juin 23, 2021

Angus & Julia Stone – Angus & Julia Stone

600x600

Avis :

On a souvent tendance à croire que la folk vient essentiellement des Etats-Unis. Mais cet état de fait est complètement faux et ce duo Angus et Julia Stone confirme que de la bonne folk peut provenir d’ailleurs. Ces australiens commencent leur carrière chacun de leur côté et ne se retrouvent que le temps de concerts intimistes en 2006. Cependant, se faisant remarquer en duo, le frère et la sœur signe sur plusieurs labels ensemble et commence à fournir des EP et deux albums en duo. Mais leur volonté première de faire carrière solo chacun de leur côté est très prégnante et c’est entre 2009 et 2010 que les deux se séparent pour sortir des skeuds de façon quasi simultanée. Mais le destin est parfois un drôle de farceur et courant 2014, le producteur Rick Rubin souhaite les rencontrer tous les deux et leur demande de faire encore un album en duo. S’ils sont réticents au départ, frère et sœur acceptent l’offre et vont livrer ce qui sera leur troisième album ensemble, un album éponyme qui deviendra leur plus gros succès à ce jour. Mais que se cache-t-il dans cette galette teintée de folk, parfois de rock, mais d’une douceur extrême et d’une certaine mélancolie ?

Le skeud débute avec A Heartbreak, un morceau qui sera à l’image de quasiment tout l’album, c’est-à-dire mélancolique, assez lent, mais qui contient une bonne grosse dose d’émotion avec un mélange intéressant des deux voix. D’ailleurs, en ce sens, l’album d’Angus et Julia Stone n’a rien d’extraordinaire et ne sort pas vraiment du carcan folk music, mais l’ensemble reste bien produit et surtout, le duo essaye de varier les plaisirs et les sonorités. Se basant toujours autour d’une guitare et d’une batterie, le duo sert des titres qui font de suite penser aux Kings of Leon, comme Little Whiskey ou encore From the Stalls. Entre une batterie redondante et la voix chevrotante du chanteur, on retrouve les mêmes schémas que pour le groupe précédemment cité. Là aussi, le groupe trouve un bon équilibre au sein du skeud, proposant parfois des morceaux où seul Angus chante et d’autre où c’est Julia qui a la parole. Ainsi, l’auditeur se retrouve face à un album qui arrive à proposer un vrai duo mais qui sait aussi faire la part des choses pour offrir des variations très intéressantes. Le seul plus gros souci de l’album, c’est qu’il demeure un peu trop redondant. Voulant toujours jouer sur la lenteur et la mélancolie, le frère et la sœur livre un long album qui peut vite devenir lassant, ne s’émancipant vraiment que lors des deux derniers titres.

3921_angus  julia stone printemps de bourges 2011_e7

En effet, le groupe se révèle vraiment sur la fin du skeud avec deux gros morceaux très réussis. Le premier est Main Street, un titre d’une nostalgie impressionnante, qui touche vraiment au cœur et qui possédera une véritable ambiance. D’ailleurs, ce sera le morceau le plus mélancolique de l’album, mais aussi l’un des plus réussis grâce à une rythmique doucereuse et insidieuse. L’autre titre intéressant, c’est Crash + Burn, qui lâche la folk pour un temps et livre un titre qui lorgne plus du côté rock. Et c’est à ce titre que l’on va prendre la dimension du groupe. Le duo est capable de livrer quelque chose de plus pêchu, de plus entrainant, tout en gardant l’aspect mélancolique qui fait la réputation du duo. Le duo va même se livrer à un solo de gratte et les riffs seront plus agressifs, permettant de rendre une copie moins propre, moins guillerette mais plus puissante et attrayante. Il est juste dommage que le groupe retombe dans ses travers dans les trois pistes bonus suivantes, livrant de la bonne musique folk, certes, mais qui a bien du mal à se démarquer des autres titres. A la rigueur, le seul titre qui se sauve, c’est Death Defying Acts, mais qui propose aussi une ambiance lourde avec un vrai solo de gratte et une batterie qui se permet quelques envolées, le tout livré à la belle voix de Julia.

Au final, Angus & Julia Stone, le troisième album issu de la collaboration du frère et de la sœur, se révèle être un joli moment de musique folk, mais qui a bien dû mal à se démarquer des autres productions du genre. Relativement joli sur la forme, l’album est tout de même bien trop long pour pleinement convaincre et manque parfois de créativité. Fort heureusement, l’album se sauve grâce à des pistes maîtrisées et quelques écarts vers un rock salvateur, permettant une variation des plaisirs. Pas essentiel donc, mais un album somme toute sympathique.

  1. A Heartbreak
  2. My Word For It
  3. Grizzly Bear
  4. Heart Beats Slow
  5. Wherever You Are
  6. Get Home
  7. Death Defying Acts
  8. Little Whiskey
  9. From The Stalls
  10. Other Things
  11. Please You
  12. Main Street
  13. Crash + Burn
  14. Do Without
  15. All This Love
  16. Roses

Note : 13/20

Image de prévisualisation YouTube

Par AqME

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.