novembre 26, 2022

Un Beau Matin – La Vie, Seydoux

De : Mia Hansen-Love

Avec Léa Seydoux, Pascal Gregorry, Melvil Poupaud, Nicole Garcia

Année : 2022

Pays : France

Genre : Drame, Romance

Résumé :

Sandra, jeune mère qui élève seule sa fille, rend souvent visite à son père malade, Georg. Alors qu’elle s’engage avec sa famille dans un parcours du combattant pour le faire soigner, Sandra fait la rencontre de Clément, un ami perdu de vue depuis longtemps…

Avis :

S’étant imposée comme une valeur sûre du cinéma français, Mia Hansen-Løve, en une quinzaine d’années, s’est révélée comme une cinéaste à l’univers délicat et émotionnel. Après avoir conclu ses années 2010 avec un voyage en Inde pour l’un de ses plus beaux films, « Maya« , la cinéaste a commencé ses années 2020 avec un autre voyage. C’est en Suède que Mia Hansen-Løve pose sa caméra pour y suivre un couple de cinéastes en pleine écriture. Pour l’occasion, la réalisatrice s’était offert son premier casting « de stars », avec en tête d’affiche Tim Roth, Vicky Krieps, Mia Wasikowska et Anders Danielsen Lie.

Pour son deuxième film de cette nouvelle décennie, Mia Hansen-Løve est de retour dans la capitale française avec « Un beau matin« . Chronique d’une jeune femme, mère célibataire, « Un beau matin » est un joli film qui au travers du portrait de son personnage magnifiquement tenu par Léa Seydoux, regorge de thématiques intéressantes et au-delà de ça de thématiques touchantes. Film tout en émotion, film délicat, s’il est vrai que ce « … beau matin » commence à se faire long sur sa fin, il n’en demeure pas moins du beau cinéma.

Sandra est une jeune mère célibataire à la vie tranquille. Sandra rend tous les jours visite à son père malade. Alors qu’un parcours du combattant commence pour elle et sa sœur, afin de placer leur père dont la maladie demande d’être surveillée en permanence, Sandra revoit Clément, un ami qu’elle avait perdu de vue il y a quelques années. Clément est marié et père d’un enfant et pourtant, Sandra et Clément se rapprochent et entament une liaison…

Il y a des films comme ça, qui ne raconte rien d’extraordinaire, et pourtant, malgré ça, à force de délicatesse, d’émotions et de sensibilité, ils en deviennent presque extraordinaires, et c’est le cas du nouveau de film de Mia Hansen-Løve, qui avec ce « … beau matin » livre une chronique familiale et un portrait de femme assez superbe.

Ce qui est très beau avec le film de Mia Hansen-Løve, c’est sa mesure. Alors que ce qu’elle va raconter, pour la plupart, est terrible et dramatique, la cinéaste ne tombe jamais dans le démonstratif ou l’excès. Non, il y a une retenue sur tout son film, qui fait que l’émotion face à telle ou telle situation est encore plus palpable. Puis derrière ça, « Un beau matin » est un film qui explore beaucoup de thématiques qui sont intéressantes. Contenant deux films en un seul, Mia Hansen-Løve nous propose d’un côté de son intrigue de suivre une famille qui se retrouve embarquée dans un parcours médical, afin de placer le mieux possible un parent malade, et d’un autre côté, la réalisatrice entraîne son personnage principal dans une sublime histoire d’amour. Une histoire faite d’émotions, de renaissance et de ruptures et de retrouvailles.

Ces deux ficelles, Mia Hansen-Løve joue très bien avec elles et passe d’une trame à l’autre avec beaucoup de fluidité, pour finalement peindre un portrait qui résonne juste, un peu comme une évidence. Parfois même, la réalisatrice fait se rencontrer ses deux trames, ce qui rend son film encore plus beau et plus touchant.

À travers deux très beaux scénarios, Mia Hansen-Løve en profite pour aborder aussi bien la famille que l’amour, la maladie que les aidant. « Un beau matin » arrive à parler des EHPAD, des conditions de vie de nos anciens, de l’injustice face à ce système avec ses listes d’attente interminables, ou encore les mouroirs réservés aux plus pauvres et les établissements de qualité, qui ont des prix démesurés. La réalisatrice aborde le droit de mourir dans la dignité, ou encore avec une autre ficelle, la reconstruction de soi après un drame. Elle parlera de l’amour au travers de cette très belle rencontre. Bref, son scénario est riche et dense, et même si, notamment sur sa fin, ça commence à s’essouffler, créant de petites longueurs dans un chemin qui commence à être monotone et répétitif, ça ne l’empêchera pas d’être beau sur son ensemble et très touchant.

Ce qui le rend aussi très touchant, et même plus encore, c’est le casting qu’a réuni Mia Hansen-Løve pour l’occasion, à commencer par Léa Seydoux qui tient un rôle magnifique, peut-être même le plus beau qu’elle a eu jusqu’ici. La réalisatrice demande beaucoup à son actrice, et Léa Seydoux étonne de scène en scène, livrant un personnage sincère, à fleur de peau et tout en émotion. Un personnage qui bien souvent écrase ses émotions, ce qui la rend encore plus touchante.

« Un beau matin« , derrière Seydoux, c’est aussi deux autres personnages ô combien superbes, avec d’un côté un Pascal Gregorry bouleversant et extrêmement juste dans la peau de ce prof de philo malade, dont la maladie l’abîme de visite en visite. Puis de l’autre, il y a Melvil Poupaud dans la peau d’un mari infidèle, lui aussi à fleur de peau, perdu dans ses sentiments. Mia Hansen-Løve gère tous ces comédiens avec émotion, drame, mais aussi une pointe d’humour, car même dans les moments les plus durs, parfois, il y a de quoi sourire, et c’est ce qui fait une grande partie de la beauté et la délicatesse de son film.

L’autre grande force, c’est la mise en scène de sa réalisatrice qui sait très bien comment raconter les émotions et cette histoire. Certes, une heure cinquante, c’est trop long, et l’on aurait pu enlever quelques séquences que le film aurait été le même, mais devant ces longueurs, il y a surtout la simplicité de cette mise en scène, qui comme je le disais plus haut, alors qu’elle n’a rien d’incroyable, à force de délicatesse dans l’envie d’explorer tous ces sujets au plus près, Mia Hansen-Løve livre un film juste et d’une grande beauté. On notera un joli travail sur la lumière, sur la poésie qui se dégage de beaucoup de plans et de séquences et sur les dialogues qui sont de toute beauté pour beaucoup d’entre eux.

Ainsi ce « … beau matin » est un bien joli film qui malgré ses petites longueurs, arrive sans mal à nous les faire oublier en sortie de séance, tant beaucoup d’autres choses nous arrivent en tête. Tout en émotion, sans jamais trop en faire, dense et intense dans ce que cette histoire raconte, tenu par un trio d’acteurs fabuleux, ce huitième film pour Mia Hansen-Løve est une bien jolie réussite.

Note : 15/20

Par Cinéted

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.