octobre 28, 2020

Incassable

051101_af.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Titre Original : Unbreakable

De : M. Night Shyamalan

Avec Bruce Willis, Samuel L. Jackson, Robin Wright, Spencer Treat Clark

Année: 2000

Pays: Etats-Unis

Genre: Thriller

Résumé:

Elijah Price souffre depuis sa naissance d’une forme d’ostéogénèse. S’il reçoit le moindre choc, ses os cassent comme des brindilles. Depuis son enfance, il n’a de cesse d’admirer les superhéros, des personnages qui sont tout l’opposé de lui-même. Propriétaire d’un magasin spécialisé dans les bandes-dessinées, il épluche pendant son temps libre les vieux articles de journaux à la recherche des plus grands désastres qui ont frappé les Etats-Unis. Il se met alors en quête d’éventuels survivants, mais y parvient rarement.
Au même moment, un terrible accident ferroviaire fait 131 morts. Un seul des passagers en sort indemne…

Avis:

Le comics est une source d’inspiration sans limite pour le cinéma actuel. Mais il faut dire que les super-héros passionnent depuis leur création et assez rapidement le cinéma se les ait approprié pour proposer une alternative à la lecture. Tout d’abord kitsch, puis plus pop, pour dériver ensuite vers un univers trop coloré pour finir en version ultra sombre et plus réaliste, le super-héros fait vendre, fait des entrées et engrange de l’argent. Le seul problème, c’est qu’aujourd’hui, le film de super-héros est un peu en panne, proposant toujours le même cinéma creux avec de l’action et des effets spéciaux, mais sans réelle histoire derrière. C’est en 2000 que M. Night Shyamalan, aujourd’hui déchu de son statut de jeune prodige, proposait sa vision du comics et du super-héros dans un film radicalement différent de tout ce qui s’était fait à l’époque, mais aussi de tout ce qui se fait maintenant. Incassable, c’est le chef d’œuvre du réalisateur, un film innovant, intéressant et surtout, avec un twist final faramineux.

051101_ph3.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Elijah Price est un homme qui est né avec une maladie rare, celle des os de verre, car il possède un squelette très fragile et ses os se brisent très facilement. Fan de comics dans lesquels il se projette, il devient collectionneur et revendeur de pièces originales. Alors qu’un accident de train tragique fait 131 morts, un seul homme s’en sort, indemne, sans aucune blessure. Elijah voit en lui un potentiel super-héros et il décide de le harceler afin que cet homme puisse pleinement utiliser son potentiel. Entre doutes et manipulations, la relation entre Elijah et son « héros » sera complexe et semée d’embûches.

Alors en pleine descente aux enfers, M. Night Shyamalan a connu durant un court laps de temps la gloire et la renommée. Et à juste titre puisqu’il a livré en deux ans ses deux meilleurs films encore à ce jour que sont Sixième Sens et Incassable. Ce dernier est une relecture de l’histoire de Super-Héros mais ancrée dans le réel et avec une relation non amicale qui va connaître un point d’orgue dans une séquence finale de toute beauté. Marchant continuellement avec des twists finaux, le spectateur sera rodé à ce fonctionnement, mais encore une fois cela marche et ajoute une plus-value au récit, gagnant en force et en émotion. A l’époque, les films de super-héros étaient hyper formatés et c’est un véritable tour de force que donne le réalisateur. A la fois simple et très efficace, Incassable s’impose comme un mètre-étalon du genre, se focalisant surtout sur l’aspect humain du super-héros.

Le plus astucieux, c’est que toutes les facettes du super-héros modernes sont passées à la houlette sans que le spectateur ne s’en aperçoive. Le héros a une faiblesse qui peut lui couter la vie, le méchant, reconnaissable d’entrée de jeu, est assez énigmatique et reste vague sur ses intentions, faisant plus dans le cerveau que dans le muscle. Encore une fois, Shyamalan explore surtout la relation entre deux personnages antinomiques que sont l’agent de sécurité qui possède un instinct de survie incroyable et le pauvre handicapé qui maudit le monde dans son coin. Comme dans Sixième Sens, le film joue beaucoup sur les doutes de chacun, sur la relation à pied d’égalité entre deux personnages très intelligents. Alors bien évidemment, on s’y attache à ces personnages et les acteurs sont vraiment très bons. A l’image de Bruce Willis, sobre mais très inspiré pour ce rôle qui lui va comme un gant, ou encore Samuel L. Jackson et sa coupe biscornue qui s’en donne à cœur joie dans le rôle troublant de Elijah.

Les quelques défauts que l’on pourrait reprocher au film sont assez minces. On peut par exemple parler de certaines idées de mises en scène qui sont pénibles, comme au tout début dans le train, où Shyamalan fait des allers/retours entre deux sièges de train pour filmer une conversation, mais cela reste très anecdotique, surtout quand on voit la qualité du script.

051101_ph7.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Au final, Incassable est le meilleur film de Shyamalan jusqu’à présent et visiblement pour un long moment car sa carrière est devenue une catastrophe proche de celle de Uwe Boll (même si lui il essaye toujours de fournir un bon film). Intéressant, très ancré dans le réel tout en demeurant fantastique et avec un final incroyable, Incassable est vraiment très bon, même 15 ans plus tard. Un film que l’on conseille et qui sort du carcan des super-héros en collant moulant.

Note: 18/20

Image de prévisualisation YouTube

Par AqME

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.