février 7, 2023

Night Moves

De : Kelly Reichardt

Avec Jesse Eisenberg, Dakota Fanning, Peter Sarsgaard, Alia Shawkat

Année : 2014

Pays : Etats-Unis

Genre : Drame, Thriller

Résumé :

Josh travaille dans une ferme biologique en Oregon. Au contact des activistes qu’il fréquente, ses convictions écologiques se radicalisent. Déterminé à agir, il s’associe à Dena, une jeune militante, et à Harmon, un homme au passé trouble. Ensemble, ils décident d’exécuter l’opération la plus spectaculaire de leur vie…

Avis :

Réalisatrice indépendante américaine, Kelly Reichardt gagne une belle renommée dès son deuxième film, « Old Joy« . Depuis ce film, la cinéaste s’est bâtie une filmographie admirée par ses paires et une partie du public, pour preuve ses prix dans les plus grands festivals du monde et le succès (dans une certaine échelle évidemment) de ses films qui réunissent un public fidèle et impatient à chaque nouvelle proposition de sa part.

En ce qui me concerne, je vais dire que je suis presque novice dans le cinéma de Kelly Reichardt, puisque jusqu’à maintenant, je n’ai vu que « Certaines femmes« , qui de vous à moi, s’est posé comme un véritable supplice, tant l’heure quarante que dure ce film m’a paru comme cinq ou six… Mais bon, il ne faut jamais rester sur une impression comme cela et profitant d’une proposition du Festival de Deauville, je suis donc entré en salle pour voir le film précédent de la cinéaste, et j’ai bien fait, car même si encore une fois, le temps m’a paru très long, cette intrigue autour d’écologistes, de leurs actes et de leurs conséquences, fut très intéressant.

Josh travaille dans une ferme écologique de l’Oregon. Petit à petit, face à l’urgence écologique, ses idées se radicalisent. Avec un ami et un contact, ils décident de faire exploser un barrage. Ce basculement dans un projet aussi dur va remettre beaucoup de choses en question et bientôt leur vie va en être transformée.

« Night Moves » est donc un film sur l’écologie, et plus largement sur la radicalité de l’écologie, face à un monde qui ne voit que le profit, et qui détruit petit à petit la planète. Intéressant et efficace, même si le film apparaît comme trop long, Kelly Reichardt livre une intrigue qui fait tenir en intérêt son spectateur, face à la planification de ce sabotage, face aux engagements de ces personnages et derrière ça, face aux conséquences sur leur vie, après la résolution de leur action.

Écrit par Kelly Reichardt, « Night Moves » pose la question de l’action et l’inaction et jusqu’où l’on peut s’engager pour une cause que l’on pense juste. Ne jugeant jamais ses personnages et ne tombant jamais dans la leçon de morale, « Night Moves » est un film qui observe les rôles de chacun et les décisions qui vont être prises. Oscillant en le drame et le thriller, en termes d’intrigue, Kelly Reichardt nous offre un film qui est comme je le disais très intéressant, car il tient de bons sujets qui vont être explorés avec beaucoup d’intérêt, même si je dois dire que l’ensemble manque cruellement d’émotion.

Oui, de ce côté, il est vrai que les acteurs demeurent fixes et impassibles dans leur jeu, ce qui est dommage, car ça tue les émotions alors même que le film réunit bien des ingrédients pour nous entraîner dans une histoire puissante. Mais bon, beaucoup d’actions et d’événements qui se déroulent dans le film vont être atténués face à cela.

Ce manque d’émotion et de rythme vient aussi de la réalisation de Kelly Reichardt. Si « Night Moves » est très bien filmé, offrant de beaux plans qui profitent aisément des superbes paysages de l’Oregon, il faut aussi souligner que face à cela, encore une fois, Kelly Reichardt fait traîner son film en longueur avec beaucoup de plans fixes où il ne se passe pas grand-chose, où les personnages ne communiquent pas vraiment. En termes de dialogues, Reichardt fournit le minium, allant toujours à l’essentiel. Ainsi, ce manque d’émotion, ajouté à cette tendance à étirer ses scènes avec des plans où il n’y a pas vraiment de vie, fait que très vite, le film devient ennuyant. Heureusement, son final est très beau et lourd de conséquences.

« Night Moves« , c’est enfin des acteurs et notamment ce trio de comédiens qui sont aussi bons qu’ils peuvent aussi laisser perplexe, car comme je le disais plus haut, Kelly Reichardt ne les fait pas vraiment communiquer. En un sens, ces personnages manquent de vie, mais face à leur engagement, face à leur radicalité, ils ne peuvent pas être enthousiastes. On se retrouve donc devant un Jesse Eisenberg qui fait la gueule pendant toute la durée du film, on se retrouve avec une Dakota Fanning neurasthénique, et pourtant à contre sens de ce que je suis en train d’écrire, Kelly Reichardt arrive à les rendre « attrayants ». Dans ce paysage, seul Peter Sarsgaard, dans une certaine mesure, vit un peu plus que les autres.

Au bout du compte, ce constat est assez étrange, tant je finis par me contredire lorsque j’essaie de poser des mots sur ce « Night Moves« . Le film est intéressant d’un côté et ennuyant de l’autre. Les personnages sont attachants et l’on a envie de savoir où cette histoire va les emmener, et pourtant, ils ne pas vraiment touchants et au-dessus de ça, le film manque d’émotions et de vie. Je ressors donc partagé, ayant apprécié ce que la cinéaste m’a raconté, tout en restant à distance, avec une déception, car cette histoire, et ce final, avaient tout pour être bouleversant et finalement, ça ne reste qu’intéressant. Quoi qu’il en soit, dans un sens (et là, c’est encore une contradiction), je ne regrette pas de m’y être arrêté, et ce film me réconcilie avec le cinéma de Kelly Reichardt.

Note : 11/20

Par Cinéted

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.