juin 29, 2022

Petite Fleur – Un Jour Sans Fin Meurtrier

De : Santiago Mitre

Avec Melvil Poupaud, Daniel Hendler, Vimala Pons, Sergi Lopez

Année : 2022

Pays : France, Argentine, Belgique, Espagne

Genre : Comédie, Thriller

Résumé :

Le couple, l’amour et la vie de famille sont de bien belles aventures que vivent José et Lucie. Jusqu’au jour où l’ennui s’installe. Lucie consulte alors un psy pour sauver leur couple. De son côté, José vient me voir, moi, Jean-Claude, leur voisin. Ensemble, nous lançons une nouvelle thérapie. Trinquer, danser et jouer au meurtrier tous les jeudis : la nouvelle recette du bonheur !  

Avis :

Réalisateur argentin, Santiago Mitre a tout d’abord débuté en tant que comédien, avant de s’orienter vers la réalisation. En tant que cinéaste, il commence par réaliser des publicités, avant de se lancer dans des courts-métrages au début des années 2000. Au milieu de ces années-là, en parallèle de ça, il écrit des scénarios et aide à l’écriture de films. Ainsi, il a travaillé en autre sur les scénarios de « Leonera« , « Carancho » ou « Elefante blanco« . Enfin, Santiago Mitre réalisera son premier long-métrage, « El estudiante« , en 2011.

Quatrième film pour Santiago Mitre qui cette fois-ci a quitté l’Argentine pour poser sa caméra à Clermont-Ferrand, et rien que ça, en soi, c’est déjà surprenant. Mais en plus de cette première surprise, le metteur en scène nous entraîne dans un film qui est radicalement différent dans sa filmographie. Ovni absurde et un brin fêlé, comédie qui lorgne dans le fantastique, avec un côté « Un jour sans fin« , « Petite fleur » est un film qui sait surprendre comme il le faut et on se laisse très volontiers entraîner dans ce délire souvent macabre et sanglant.

José est argentin, et il a tout quitté pour s’installer en France, parce qu’il a trouvé une bonne place en tant que dessinateur de logos. En chemin, il a trouvé l’amour avec Lucie et de cet amour est né une petite fille, Antoinetta. Cette jolie vie va prendre un tournant des plus radicaux, lorsque José perd son travail. Alors que l’ennui s’installe dans le couple, Lucie décide de voir un psy qui a des méthodes peu traditionnelles. Quant à José, il trouve une activité des plus déconcertantes, tuer son voisin tous les jeudis après-midi, histoire de se défouler…

Pour son nouveau film, Santiago Mitre s’aventure dans un film d’un tout nouveau genre pour lui, la comédie dramatique sombre à l’humour acide, et le moins que l’on puisse dire, c’est que ça lui réussit pas trop mal.

« Petite fleur« , est une histoire de vie et de mort, et ça, qu’importe le sens dans lequel ces deux éléments arrivent. Drôle, pêchu, perché et surprenant, le nouveau Santiago Mitre remplit toutes les cases de l’ovni délirant et jouissif. Ce qui est cool avec ce film, c’est qu’au sein de son scénario, il mélange plusieurs cordes à son arc, ce qui donne un film qui s’aventure dans bien des directions, et même si elles ne donnent pas forcément toute naissance à de bonnes choses, sur l’essentiel, ça fonctionne très bien et mieux encore, on s’amuse pour de vrai.

L’intrigue autour de José, cet homme d’une quarantaine d’années quelque peu perdu dans notre beau pays, est la meilleure des ficelles de ce film, puisque c’est avec lui (et Melvil Poupaud) qu’arrive le fantastique, les meurtres, le sang, la drôlerie et le défouloir improbable. Avec cette idée, Santiago Mitre ne cesse de piquer notre curiosité. Comment ça marche ? Pourquoi ? Le personnage était-il fou ? Y a-t-il des sous-entendus, ou des indices, dans le film ? Autant de questions auxquelles le metteur en scène nous laisse libre finalement d’en conclure un peu ce qu’on veut, ce qui se pousse encore un peu plus l’appréciation du film, car il peut ouvrir au débat.

Idem du côté du personnage de Lucie qui, s’il faut bien avouer qu’il est moins travaillé et moins délirant, demeure assez intéressant, car là aussi, le film s’amuse à injecter dans sa vie un personnage assez génial tenu par un Sergi López qui s’éclate à plonger les deux pieds dans la caricature. D’ailleurs, si l’on évoque les personnages, on ne peut pas passer à côté de celui tenu par Melvil Poupaud, qui est génial en voisin prétentieux, voire insupportable, qui va y passer un nombre incalculable de fois.

Après, on pourrait reprocher à ce scénario de ne pas toujours être très clair, notamment lors d’événements dans sa dernière partie, qui laissent parfois dubitatif, ou encore l’intervention de personnages qui n’apportent rien, comme celui de Françoise Lebrun, qui, même s’il est bien tenu par la comédienne, ne sert à rien.

« Petite fleur« , c’est un film qui joue la carte de la comédie dramatique absurde et piquante d’un côté, et en même Santiago Mitre tient à garder un fond assez sérieux, notamment avec tout ce qui tourne autour du couple et de la routine. Bien rythmé, gardant toujours cette idée de délire en tête, s’amusant avec son côté fantastique, tout comme ces meurtres qui s’enchaînent et surtout qui sont tous plus différents les uns que les autres, au gré des humeurs du personnage, franchement, le réalisateur nous offre vraiment de quoi nous amuser et l’on profite jusqu’au bout, même s’il faut aussi dire qu’à un moment donné, on s’est demandé où il voulait aller. Puis finalement, c’est fait avec tellement de délire, qu’on se laisse happer et qu’importe finalement où l’on va avec cette folle histoire.

« Petite fleur » est donc un film surprenant de son début jusqu’à sa fin. Drôle, original, bien vu, amusant, et même fun, tenu par un super casting (Hendler/Pons/Poupaud/López), Santiago Mitre prend des risques et se frotte à un autre genre de cinéma, bien loin de chez lui, et ça lui réussit bien. Une fois que vous aurez été voir « Jurassic World » et « Men« , si le cœur vous en dit, « Petite fleur » et ses meurtres à répétitions vaut le détour.

Note : 14,5/20

Par Cinéted

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.