Warning: include_once(/homepages/46/d456916985/htdocs/wp-content/plugins/ubh/ubh.php): failed to open stream: Permission denied in /homepages/46/d456916985/htdocs/wp-settings.php on line 391

Warning: include_once(): Failed opening '/homepages/46/d456916985/htdocs/wp-content/plugins/ubh/ubh.php' for inclusion (include_path='.:/usr/lib/php7.3') in /homepages/46/d456916985/htdocs/wp-settings.php on line 391
The Village Saison 1 - Lavisqteam.fr
août 4, 2021

The Village Saison 1

10264929_855019364511474_1501750797_n

D’Après une Idée de : Peter Moffatt

Avec John Simm, Maxine Peake, Bill Jones, Nico Mirallegro

Pays: Angleterre

Genre: Drame

Nombre d’Episodes : 6

Résumé :

Naissances et décès, amour et trahison, sexe et religion, bonheur et travail, la mémoire d’un village se façonne avec le temps et résonne avec celle de ses habitants. La vie de Bert Middleton se confond avec celle de « son » village. Au crépuscule de sa longue vie, le vieil homme se rappelle les bonheurs et les douleurs, le passé face au présent…

Avis :

« The Village » est encore l’exemple type de la belle et bonne série qui ne traverse pas les frontières de la Grande Bretagne et pourtant elle mérite vraiment le coup d’œil. Étalée sur six épisodes de presque une heure chacun, la série va nous livrer les mémoires d’un villageois, de son enfance entre 1913 et 1920 pendant que l’Europe est à feu et à sang et dès la vision du premier épisode le charme opère, car « The village » est avant tout une série d’ambiance, un peu contemplative, elle va nous tenir en haleine par son charme fou et son ambiance unique, entre poésie et mélancolie, la série va être une très jolie surprise.

The-Village-Series-1-34722_6

« The village » ce sont les confessions de Bert Middleton, le plus vieil homme d’Angleterre. Face à la caméra, il va nous raconter son enfance. La première grande guerre, le départ de son frère pour celle-ci, la vie au village quelque peu transformée par cet événement. Son premier amour, même s’il ne l’a jamais avoué. Ses rêves de gamin, ses parents, les habitants et la dureté de la vie pour arriver ne serait-ce qu’à survivre.

« The village » est donc une jolie surprise. C’est une série qui sort des sentiers battus, c’est une série qui est très différente de ce que l’on a l’habitude de nous proposer et c’est peut-être bien pour ça qu’elle n’est pas encore arrivée jusqu’à chez nous.

« The village« , c’est donc de la poésie, de la tendresse, mais aussi de la cruauté et une certaine forme de violence. Ici, on nous a invité à suivre le quotidien d’une famille de fermiers sur près de sept ans. Tout est vu et donné du point de vue de Bert, le deuxième fils de la famille. C’est avec beaucoup de douceur que Peter Moffat, le créateur et scénariste de la série, va nous emmener dans l’intimité de cette famille. Le scénario est simple et attachant. Antonia Bird et Gillies MacKinnon, les deux réalisateurs, filment la vie et tout ce qui fait qu’on l’aime ou la déteste avec beaucoup de pudeur. L’histoire est intéressante, la série fonctionne bien, on est bercé par les petites « aventures » qui peuvent y avoir dans la série. Amour et trahison, la vie et la mort, le sexe, les tabous, la religion, l’espoir, le travail, la rédemption, le courage, la famille, sont quelques-uns des thèmes que la série va aborder avec simplicité, authenticité et mais aussi avec beaucoup d’intensité et de suspens, nous donnant chaque fois l’envie de revenir dans ce village, et en découvrir plus sur ces habitants. C’est très bien fait, parce que quand on y regarde de plus près, il ne se passe pas grand-chose dans la série, enfin rien de ce que les autres séries nous proposent. Ici point de meurtres, viols, d’explosions, non tout est plus simple et plus vrai. Et c’est de cette simplicité que naît tout le charme de la série.

« The village « , c’est aussi une réalisation magnifique. J’ai été très surpris de la qualité visuelle de la série. Rarement une série n’a été aussi belle à regarder. Dès le début, avec son générique, j’ai été séduit par la qualité de la série. Ce générique est d’ailleurs magnifique, l’un des plus beaux que j’ai vu. La musique est parfaite, il est vraiment beau à regarder avec ces images un peu saccadées, le tout accompagné d’un violon mélancolique. Il ne sest pas passé un épisode sans que je le regarde, il est un peu ce petit chemin à travers la campagne anglaise qui me ramenait dans ce village. La série jouit d’une photographie impeccable, très léchée. Il y a une ambiance unique qui se dégage de la série, quelque chose d’ancien et de moderne à la fois. « The Village » vise plus haut que beaucoup d’autres séries, esthétiquement il y a un vrai truc. Les deux réalisateurs nous offrent une belle série de qualité.

Comme pour tout le reste de la série, « The village « , c’est un casting de haute volée. Le petit Bill Jones y tient le rôle principal et c’est à travers ses yeux qu’on va voir une bonne partie de la vie du village. Le petit comédien est impeccable, avec son visage d’ange, il ne peut qu’attendrir et nous toucher. Pour jouer ses parents, on trouve John Simm dans un rôle dur qui lui va à merveille. L’acteur anglais joue un père alcoolique, très dur envers ses enfants, mais qui est en même temps d’une grande fragilité, avec beaucoup de fêlures et plus on avance dans la série et plus le personnage devient touchant. Pour jouer sa femme, c’est Maxine Peake qui s’y colle et l’actrice est très touchante. Sorte de mère courage, elle est en permanence pleine d’espoir et essayant toujours de faire les choses au mieux. Le frère de la famille est lui joué par Nico Mirallegro qui m’a beaucoup ému sur les derniers épisodes. L’acteur que je ne connaissais pas, a éveillé ma curiosité. Ensuite, les autres villageois vont être tenus par des acteurs tous remarquables. On pourra noter Juliet Stevenson magnifique ou Joe Armstrong, tellement intriguant, on ne sait jamais ce que son personnage pense ou bien qui il est vraiment.

The-Village-Series-1-34722_7

« The Village » est donc une belle série qui a beaucoup de classe. Très joliment réalisée, simple mais efficace dans son scénario, tenue par des acteurs sublimes, le petit Bill Jones en tête, j’ai vraiment pris plaisir à regarder cette première saison et j’ai très hâte de voir la deuxième qui est déjà annoncée.

Note 16/20

Image de prévisualisation YouTube

Par Cinéted

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.