septembre 28, 2020

Froid Comme la Vengeance – Chaud Comme le Trejo

21053648_20131029125846182.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Titre Original : The Contractor

De : Sean Olson

Avec Danny Trejo, Christina Cox, Brad Rowe, Taylor Spreitler

Année: 2013

Pays: Etats-Unis

Genre: Thriller

Résumé:

La famille Chase vient d’acheter une maison à Malibu et commence à la retaper. Le père, Paul, est avocat. La mère, Elizabeth, organise des œuvres de charité. Leur ado, McKenzie est une gentille fille, qui arrive bien à surmonter son asthme. Elizabeth prépare une réception et engage Javier Reyes, un artisan, afin de faire accélérer les travaux. En apparence idéal, Javier se révèle plus intéressé par la famille que par son travail. Elizabeth découvre bientôt que cet individu qu’elle a laissé entrer dans sa maison les espionnait depuis longtemps…

Avis:

Le téléfilm américain est une grande inconnue pour le public français. S’il fait les beaux jours des deuxièmes parties de soirée chez NRJ 12, il possède tout de même une qualité bien plus haute que ceux de par chez nous. Seulement, outre la gaudriole malsaine de films d’horreur aux effets numériques abjects et des comédies familiales où un chien peut sauver une fête de Pâques, il y a aussi le thriller, un genre très prisé notamment par les anciennes gloires d’un cinéma éteint ou has been. Froid Comme la Vengeance fait bien évidemment partie de ces thrillers qui ne valent pas tripettes et qui ne justifient aucunement un achat sur galette, mais force est de constater que c’est moins pire que certains et que par moments, le film se révèle drôle.

contractor-1200x630

Paul et Elizabeth Chase semblent être un couple parfait. Lui est avocat et elle travaille pour des œuvres de bienfaisances au profit d’hôpitaux soignant les enfants ayant une maladie respiratoire. Mais derrière la façade, le couple ne se voit pas souvent, l’homme croulant sous le travail. Elizabeth doit organiser une soirée chez elle et doit refaire la cuisine pour bien marquer. Il demande alors de l’aide à Javier Reyes, un artisan low cost. Mais lui aussi cache un lourd secret et il n’est surement pas celui qu’il prétend être.

Faux-semblant, vengeance, manipulation seront au programme de ce téléfilm qui n’a rien d’extraordinaire. En effet, avec un budget proche du néant, il est relativement difficile de tirer quelque chose de spectaculaire, ou tout du moins de graphiquement intéressant. Et d’ailleurs, ce film ne s’arrête pas sur ça, préférant aller à l’essentiel, et condensant son intrigue sur un peu moins d‘une heure et demie. En fait, le principal problème de ce film provient de son scénario qui est déjà vu et revu. On commence par une arrestation, qui a forcément un lien avec l’histoire principale, puis le film suit un cours normal sans réelle surprise. Et le problème, c’est que lorsque tout est prévisible dans un thriller, tous les effets de surprise ne fonctionnent plus et le film ne peut pas marcher. Il n’y a aucune comparaison possible avec des thrillers qui sortent au cinéma et notamment Gone Girl de David Fincher, mais la force de ces films, c’est qu’ils tiennent en haleine et ne livre pas les intentions des personnages dès le départ.

D’autant plus que Froid Comme la Vengeance est très bavard et que parfois, on frôle la bêtise pure et simple. Le film contient tous les clichés de la crise de couple, avec la femme qui suspecte son mari de tromperie et le méchant qui fait tout pour que ces doutes soient renforcés. Rien de bien neuf, si ce n’est Danny Trejo qui fait très bien les cuisines et qui est un as du piratage informatique, et si ce n’est certains dialogues complètement ubuesques. Pourquoi le type ne dit pas à sa femme clairement qu’il ne la trompe pas? Pourquoi laisse-t-il planer un doute plutôt que d’être sincère? D’autant plus que dans ce genre d’histoire ultra simple, cela n’apporte rien à l’intrigue ni au climat. Le seul avantage que cela a, c’est d’être drôle pour le spectateur qui se bidonnera devant tant de bêtises.

Jusque-là, on pourrait croire que ce film est un déchet juste bon pour la benne à ordures, et pourtant. Soit que cela soit révolutionnaire ou même bon, le film reste regardable. Pourquoi? Premièrement, si l’intrigue est simple, il est toujours bon de rigoler un bon coup devant des combats kitsch avec un réalisateur manchot. Mais si on laisse de côté les moqueries, les comédiens sont relativement convaincants, notamment la petite famille qui subit des harcèlements. Christina Cox est sexy et assure en tant que milf méfiante et désespérée. Brad Rowe est plutôt bon en père de famille protecteur mais permissif. Sans que cela soit incroyable, les deux acteurs sont plutôt bons dans leurs rôles et forment un couple agréable et réaliste. Malheureusement, Danny Trejo accuse le poids des ans et demeure bien pataud dans cette histoire, où il n’est ni effrayant, ni inquiétant.

maxresdefault

Au final, Froid Comme la Vengeance est évidemment un mauvais film, mais il est loin de la purge attendue. C’est-à-dire que dans le domaine du téléfilm, il se défend car il va droit au but et propose des moments marrants malgré lui. Il s’agit donc d’un film qui est plutôt mauvais, mais qui essaye de fournir quelque chose, un vrai contenu, avec les moyens du bord. Et l’honnêteté en ce bas monde, c’est déjà quelque chose de bien, surtout que le film ne vise pas plus haut que ce pourquoi il est fait.

Note: 07/20

Image de prévisualisation YouTube

Par AqME

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.