janvier 27, 2023

Pam & Tommy – Les Teubés Magnifiques

D’Après une Idée de : Robert Siegel

Avec Lily James, Sebastian Stan, Seth Rogen, Taylor Schilling

Pays : Etats-Unis

Nombre d’Episodes : 8

Genre : Drame, Biopic

Résumé :

Retour sur le scandale de la sex tape du couple star des tabloïds des années 1990, la star d’Alerte à Malibu, Pamela Anderson et le batteur de Mötley Crüe, Tommy Lee, durant leur lune de miel qui a été divulgué au grand public.

Avis :

C’est en 2014 que sort l’article intitulé Pam and Tommy : The Untold Story of the World’s Most Infamous Sex Tape dans le magazine Rolling Stone, écrit par Amanda Chicago Lewis. Revenant sur le vol et la diffusion de la sex tape entre Pamela Anderson et Tommy Lee, l’article fit grand bruit, à un tel point qu’Evan Goldberg et Seth Rogen, quatre ans plus tard, voulurent adapter cela en mini-série. Aidé par leur compagnon James Franco, la production va subir quelques déboires, dont le départ de James Franco qui devait tenir le premier rôle. Ce n’est qu’en 2020 que Craig Gillepsie accepte la réalisation de quelques épisodes et Robert Siegel d’en écrire et de produire. Diffusé aux States sur la plateforme Hulu, c’est sur Disney+, via le service Star que l’on va pouvoir découvrir ces huit épisodes qui se veulent sulfureux.

La Fête du Slip

Il est d’ailleurs très étonnant de retrouver une série aussi osée sur la plateforme Disney+. C’est certainement pour cela que ce n’est visible que via les comptes estampillés +18 et qu’il y a un panneau avant chaque épisode pour dire qu’il y a des insanités ainsi que du cul. Car le scénario part tout de même de cette fameuse sex tape qui va faire le tour du monde en peu de temps. Loin de s’intéresser au contenu de cette cassette que les plus cochons d’entre nous aurons déjà entraperçu, la série va surtout se diviser en trois temps pour deux lignes directrices.

En effet, on va d’abord suivre Rand, un menuisier qui va se faire virer par Tommy Lee car ce dernier refuse de le payer. Pour se venger, il va alors voler le coffre de Tommy et trouver la fameuse cassette. Après ce premier acte, on va voir Rand vouloir se faire du bénéfice en diffusant et en vendant cette vidéo. Il va alors s’associer avec des gens peu recommandables et sa vie sa devenir un enfer, ce que l’on va voir dans le dernier acte le concernant. Quant au couple qui donne le titre à cette série, on va avoir droit à la rencontre et l’idylle, puis aux conséquences de la diffusion de cette vidéo, avant de terminer sur le déclin de cet amour fou et dépravé.

Ce choix de trames scénaristiques est assez malin et va permettre au showrunner d’alterner les points de vue en utilisant un épisode sur deux pour se concentrer sur les personnages. Ainsi donc, on aura des épisodes entiers sur ce looser magnifique qu’est Rand, puis des épisodes entiers sur la relation torride entre Pamela, en pleine comm’ pour Barb Wire, et Tommy, dont Mötley Crüe devient has been au profit du Grunge.

Des Destins Pathétiques

Outre ces choix de narration qui sont assez simples et ludiques, on verra aussi que la série prend du temps pour dépeindre des destins tragiques et des choix de vie hasardeux. En premier lieu, on va voir Rand, ce menuisier timide et timoré, qui va vouloir prendre son destin en main, mais qui ne va faire que des mauvais choix. De son casse réussi tout seul, après avoir été lâché par son pote, à la diffusion sur le net de la vidéo, à son appartenance à un clan mafieux pour rembourser ses dettes, on va vite se rendre compte que ce type est un looser et que rien ne va aller dans sa vie. Pour autant, la série arrive à nous le rendre sympathique. Ses mauvais choix ne partent pas d’un mauvais sentiment, mais juste d’une envie de renverser le karma et de faire payer à Tommy Lee son arrogance.

A contrario, quand la série s’attarde sur le couple, elle va poser d’autres questions que le destin ou la volonté de vivre mieux. Car Tommy et Pam ne manquent de rien. Si ce n’est d’intelligence. Si on regarde du côté de Tommy Lee, celui-ci est vu comme un connard pathétique et ignare. S’il aime profondément sa femme, il ne peut s’empêcher d’être égoïste et de penser à sa carrière sur le déclin. La série délivre en filigrane la chute de Mötley Crüe, qui joue forcément sur le caractère impétueux du garçon. Très clairement, la série n’est pas tendre avec le batteur, mais reste assez fidèle à la réalité, ce dernier n’étant pas réputé pour être un enfant de cœur. Ainsi, avec lui, la série parle de la perte de notoriété et du regard que portent les gens sur un homme dans une vidéo porno. Et c’est très bien fait.

Pauvre Pam

Car la série va toujours confronter le point de vue de Tommy à celui de Pamela, qui va vraiment souffrir de cette vidéo. Se montrant volontairement stupide devant les caméras, elle explose pourtant les standards avec un projet de vie ambitieux et intelligent. Derrière le strass et les paillettes, Pamela est une femme maline et battante. Malheureusement, elle va être vue comme une salope, un objet de branlette, et cela va jouer sur sa carrière. La série aborde alors la déchéance d’une star en devenir et son changement de statut à cause d’une vidéo porno. Le film Barb Wire sera la goutte d’eau qui fera alors exploser le couple, avec les ventes catastrophiques du dernier album de Mötley Crüe. Pamela décide alors de céder les droits de la vidéo pour que tout s’arrête, afin de reprendre une carrière qui ne décollera jamais, car le mal est fait.

Bien évidemment, d’autres sujets sont évoqués dans la série. Le rapport de regard entre les hommes et les femmes dans le porno est bien amené, montrant qu’un homme bien bâti aura toujours plus de grâce aux yeux de la population, qu’une femme qui fait une vidéo coquine, cette dernière étant considérée comme une moins que rien. On trouvera aussi des éléments intéressants sur le pardon, avec Rand qui se rend compte du mal qu’il a fait à une femme qui ne lui a jamais rien fait. Et que dire de l’industrie du porno, qui commence à fleurir sur le web avec des webcams, et dont le patron est un jeune actionnaire qui ne pense qu’au buzz et à la popularité. Un thème qui finalement est toujours d’actualité, près de trente ans plus tard.

Performances

Ce qu’il faut souligner avec cette mini-série, c’est aussi la performance des acteurs, et surtout du trio de tête. Sebastian Stan joue à la perfection un Tommy Lee sur le fil, toujours nerveux, débile à souhait, et qui ne mesure jamais les conséquences de ses actes. L’acteur est habité et sa transformation physique est impressionnante. Mais de ce point de vue-là, c’est bien Lily James qui va surprendre tout le monde. Outre le maquillage et autres prothèses, l’actrice prend son côté jeune fille idéale à contre-pied et délivre une prestation à la fois ingénue et intelligente. Elle incarne Pamela de façon incroyable. Quant à Seth Rogen, il est lui aussi très bon. Moins vulgaire qu’à son habitude, plus sobre aussi, l’acteur donne une vraie épaisseur à un type dont le sort semble s’acharner contre lui. Une prestation remarquable.

Au final, Pam & Tommy est une mini-série qui est fort recommandable. Racontant la rencontre des deux tourtereaux avant d’aborder le vol de la cassette et sa mise en ligne, la série va surtout démontrer comment un fait divers non consenti peut détruire des carrières, voire même des vies. Partant des prémices du net jusqu’à l’avènement du peep show via webcam, la série n’oubliera pas en cours de route d’aborder des sujets importants, tout en racontant la vie tumultueuse de trois idiots magnifiques qui s’autodétruiront par une succession de mauvais choix. Si on peut compter une paire d’épisodes en trop, on reste tout de même dans une série de qualité et qui vaut surtout pour la prestation habitée des acteurs.

Note : 15/20

Par AqME

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Une réflexion sur « Pam & Tommy – Les Teubés Magnifiques »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.