit dans sa globalité tous les événements qui ont amené à l’attentat au théâtre du Liceo à Barcelone et ce qui a pu advenir des différents intervenants. Toutefois, cette excellente appréciation est nuancée par le fait qu’il ne s’agit en rien d’une enquête « classique », mais d’une partie de faux-semblants pour déstabiliser et renverser le pouvoir.

L’absence remarquée de Sherlock Holmes laisse place à un amoncellement d’idéaux anarchistes tout en reléguant les déductions, et donc la personnalité a proprement parlé, du célèbre détective. D’ailleurs, il nous apparaît davantage sous les traits d’un agent secret que sous les traits d’un enquêteur hors pair. Il existe bien quelques arguments qui jouent en faveur de ce revirement, mais le visage qu’on lui découvre paraît nettement plus fade qu’à l’accoutumée. Ces interventions opportunes font office de bonus et ne motivent en rien la suite des événements.

Peu d’explications, des phrases toutes faites qui contrastent avec un travail saisissant sur les dialogues auxquels il ne participe pas (un comble) et quelques affrontements au corps-à-corps suffiront à dénouer le cœur de l’intrigue. Malgré une progression immersive et assez dynamique, l’ensemble semble trop facile pour pleinement convaincre ; surtout si l’on a connaissance des énigmes complexes qu’a dû résoudre le détective pour forger sa réputation et son mythe. De ce point de vue, on reste sur notre faim.

Concernant le parti pris du graphisme, on nage constamment dans des textures sombres et ternes. Les rues de Barcelone et l’atmosphère de la ville sont bien rendues, mais manquent cruellement de variété. Malgré un changement récurrent de lieux et d’ambiance, tout est trop similaire et indistinct. Même constat pour les personnages dont les visages sont trop souvent masqués dans des plages d’ombres. Ce qui amoindrit leurs expressions et les déshumanise avec des traits trop semblables au fil des vignettes.

PlancheA_199951

Il n’est certes pas surprenant de noter l’absence de certains protagonistes (Watson, en tête de liste) étant donné que le cadre environnemental et temporel ne s’y prête guère. Cependant, jouer sur un nom mythique et le laisser au second plan a tout du coup marketing douteux. L’on saluera le travail exemplaire sur un contexte politique peu connu en dehors des frontières espagnoles, ainsi qu’une maquette appliquée et des bonus appréciables. Néanmoins, Sherlock Holmes et la conspiration de Barcelone demeure frustrant à plus d’un titre. Intrigue facile au vu des capacités intellectuelles du détective, absence remarquée de ce dernier, grain d’image sujet à discussion… S’il s’avère un livre historique des plus agréables, il n’est en aucun cas une enquête policière digne du plus grand détective de tous les temps. Une approche qui décevra à coup sûr les puristes.

Note : 11/20

Par Dante

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.