octobre 24, 2021

Batman Dark Detective

Batman_Dark_Detective

Auteurs : Steve Englehart, Marshall Rogers, Walt Simonson, Sal Amendola, Javier Pulido

Editeur: Urban Comics

Genre: Super-Héros

Résumé :

Batman vient d’être déclaré hors-la-loi par les autorités de Gotham City, corrompues par le malfaiteur Rupert Thorne. Sous son identité civile, Bruce Wayne fait alors la rencontre de Silver St Cloud, une spécialiste de l’événementiel, et la première femme à découvrir son identité secrète. Affrontant le Dr Phosphorus, le professeur Strange, Deadshot et le Joker, Batman aura fort à faire pour se réhabiliter.

Avis :

En 1976, Steve Englehart était l’une des têtes pensantes de l’industrie Marvel. Après des travaux remarqués sur Captain America, Avengers ou encore Dr Strange, il est appelé par DC pour travailler sur deux séries. Il officiera alors sur Justice League of America et sur Detective Comics. Sur les deux séries, il va faire des épisodes qui se suivent, permettant de faire une histoire plus longue et de mieux travailler la psychologie des personnages gentils comme méchants. Un travail inédit à l’époque pour DC qui était plus habitué à des histoires uniques sans réel suivi. C’est ainsi que la première partie du recueil proposé par Urban Comics démarre. Steve Englehart reviendra dans les années 2000 sur Detective Comics pour fournir une sorte de deuxième saison, avec d’autres méchants mais s’axant toujours sur un fil rouge permettant de voir plus en détail la psychologie des personnages. Cela marquera la deuxième moitié du comics qui va se révéler plaisant et bien plus sombre que ce qu’il laisse penser.

BDD2

On pourrait donc croire que le premier arc narratif, datant des années 70, soit moins violent que le second arc. Mais à la lecture, pas du tout. Cette histoire permettra de rencontrer de nouveaux méchants comme l’infâme docteur Phosphorus, qui jouera sur le fait de la dangerosité du nucléaire, mais aussi et surtout sur la corruption des dirigeants de Gotham. On aura donc une histoire qui s’axe autour du personnage de Rupert Thorne, chef corrompu des dirigeants de la ville, qui souhaite évincer le Batman pour qu’il évite de mettre son nez dans ses affaires et ses différents pots-de-vin. Ainsi, et malgré l’âge du comics, on aura une histoire relativement sombre, où un méchant va jusqu’à en tuer un autre pour avoir l’identité du justicier et cela dans des cases très explicites. C’est rude, mais c’est très bien amené et cela montre que la censure n’avait pas son mot à dire à l’époque, s’adressant à un public plus adulte. Bien entendu, on retrouvera aussi d’autres méchants plus connus comme le Joker qui montrera toute sa folie ou encore des acolytes comme un passage avec Robin. La nouveauté viendra de Silver St Cloud, la petite amie du Batman, qui sait qu’il est Bruce Wayne. L’arc se finit d’ailleurs par leur rupture, la jeune femme ne pouvant supporter de savoir Bruce risquer sa vie tous les soirs. D’un point de vue dessin, c’est assez vieillot, mais finalement cela passe plutôt, notamment avec un trait dynamique et pas dénué d’intérêt.

Le deuxième arc est de loin le plus intéressant, même si dans le fond, il est plus léger que le premier récit. La première chose qui frappe est le dessin qui prend un vrai coup de jeune. Il est plus énergique, plus dense, plus précis et c’est un vrai plaisir à suivre. Néanmoins, et c’est assez marrant, ce dessin garde un côté rétro assumé, notamment dans sa façon de représenter les méchants et les pièges mortels du Joker. Dans cet arc narratif, la politique est toujours au centre du sujet, montrant ainsi la folie douce du Joker, mais elle sera moins corrompue et montre justement des personnages assez bons. Ce qui est le plus appréciable c’est que l’on va voir la psyché du Batman, revenant sur ses peurs primales, grâce à l’Epouvantail qui signe son retour mais on va aussi voir une guerre intestine entre méchants et notamment Double-Face et le Joker. Ce qui change énormément par rapport au premier arc, c’est que le Joker est vraiment plus violent, laissant aller sa folie et torturer purement et simplement une jeune femme, allant jusqu’à l’étrangler pour qu’elle perde connaissance. On remarquera aussi du sang, des morts et même un homme démembré. Cet aspect gore est hallucinant dans un Batman, mais il colle finalement bien à la noirceur actuelle du héros.

DarkDetective0112

Au final, Batman Dark Detective est un recueil très intéressant et qui risque de faire l’unanimité au sein des fans du Dark Knight. En effet, entre le récit plutôt old school et le récit plutôt moderne, on pourra apprécier l’évolution des dessins mais aussi des personnages et de l’univers si sombre dans lequel baigne le vigilante. Un ensemble qui montre des personnages peu connus et d’autres lus communs, le tout dans une atmosphère politique prégnante et obscure. Un bon recueil.

Note : 16/20

Par AqME

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.