juillet 20, 2024

Airbourne au Rockhal (Luxembourg)

10668517_780834718628851_609267820_n

Il aura seulement fallu attendre huit petits mois pour que les rejetons d’AC/DC reprennent d’assaut la Rockhal d’Esch sur Alzette. Le dernier passage d’Airbourne dans la salle du Luxembourg ne remonte en effet qu’au 26 novembre dernier. À l’automne les fans avaient pu prendre dans la poire un show ultra énergique comme les gaillards savent si bien nous les asséner (rappelons qu’ils étaient également passés par deux fois à la Rockhal en 2010 pour le « No Guts no Glory Tour« ). À Lavisqteam, nous avions loupé leur prestation au Sonisphere 2013 faute de temps, alors cette date de juillet en continuation du « Black Dog Barking Tour » tombait comme qui dirait à pic pour rectifier le tir. Dans une salle configuration Club pleine à craquer (environ 1100 personnes), la soirée allait battre son plein dans une ambiance surchauffée, du genre à tiédir rapidement même les bières les plus fraîches et à faire prendre un peu l’air aux poils de torse les plus drus.

10441313_756363941075929_9215671673876865724_n

Le show s’ouvre au son du thème principal du film Terminator 2 (un score signé Brad Fiedel pour petit rappel), lumières éteintes, il s’extrait de l’arrière de la scène quelques spots laser rouge du plus bel effet, lorsque sans crier gare BOUM ! Joel O’Keeffe et sa clique déboulent comme des furieux au son d’un « Ready to Rock » survitaminé (une chanson clairement destinée à l’ouverture des concerts au vu du titre et des paroles). Le frontman qui officie au chant et à la guitare solo lance un « it’s good to be back ! » au micro après la chanson et question prestation rien à redire, lui et les autres membres sont en très grande forme ce soir, de véritables piles électriques chargées à 100% du début à la fin ! La setlist rassemble un condensé des meilleurs titres de leurs quatre albums : « Too much, too young, too fast« , « Diamond in the rough« , « Blonde bad and beautiful« , « Girls in black« , « Cheap wine & cheaper women« , « Black dog barking« , « Stand up for rock’n’roll« . Un choix quasi identique à celui de leur passage de novembre dernier où seulement deux titres différent sur les douze joués (« No one fits me better than you » et « No way but the hard way » remplacent ce soir « Raise the flag » et « Back in the game« ), mais passons sur ce léger manque de surprise (en même temps ils n’ont encore que quatre albums à leur actif) puisqu’avec une telle dose de punch et leur envie tellement ravageuse, ils en seront très vite excusés.

10477073_756365064409150_7538409891720973737_n

Durant le show, O’Keeffe fera sa petite ballade habituelle dans la foule sur les épaules d’un roadie jusqu’à la l’ingé son pour finir debout sur la table et s’adonner à un solo endiablé. Plusieurs canettes de bière de 50cl finiront explosées sur sa tête puis vidées et balancées dans le public (vu la chaleur dans la salle ce soir là, personne ne s’en plaindra). Airbourne clôturera son quatrième passage à la Rockhal par « Live it up » et « Runnin wild » en guise de rappels puissants histoire d’essorer les dernières gouttes de sueur qu’il nous restait dans l’organisme.

10509574_756366267742363_5743129079779413378_n

Notre verdict : Airbourne en concert, ça tue méchamment ! Le combo de hard rock australien commence plus que sérieusement à se faire un nom. Comment ne pas voir en eux les futurs et dignes successeurs aux plus grosses machines du milieu dont l’âge avancé ne joue plus toujours forcément en leur faveur ? La rélève est assurée !

Par Casey Slyback

10347778_756366524409004_472221661911176348_n

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.