janvier 28, 2022

En Attendant Bojangles – Incroyable Efira

De : Régis Roinsard

Avec Virginie Efira, Romain Duris, Grégory Gadebois, Solan Machado-Graner

Année : 2022

Pays : France

Genre : Comédie, Drame

Résumé :

Camille et Georges dansent tout le temps sur leur chanson préférée Mr Bojangles. Chez eux, il n’y a de place que pour le plaisir, la fantaisie et les amis. Jusqu’au jour où la mère va trop loin, contraignant Georges et leur fils Gary à tout faire pour éviter l’inéluctable coûte que coûte.

Avis :

Après des études à l’ESEC, Régis Roinsard réalise quelques courts-métrages chez lui en Normandie. C’est au cours des années 2000 qu’il se fait remarquer en réalisant du clip, notamment pour des chanteurs et chanteuses comme Jean-Louis Murat, Cali, Anaïs, Mareva Galenter ou encore Luke. En 2012, il sort son premier long-métrage, le très bon « Populaire » avec Romain Duris et Déborah François. S’ensuit alors huit années de silence, avant que le cinéaste ne revienne avec un second film assez étonnant, le thriller enfermé « Les traducteurs« .

Attaquant désormais le difficile cap du troisième film, Régis Roinsard revient donc, et encore une fois il s’aventure dans un nouveau genre. Après la comédie et le thriller, voici qu’il emprunte les sentiers de la comédie dramatique. Emporté par trois acteurs incroyables de justesse et de beauté, plein de fantaisie, d’amour et de drame, sublime et étonnant, « En attendant Bojangles » est bien plus qu’un bon film, puisqu’il se pose comme le meilleur film de Régis Roinsard à ce jour.

Côté méditerranéenne, 1957, Camille et George se rencontrent un jour dans une réception donnée par un luxueux hôtel. Pour Camille et George, c’est le coup de foudre. Un coup de foudre beau, pur et un peu fou. De cet amour naît Gary, et le couple est bien décidé à offrir à leur fils une vie follement pas comme les autres. Mais derrière cet amour, et derrière toute cette fantaisie, se cache quelque chose de bien plus sombre. Quelque chose qui n’attend qu’un prétexte pour se faire connaître…

Adapté d’un roman d’Olivier Bourdeaut qui porte le même titre, le nouveau Régis Roinsard est une petite merveille qui n’aura de cesse de se faire étonnant.

La première source d’étonnement, c’est cette intrigue, ce récit d’un amour pas comme les autres, qui va amener les personnages vers un autre monde. Fou, perturbé, fragile et plein d’émotions, « En attendant Bojangles » tient un scénario très riche, qui selon les envies, pourra avoir plusieurs niveaux de lecture. Réunissant deux films en un seul, j’ai franchement adoré me laisser porter par cette folie ambiante, et découvrir les travers de ces personnages. Si Régis Roinsard parle de la famille, s’il parle de concessions qu’on peut faire pour celle-ci, il livre surtout une très belle histoire d’amour. Une histoire pleine de romanesque, de folie, de sentiments exacerbés, de pulsions et par-dessus tout ça, d’amour. Un amour avec ses hauts, voire ses sommets, puis bien sûr ses bas et ses difficultés.

Touchant de bout en bout, pour imager le film de Régis Roinsard, j’ai envie de dire que le réalisateur a filmé un tourbillon de la vie, commençant très haut, allant de plus en plus vite, pour emmener ses personnages tristement, et émotionnellement, au plus profond. Bref, cette histoire est aussi belle qu’elle est très bien pensée, parfaitement écrite, mention spéciale aux dialogues qui sont sublimes et subtilement mis en scène par Régis Roinsard.

Car oui, en parlant de mise en scène, ce film est assez fou. Toujours en mouvement, toujours en mutation, jouant toujours avec les émotions, passant d’un sentiment à l’autre, au point d’en créer une tension, Régis Roinsard nous entraîne dans un film raffiné, qui parfois aura des allures de conte de fée et d’autres fois, il va être capable d’emmener ses personnages sur le chemin des enfers. Un chemin qu’on va découvrir à mi-parcours et qui redéfinira toute la vision qu’on aura pu avoir de cette rencontre et de ces personnages.

Pour ce film, comme pour ses précédents d’ailleurs, Régis Roinsard aura encore une fois offert un superbe travail sur les costumes et la reconstitution de l’époque. De ce côté-là, le film est en mouvement permanent, s’aventurant de la riviera aux grands appartements parisiens, où l’on peut y faire des fêtes démentielles, ou encore plus, s’aventurant dans des lieux très surprenants, dont je garderais le secret.

Enfin, dernier élément magique de ce film, c’est assurément son casting. Un casting flamboyant, aussi merveilleux qu’il a réussi à me bouleverser. « En attendant Bojangles« , c’est tout d’abord les retrouvailles entre Régis Roinsard et Roman Duris près de dix ans après « Populaire » et le réalisateur offre à Duris un rôle en or, sorte de dandy un peu cinglé, qui tombe en amour fou pour cette femme qui n’aura jamais le même prénom. C’est bien simple, je crois qu’on n’avait pas vu un Romain Duris aussi excellent depuis « Une nouvelle amie » de François Ozon.

Avec lui, on trouvera une révélation, le jeune Solan Machado-Graner qui tient le rôle du fils, à travers qui l’on découvre beaucoup de cette histoire d’amour. Puis, on trouvera aussi un joli Grégory Gadebois. Et enfin, après « Adieu les cons« , après « Benedetta« , après « Un amour impossible« , « Police » ou encore « Sibyl« , on trouve la désormais incontournable Virginie Efira qui ne cesse de grandir sous nos yeux plein d’admiration et d’émotion. Incroyable, bluffante, bouleversante, renversante, avec le rôle de cette femme qui ne cesse de changer de prénom, elle livre une grande prestation qui l’emmènera, j’en prends le pari, jusqu’aux César 2022.

Étonnant donc, « En attendant Bojangles » est un film aussi magique qu’il est dramatique, avec son intrigue qui ne cesse de se redéfinir. Beau, fantaisiste, plein d’émotions et de folie douce et amère à la fois, le mieux encore, c’est d’en savoir le minimum possible pour que la surprise en soit d’autant plus grande. Après la comédie « dactylographique », après un thriller en forme de huis clos, Régis Roinsard s’aventure dans un comédie dramatique amoureuse et comme je le disais, en plus de se faire étonnant, il livre son meilleur et plus beau film. J’attends désormais le prochain Régis Roinsard avec beaucoup trop d’impatience.

Note : 17/20

Par Cinéted

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.