décembre 5, 2020

Chaos

69215974_af.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

De : Coline Serreau

Avec Vincent Lindon, Catherine Frot, Rachida Brakni, Line Renaud

Année : 2001

Pays : France

Genre : Drame

Résumé :

Un soir, en conduisant en ville, un couple bourgeois, Hélène et Paul, est témoin d’une scène violente : Malika, une prostituée, est poursuivie par des truands. La jeune fille appelle à l’aide, tente de se réfugier dans la voiture du couple, mais Paul verrouille les portières du véhicule. Malika est alors tabassée et laissée pour morte sur le trottoir.
Le conducteur s’empresse de nettoyer sa voiture pour faire disparaître les traces de sang, tandis que sa femme cherche à savoir ce qu’est devenue cette jeune fille. Elle la retrouve dans le service de réanimation d’un hôpital parisien et la soutient dans sa lente résurrection, délaissant quelque peu son foyer.
Mais les proxénètes qui ont agressé Malika n’entendent pas la laisser tranquille, et bientôt Hélène se retrouve impliquée dans une histoire qui la dépasse : elle entreprend de redonner goût à la vie à la prostituée et de la tirer des griffes de ses bourreaux.

Avis :

Coline Serreau est une réalisatrice que j’aime bien. J’ai vu quelques-uns de ses films et j’ai toujours passé un bon moment devant. En plus de ça, j’aimais bien le sujet et le casting du film, je me suis donc lancé dans ce que je pensais être un drame poignant, mais malheureusement pour moi ce n’est pas du tout ce que j’ai trouvé et ce fut une expérience vraiment difficile à finir…

69215975_ph2.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Un couple part en soirée. Sur la route, une jeune femme pourchassée par des hommes vient leur demander de l’aide, mais l’homme verrouille les portes de la voiture et la jeune femme est donc rouée de coups. Le lendemain, Hélène, pleine de remords, recherche la jeune femme qu’elle retrouve. Elle décide alors de veiller sur elle quitte à mettre son couple et sa famille en l’air. Mais elle est très loin de se douter du parcours de la jeune femme.

Je pense être un cinéphile assez ouvert, je regarde de tout, je ne me ferme pas à grand-chose comme genre de cinéma, mais là pour le coup, rarement dans ma vie de cinéphile, j’aurais aussi mal vécu un film que ce « Chaos« .

J’ai absolument tout détesté de ce film. Mais quand je dis tout, c’est vraiment tout. De la mise en scène que j’ai trouvé infecte au possible et insupportable. C’est mal placé, mal filmé, complètement décalé, beaucoup trop décalé par rapport à l’histoire que j’ai bien cru qu’on se moquait de moi et cela dès les premières images. Il y a des films comme ça, on sait d’emblée qu’on ne va pas aimer et ce « Chaos » fait partie de ceux-là. J’ai trouvé les images laides, la photographie donne mal aux yeux, surtout les scènes de l’hôpital qui baignent dans le bleu. De plus, la mise en scène est accompagnée par une bande originale que j’ai détestée dans le contexte. Si j’aime bien la musique électro rétro jazzy, comme il y a dans ce film, là j’ai trouvé ça insupportable. Je trouve que ce choix ne convient pas du tout et ne donne ni caractère, ni ambiance au film. J’avais qu’une envie, c’est qu’elle s’arrête. Elle n’accompagne rien ou ne souligne pas les scènes ou les émotions du film. C’est juste insupportable.

Arrive le scénario…. Si déjà la mise en scène était insupportable, l’histoire ne m’a pas non plus convaincu. Il y a bien quelques bonnes idées que j’ai appréciées, mais la plupart de l’histoire est à l’image de la mise en scène, insupportable de bout en bout. J’ai bien compris que la réalisatrice voulait jouer avec l’absurde, mais plus le film avançait et plus l’histoire sombre dans l’improbable et le pitoyable avec des clashs à deux balles, et des rebondissements complètement dingues auxquels je n’ai pas cru une seule minute et j’ai fini par rejeter tout le film en bloc. La réalisatrice nous entraîne dans une histoire de rédemption d’une prostituée et le film enchaîne clichés sur clichés sur clichés, c’est même un très joli festival insupportable et risible. J’avoue que certains sont tellement énormes qu’ils m’ont fait sourire.

La morale de l’histoire, c’est : les femme sont fortes et s’entraident, alors que les hommes sont tous mauvais et lâches et ça de père en fils.

Les rebondissements sont risibles, ça s’engueule et s’envoie des vannes méchantes pour rien. L’histoire du fils dépassé par ses conquêtes ne m’a pas fait rire. Le père et la prostituée qui craquent, j’ai trouvé ça ridicule, les infirmières de l’hôpital qui laissent partir une patiente complètement paniquée, alors qu’elle est rentrée pour une agression, n’est pas possible. La confession du parcours de la prostituée est interminable et tellement mal vue. L’histoire en elle-même est forte, et je comprends qu’on ait envie de la raconter, mais elle est tellement appuyée par-ci et par là que ce n’est pas possible d’être touché.

Le film a joué avec mes nerfs et malgré qu’il soit quand même très court, c’est un très, très long moment que j’ai vécu là et quand le générique de fin est apparu, je l’ai pris comme une belle colombe qui ranimait en moi la paix dans mon cœur.

69215975_ph3.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Puis enfin, encore une fois, comme à l’image du film, le casting n’est pas bon. Alors qu’il est composé d’acteurs confirmés et que j’aime, je les ai trouvés insupportables et mauvais comme ce n’est pas permis. Catherine Frot est une tête à claque, Vincent Lindon m’a horripilé, Aurélien Wiik est agaçant. Quant à Marie Denarnaud et Chloé Lambert, elles jouent bien, mais leurs personnages sont si peu crédibles dans l’histoire qu’elles ne font qu’actes de présence. Seule Rachida Brakni ressort du lot, en offrant surtout en début de film un jeu extraordinaire, et même si je n’ai pas accroché avec le personnage dans l’histoire, je dois dire que l’actrice est remarquable.

« Chaos » fut vraiment l’une de mes pires expériences de cinéphiles. J’ai rarement pris un film en horreur à ce point. Ce fut un moment interminable et il va me falloir du temps avant d’oublier… Ou alors trois épisodes de « Doctor Who« .

Note : 03/20

Image de prévisualisation YouTube

Par Cinéted

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.