décembre 10, 2022

Spider-Man: No Way Home – Du Bon Fan Service?

De : Jon Watts

Avec Tom Holland, Zendaya, Benedict Cumberbatch, Jacob Batalon

Année : 2021

Pays : Etats-Unis

Genre : Super-Héros

Résumé :

Pour la première fois dans son histoire cinématographique, Spider-Man, le héros sympa du quartier est démasqué et ne peut désormais plus séparer sa vie normale de ses lourdes responsabilités de super-héros. Quand il demande de l’aide à Doctor Strange, les enjeux deviennent encore plus dangereux, le forçant à découvrir ce qu’être Spider-Man signifie véritablement.

Avis :

Jon Watts est un réalisateur américain qui a eu un parcours pour le moins étrange. Commençant dans le clip, il s’oriente peu à peu vers la comédie notamment lorsqu’il va être employé sur la chaîne de télé Comedy Central. Remarqué par Eli Roth, le réalisateur va alors passer au film horrifique et au thriller, avec d’un côté « Clown« , et de l’autre l’excellent « Cop Car » où on voit un Kevin Bacon en shérif véreux prêt à dégommer du gamin pour ne pas tomber. Alors qu’il navigue dans le cinéma indépendant, Jon Watts est alors choisi par les studios Marvel pour assurer un nouveau film sur le personnage de « Spider-Man ». Le succès sera alors au rendez-vous, et en l’espace de quelques films, Jon Watts, l’homme qui commença par des clips de Fatboy Slim, deviendra l’un des réalisateurs piliers chez Marvel, avec désormais trois « Spider-Man » au compteur et un reboot des « … 4 Fantastiques » en préparation.

S’il y a bien un film qui était attendu pour cette fin d’année, c’était bien « Spider-Man : No Way Home« . Il faut dire que pendant des mois et des mois la sauce est montée, avec son lot d’annonces, de rumeurs, et d’indices parsemés ici et là et l’on ne parlera même pas des premières bandes-annonces, qui montraient le retour de super-vilains emblématiques de l’univers « Spider-Man ». Avec un tel battage, il vrai que le film avait éveillé une très grosse attente, mais cette dernière pouvait aussi être un énormément risque, car la déception pouvait être au rendez-vous. D’ailleurs, pour ma part, je ne pense pas qu’un Marvel ait véhiculé autant de craintes et « d’espoirs » en un seul film. Heureusement, cette attente a pris fin et ce nouveau « Spider-Man » s’est posé comme un excellent moment de cinéma. Un moment où surprises, émotions et frissons ont été au rendez-vous.

Mysterio a dévoilé avant de mourir l’identité de Spider-Man, ce qui fait qu’aujourd’hui Peter ne peut plus séparer ses deux vies et se cacher derrière le costume du héros. Cette révélation fait des ravages dans sa vie personnelle et surtout, elle impacte la vie de ses proches. Pour pallier à cela, il lui vient une idée, faire appel à Doctor Strange pour faire oublier qu’il est Spider-Man. Or, ce sort que Strange va lancer va avoir des conséquences que personne n’aurait pu imaginer.

Troisième « Spider-Man » pour Jon Watts et ce « … No Way Home » est sûrement le plus difficile de la désormais trilogie. Il faut dire que l’idée de faire revenir des supers-vilains très connus pour les faire s’affronter avec Tom Holland et compagnie était bonne, mais elle pouvait aussi faire basculer le film dans le fan service. Heureusement, même si on retrouve de ce fan service ici, le film va plus loin que ça, liant de bonne manière d’anciens films et d’anciennes histoires à ce nouveau chapitre des mésaventures de l’araignée sympa du quartier.

Alors bien sûr, tout n’est pas incroyable non plus dans ce film. Comme toujours, on retrouve l’humour récurrent Marvelien qui a tendance à désamorcer certaines situations qui méritaient quelque chose de plus sérieux. Parfois même, on peut se demander si le film se cherche tant il peut mélanger les genres et les sensations en une scène. On retrouvera aussi des ficelles scénaristiques très faciles, qui résonnent avec du « comme par hasard, c’est dingue ça ».

Mais derrière ça, ce nouveau « Spider-Man » est un film qui m’a surpris et touché de par ce qu’il raconte. S’il m’a offert ce que j’étais venu chercher dans un sens, avec toutes les surprises que j’imaginais, je dois dire que j’ai été bien plus pris par tout ce qui va être fait autour du pardon, et l’acceptation de ce dernier. On pourrait reprocher au personnage incarné par Tom Holland d’être purement et totalement responsable de toutes les actions qui découlent de cette histoire (histoire d’ailleurs qui est un peu grosse quand on y pense).

Bien souvent, le scénario lui fait prendre des décisions qui sont de mauvaises décisions (quoi que certaines trouvent une justification dans le simple fait que ce soit un « super-héros », mais bon, on ne peut pas trop détailler), mais tout ceci amènera le personnage à grandir, à mûrir, prendre en maturité, et au-delà de ça, au travers de rencontres, à travers d’autres parcours, à pardonner (ou pas), ce qui sera sûrement l’une des choses les plus compliqué à faire, notamment dans cette histoire.

Tout le film est un pardon (début, milieu et fin, on le voit partout) et il est difficile de parler de ce sujet-là sans spoiler l’intrigue. Pardonner, essayer de réparer, de faire autrement, se pardonner à soi-même, pardonner aux autres, et essayer d’avancer… Bref, avec ce thème-là, plus que le reste, « … No Way Home » amènera beaucoup d’émotions, et c’est ici qu’on trouvera la belle surprise du film. Après, avec ce film, le scénario commence à développer son multiverse, ce qui laisse entrevoir des choses intéressantes. Des choses qui vont être un peu plus poussées avec la traditionnelle scène post-générique.

Pour le reste, Jon Watts offre un spectacle et un divertissement tout à fait honorable. Le film tient un bon rythme, les deux heures et demi ne se voient pas passer. Le film nous offre de très bonnes scènes et de grands retours. Visuellement, c’est bien fait, même si le film n’offre pas vraiment de nouvelles choses et résonne comme assez classique chez Marvel.

Enfin, du côté de son casting, entre les acteurs de cet univers-là et les supers-vilains qui sont de retour, on a de quoi se régaler. Si c’est avec plaisir qu’on retrouve Willem Dafoe, Alfred Molina et Jamie Foxx, pour ce qui semble être leur ultime apparition. Si l’on peut être déçu d’un Benedict Cumberbatch excellent, mais dont le personnage ne sert pas à grand-chose en un sens, hormis pour faire un tour de magie. Ce sera du côté de Tom Holland qu’on sera le plus touché, avec un personnage qui, comme je le disais, au travers de décisions, va grandement mûrir en un film. Côté petite déception aussi, le retour de super-vilains qui ne font qu’acte de présence. Et côté excellent, un J.K. Simmons toujours aussi enragé.

Très bon malgré ses défauts et ses récurrences, si le film m’a offert ce que j’avais envie de voir, ce « Spider-Man : No Way Home » m’a vraiment séduit et touché par sa thématique principale. Comment pardonner quand on est le responsable des événements qui s’enchaînent ? Bref, entre émotions et frissons, ce troisième « Spider-Man » de Jon Watts m’a fait passer un très bon moment de cinéma. Un moment que je retournerai voir avec grand plaisir.

Note : 15/20

Par Cinéted

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.