juillet 15, 2024

The Incident

20096235.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

De : Alexandre Courtès

Avec Rupert Evans, Dave Legeno, Richard Brake, Kenny Doughty

Année: 2011

Pays: France, Etats-Unis, Belgique

Genre: Horreur

Résumé:

Trois musiciens rêvent de connaître la gloire grâce à leur groupe de rock. Pour survivre, ils travaillent comme cuisiniers dans un asile psychiatrique où les patients sont extrêmement dangereux. Un soir, le système de sécurité tombe en panne à cause d’une grande tempête. Les patients profitent de l’occasion pour fuir de leurs cellules et les trois cuisiniers se retrouvent alors face à un danger de mort…

Avis :

Faire des films de genre en France relève en ce moment de l’exploit. Entre des films qui ne sortent qu’en VoD ou directement en DVD/Bluray comme Goal of the Dead, et d’autres qui sont privés de salles à cause d’une interdiction aux moins de 16 ans comme Aux Yeux des Vivants, difficile de se faire une place et surtout de se faire remarquer. Graphiste, puis réalisateur de clips, Alexandre Courtès n’a pas tourné autour du pot pendant des années, il a pris se petites valises et s’est barré aussi sec aux States pour faire son film de genre. Comme bon nombre de réalisateurs français, Alexandre Aja, Louis LeTerrier, Pascal Laugier, le réalisateur de The Incident décide de faire son premier film avec des acteurs américains et dans la langue de Shakespeare afin de vendre son film plus facilement à l’externe. Sorti discrètement chez nous en 2013 directement en DVD, The Incident fait partie de ces films que l’on n’attend pas et qui sont pourtant très bons.

20139675.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Ketchup ou Mayo ? A moins que tu ne préfères le sang ?

L’histoire du film est très simple. On va suivre trois jeunes gens qui bossent dans une cantine d’un asile psychiatrique où des détraqués sont parqués. Un beau jour, un orage éclate et les plombs sautent. Les fous vont alors sortir de leur cellule et s’en donner à cœur joie ! Les cuistots vont tout faire pour survivre dans ce monde qui devient rapidement hostile. On est donc vraiment dans un survival pur et dur, qui n’a pas grand-chose de novateur. Sauf qu’Alexandre Courtès va aller au-delà du simple survival, proposant une ambiance incroyable, une tension palpable et un final intéressant et imprévisible.

Le survival urbain n’est pas un genre facile à faire. Redondance des décors, couleurs grisâtres, peu d’endroits véritablement dangereux, et on peut facilement tomber dans le piège d’un film sans identité et qui ne fait pas peur, ou tout du moins qui ne suscite aucune émotion. Faisant honneur aux films de John Carpenter dans les années 80, The Incident, de sa bande originale à son ambiance, rappelle immédiatement des films comme Dément (Alone in the Dark en VO) et d’autres slasher/survival en milieu hospitalier. C’est sombre, mais vraiment efficace. Le film ne tombe jamais dans la surenchère d’objets ou de décors rappelant l’époque et il possède un côté hyper réaliste. C’est d’ailleurs cet aspect réel qui va faire que l’on adhère rapidement au film.

L’autre point fort du métrage vient des personnages. En effet, on a droit à une bande de jeunes qui rêve de devenir un groupe de rock très connu. En attendant, pour vivre, ils font leur métier de cuistot. Mais ils n’ont rien de mauvais. Ils sont juste humains avant tout et leurs réactions ou leurs dialogues sonnent vraiment naturels. On s’attachera rapidement à George, le héros de l’histoire, car il est vraiment gentil, attentionné, même avec les résidents à qui il donne à bouffer. Du coup, on sera d’autant plus choqué par le déroulement des évènements et cette injustice qui va régner sur la fin. Au niveau des malades, on droit à quelque chose de fort là aussi. Richard Brake, qui incarne le grand méchant de l’histoire est bluffant et fout vraiment les boules alors qu’il ne fait pas grand-chose. Son regard bleu et son sourire tout en dents suffit à déranger et créer une sensation d’effroi. Encore, une fois, le fait que l’on se prenne d’affection pour le héros rend son sort encore plus douloureux pour le spectateur et créer ce genre d’émotion est un pari gagné à coup sûr.

Enfin, le film possède un avantage sur ses congénères 100% frenchy. En effet, on regrette bien souvent la présence d’un message politique ou social dans le film d’horreur français. C’est-à-dire que le film oublie d’être divertissant, de proposer d’un spectacle sans obligatoirement rajouter des couches auteurisantes, l’empêchant ainsi de ratisser un public plus large. The Incident n’est pas idiot pour autant, mais il a le mérite de ne pas faire de messages politico-sociétaux. Ainsi le film va droit au but, ne lambine pas avec des passages inutiles au grossiers, e il en devient totalement décomplexé. D’autant plus que le métrage ne lésine pas sur le gore, rendant la fin très dure avec des passages franchement bien foutus, comme un arrachage de nez, un mec décapité ou encore un type brûlé vif. Le film n’oublie aussi la torture psychologique avec des passages bien gênants, rappelant le Shock Corridor de Samuel Fuller ou encore Vol au-Dessus d’un Nid de Coucou de Milos Foreman.

20139676.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Youpi ! Y’a du rab à la cantine !

Au final, The Incident est un très bon film d’horreur français. Le premier film d’Alexandre Courtès est une réussite, rendant hommage aux films de genre des années 80 et notamment à un certain John Carpenter. Rythmé, sans aucun temps mort ou inutile, avec des personnages attachants et d’autres complètement effrayants, on peut dire que la frenchy a réussi son coup, et on est ravi pour lui, en espérant que cela lui ouvre les portes du succès !

Note : 15/20

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=vMvFVILdX78[/youtube]

Par AqME

TrasherNote de Trasher: 16/20 Imparfait mais efficace.

HerschellNote de Herschell: 15/20

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.