Tikal

tikal-boite1

But du jeu :

Tikal est un site archéologique perdu au milieu de la jungle du nord Guatemala. Enfouie sous des arbres, se cache une cité vieille de 3000 ans. Des expéditions se montent afin de mettre à jour les temples et les trésors encore ensevelis. Est-ce votre équipe qui contrôlera les temples les plus hauts ? Sont-ce vos hommes qui extrairont du sol les plus beaux trésors ?

Avis :

Je ne suis pas un grand passionné par les jeux de stratégie. Quand il faut trop réfléchir ou encore anticiper ses actions pour gagner, cela a souvent tendance à vite me gonfler. Seulement, quand un jeu est nommé Spiel des jahres (jeu de l’année en Allemagne), on peut se douter qu’il s’agit là d’un très bon jeu. En effet, les allemands ont plutôt bon gout en matière ludique et bien souvent un jeu ayant ce titre est un très bon jeu. De plus, les jeux s’axant autour d’une thématique forte comme l’exploration de temples mayas (ou aztèques, ou incas) sont assez rares et malgré une boîte peu affriolante, c’est avec une certaine curiosité que je me lance dans une partie.

Alors Tikal, c’est quoi ? Il s’agit d’un grand site archéologique avec une multitude de temples et il reste encore aujourd’hui le plus grand site archéologique en Amérique du Sud. Le jeu propose aux joueurs de prendre la place des archéologues et de faire une sorte de course aux points durant un certain nombre de tours et pour cela, il faudra suivre scrupuleusement les différentes façons de marquer un maximum de points. Chaque joueur se retrouve donc avec des petits jetons de couleur représentant ses archéologues et des prismes droits représentant les campements. Une fiche explicative et récapitulative accompagne le joueur pour qu’il puisse se souvenir de tout ce qu’il peut faire. Des tuiles sont posées au fur et à mesure des déplacements des jetons. Certaines tuiles présentent des trésors, d’autres, des temples, d’autres des accès plus difficiles. Chaque joueur doit déplacer ses jetons, mais le problème c’est que chaque déplacement a un cout et il faut donc bien discerner les points que l’on veut dépenser, car ils ne sont pas infini, on en a dix par tour. Il est possible de faire plusieurs actions pour gagner des points comme creuser un temple pour lui faire gagner un niveau, récupérer des trésors, monter un campement, etc. Seulement, on marque des points à des moments très précis dans le jeu et c’est la majorité qui marque les points sur la tuile. Ainsi, on peut monter un temple, mais on n’est pas sûr de marquer les points que l’on augmente. Tikal s’impose donc comme un pur jeu de stratégie où anticipation, calcul et hasard vont bon train.

Tikal_M3

Certains d’entre vous vont alors se poser la question de la redondance et de l’ennui au bout de plusieurs parties. Eh bien, il n’en est rien ! En effet, le système de tuile se retournant au hasard fait que le plateau change à chaque partie et que donc chaque partie devient différente. Ensuite, en fonction de la disposition du plateau, les stratégies seront totalement différentes, car les temples peuvent être éloignés ou difficilement accessibles et la chasse au trésor sera plus mise en avant, ou le contraire. Bref, Tikal reste un jeu où les parties ne se ressemblent pas. Sous sa boîte au look hideux se cache un jeu qui possède un design simple, sobre mais efficace. Les tuiles faisant monter les temples sont une bonne idée, donnant du volume au plateau. Les pions en bois sont une bonne alternative et représente bien l’aspect tactique du jeu. Le plateau, sobre, reste dans le style voulu du jeu offrant un paysage vert et une vue du dessus pas désagréable.

Au final, Tikal reste un pur jeu de stratégie, mais il a l’avantage de présenter un environnement assez atypique, puisque d’habitude, ce sont plutôt les guerres qui sont mises en avant dans ce type de jeu. Les règles assez simples sont assimilables pour les joueurs inexpérimentés comme pour les gros gamers et la présence de la fiche récapitulative est une excellente idée. Le problème de ce jeu c’est que si vous avez un grand stratège en face de vous, il y a de fortes chances pour que vous soyez sûr de perdre. Ceci dit, cela n’entache en rien le plaisir de jeu qu’offre Tikal. Sous ses aspects austères et durs, Tikal demeure un jeu sympathique, sobre et pas du tout ennuyeux.

Note : 14/20

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Facebook : Lavisqteam.fr – Contact: lavisqteam@laposte.net