novembre 30, 2021

Je n’ai pas d’Attirance pour Toi – Marie Meyel – L’Amour est dans l’Éducation Nationale

Auteure : Marie Meyel

Editeur : Autoédition

Genre : Romance

Résumé :

Pierre, Professeur des Ecoles, enseigne dans la Drôme depuis quelques années. Divorcé, il s’est installé dans la petite ville de Valforey où il vit seul. Après s’être réfugié exclusivement dans son travail, il se sent prêt à être à nouveau heureux. Claire, mariée et mère de 3 enfants, participe à la vie de l’école, accompagnant la classe de ses filles dans les sorties scolaires. Mère au foyer, elle mène une vie tranquille et harmonieuse auprès d’Olivier, son mari. Un jour, elle envoie un message à Pierre, le professeur de ses filles jumelles, quelques mots presque anodins qui amèneront bien des interrogations et des bouleversements. Entre désir, attirance, indifférence et amour, les voix des personnes qui traversent leur vie se mêlent aux leurs pour raconter une histoire contemporaine.

Avis :

Je n’ai pas d’attirance pour toi nous raconte le quotidien de deux personnes aux vies tranquilles et sans émois, du moins à première vue : une mère de famille, mariée, qui s’occupe de ses filles avec amour, et un professeur d’écoles, qui enseigne à ces mêmes filles. Ils se rencontrent régulièrement, discutent aimablement, jusqu’au jour où tout bascule !

Deux destins liés, deux visions de la vie et de l’amour qui se confrontent, deux héros communs mais captivants. Un roman pas comme les autres !

Une belle histoire d’amour et de vie

Nous suivons les points de vue internes des deux personnages avec plaisir ; les tons, réflexions, doutes, et questionnements nous parlent d’emblée et ne nous ennuient jamais. On s’attache vite à ces deux figures qui nous ressemblent, et avec qui nous partageons de nombreux points communs. Dans ce livre, il ne se passe pas grand-chose, et en même temps il se passe beaucoup ! La manière de s’exprimer, la plume fluide et efficace nous accrochent ; le moindre soubresaut de pensées, la moindre déconvenue nous interpelle. Le lecteur est littéralement plongé dans l’intrigue, grâce à une plume addictive !

Bien que le titre soit clair – il exprime le fait que le professeur n’est pas attiré par la mère de famille, le lecteur se doute d’un traquenard, d’une chute étonnante ou d’un retournement de situation croustillant. Tout le suspens se joue dans cette attente : Craquera-t-il, craquera-t-il pas ? Osera-t-elle tout, n’osera-t-elle pas ? La relation ambigüe – je m’approche et tu t’enfuis, tout comme je m’avance et tu ne le remarques pas, amène du piment à l’ouvrage et, surtout, nous aide à réaliser que cela pourrait arriver à n’importe qui, nous y compris. Les situations restent cohérentes, plausibles, réalistes ! Les dialogues marchent à la perfection, ils nous donnent à assister à un véritable spectacle dynamique.

Un questionnement sur soi-même

Malgré l’amour qu’elle éprouve pour son mari, l’héroïne rêve de nouvelles sensations, de retour en arrière où la passion se faisait encore vivace, où la surprise marquait un quotidien moins terne, moins rangé. Nous avons tous ressenti ce balancement, cette sensation de se laisser porter par le courant sans vraiment réagir, ou prendre plaisir à notre vie. Comme si un robot nous remplaçait et que l’on observait l’extérieur à travers ses yeux.

Appelez cela crise de la quarantaine (trentaine, cinquantaine…), dépression ou folie… Le problème reste le même : comment redonner à notre environnement tout son sel ? Le roman revisite cet état de ballotement avec brio, et nous interroge également sur nous-même. Entre malaise et excitation, joie et peine, l’histoire nous offre à passer par de multiples émotions très différentes.

Un point de vue original

L’histoire d’amour dépeinte n’a rien de niaise, même si elle reste romantique, à sa manière, mais aussi belle et émouvante. Ici, l’amour porte une autre teneur, une autre saveur. Il est à la fois plus terre à terre et léger. Les deux protagonistes ont un passé chargé et de l’expérience.

Un point de vue original sur un thème pourtant déjà traité à de maintes reprises (adultère, crises, envie de changement…). Le roman amène à distiller les méandres de l’âme humaine (ses défauts comme ses qualités) ; les certitudes des lecteurs se voient mises à mal. Nos principes se retrouvent également malmenés. Et c’est tant mieux !

Une fin inattendue

Les dernières lignes du roman étonnent par leur parti pris – et peut-être moralité douteuse. Scène difficile, moins ouverte que le laissait supposer le roman auparavant, elle est pénible à assimiler pour des âmes sensibles, et arrive surtout alors qu’on ne s’y attendait pas ! Pas. Du. Tout. Vraiment. Pas. Du. Tout.

Bravo à l’auteure de terminer sur une note aussi incisive et poignante, qui marque irrémédiablement les esprits. Cependant, elle laisse un arrière-goût étrange, qui nous garde indéfini sur la conclusion : fin heureuse ou pas, alors ? A vous de vous en faire votre propre idée !

En bref

  • Une histoire de vie touchante et un questionnement sur soi-même.
  • Deux héros qui nous ressemblent.
  • Du rythme et du suspens.
  • Une plume addictive.
  • Le lecteur passe de la joie à la peine, de l’excitation au malaise.
  • Une chute marquante, qui restera dans la mémoire !

Note : 18/20

Par Lildrille

Lildrille

Passionnée d’imaginaire et d’évasion depuis longtemps, écrire et lire sont mes activités favorites. Dans un monde souvent sombre, m'évader et fournir du rêve sont mes objectifs. Suivez-moi en tant qu'auteure ici : https://www.facebook.com/ChloeGarciaAuteure. Et en tant que chroniqueuse aussi là : https://simplement.pro/u/Lildrille.

Voir tous les articles de Lildrille →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.