juillet 22, 2024

Notorious B.I.G.

Titre Original : Notorious

De : George Tillman Jr.

Avec Jamal Woolard, Derek Luke, Angela Bassett, Anthony Mackie

Année : 2009

Pays : Etats-Unis

Genre : Biopic

Résumé :

Notorious B.I.G. suit la remarquable ascension de Christopher Wallace, qui, en quelques mois, va passer des rues malfamées de Brooklyn au statut de légende du hip-hop.
Décortiquant le mythe, douze ans après sa disparition tragique, ce film révèle le tumultueux et trop bref parcours d’un jeune homme déterminé à réussir et incroyablement talentueux. Ses paroles rappées, décrivant une vie de rue citadine à la vérité crue et aux rimes percutantes, vont devenir l’emblème d’une génération entière et de ses aspirations à une vie meilleure.
Son héritage musical restera comme l’une des oeuvres personnelles les plus importantes de l’histoire du hip-hop.

Avis :

George Tillman Jr. est un réalisateur américain qui s’est toujours intéressé à mettre en scène le destin et le parcours de personnages afro-américains à travers la société actuelle. Cette passion pour ce sujet, Tillman Jr. L’a dès son début au cinéma, que ce soit avec « Scenes for the soul« , « Soul Food » ou encore « Les chemins de la dignité » (qui reste l’un des plus connus à ce jour). Ainsi, petit à petit, le metteur en scène se fait remarquer, et même reconnaître. Pourtant, alors qu’il vient de passer le cap du troisième long-métrage avec un certain succès, George Tillman Jr. va disparaître des radars pendant près de dix ans. De retour en 2009, George Tillman Jr. s’essaie au biopic, s’offrant la dure tache de mettre en scène la vie du légendaire Christopher Wallace, alias Notorious B.I.G., rappeur qui en seulement quatre ans de carrière et deux albums s’est à jamais installé dans la culture Hip Hop.

Très classique, « Notorious B.I.G. » reste un bon film qui retrace bien la courte vie de la légende du rap, tout en offrant de bonnes scènes immersives aussi bien dans les rues de Brooklyn qu’en backstage. Tristement réaliste, saupoudré d’une critique des médias, ce retour de George Tillman Jr. aux affaires est plus que bienvenu et malgré son classicisme, son « Notorious B.I.G.« , de scène en scène, finit par se poser comme l’un des biopics que j’ai préféré.

New York, les années 80. Christopher Wallace habite avec sa mère dans le quartier de Brooklyn. Élève modèle, le petit garçon va se laisser entraîner dans le deal de la rue. Après un tour par la case prison, Christopher, qui est devenu père, va faire la rencontre de Sean Combs, alias Puff Daddy. Puff Daddy décèle très vite chez Wallace un don hors normes et il décide sans l’ombre d’une hésitation de le signer sur son label. Après quelques featuring, en 1994, « Ready To Die » sort dans les bacs, et le destin légendaire de Notorious B.I.G. est alors scellé… 1997, le monde du rap est secoué par la chute d’un roi. Le 08 Mars 1997, Notorious B.I.G., alors en promotion pour la future sortie de son deuxième album, est assassiné à un feu rouge.

Une allure imposante et une voix reconnaissable entre toute. Un style et un flow qui ne se démodent pas. Deux albums qui s’imposent comme des incontournables de la culture Hip Hop. En très peu de temps de carrière, Notorious B.I.G. s’impose très rapidement et il a chuté tout aussi vite. Un succès si grand, une carrière si courte et surtout au-delà de ça, un meurtre peuplé de mystère, toujours irrésolu aujourd’hui, le destin de Christopher Wallace avait tous les ingrédients pour faire un film.

Évidemment produit par Sean Combs, George Tillman Jr. se lance dans son plus grand défi à ce jour, et comme je le disais plus haut, le résultat donne naissance à un film classique d’un côté, et de l’autre, un bon film qui nous offre une excellente plongée dans le Brooklyn des années 80/90.

Racontant l’histoire de Biggie lorsque ce dernier se laisse entraîner dans de petits trafics, le scénario de « Notorious B.I.G. » est à plus d’un titre intéressant, pour ne pas dire passionnant. Les petits trafics, les premiers raps et clashs en pleine rue, les rencontres déterminantes, ses relations avec notamment la future rappeuse Lil’ kim, ou encore Faith Evans, puis évidemment avec son frère/ennemi Tupac. « Notorious B.I.G. » suit à la lettre le destin de Wallace et si l’ensemble est bien raconté, on pourra toutefois reprocher au film de Tillman Jr. d’être « orienté ». Ainsi, Biggie nous est présenté comme un vrai gentil. Même si le personnage a ses coups de sang, et fait souvent preuve de violence, il se dégage de lui un côté gros nounours qu’on a envie de câliner et ce côté-là dénote quelque peu.

On peut aussi reprocher au scénario de ne pas assez approfondir la rivalité West Coast, East Coast. Lorsque le scénario le fait, c’est particulièrement pour critiquer les médias qui ont grandement grossi les événements, mais on aurait apprécié que le film descende plus en profondeur dans les fondations de cette haine qui n’a fait que grandir. De plus, une fois celle-ci installée, le film va très vite, évoquant deux ou trois faits, mais sur l’ensemble, on aurait tendance à dire qu’il survole le tout. Malgré ces petites déceptions, le film de George Tillman Jr. arrive sans aucun mal à nous tenir et, l’on reste dans une certaine mesure, passionné par l’immersion qui nous est offerte.

Une immersion qui est tenue par une très belle mise en scène de la part de son metteur en scène. « Notorious B.I.G. » est un film qui respire la rue et l’authenticité à plein nez. C’est même cette sorte de réalisme qui fait qu’on passe au-dessus du classicisme de son scénario. Tenant une ambiance géniale et tenant une photographie travaillée qui nous plonge directement au cœur de ses époques, George Tillman Jr. livre là un film esthétiquement beau. Le réalisateur arrive parfaitement à nous entraîner aussi bien dans l’intimité de Biggie que dans ses enregistrements en studio ou encore dans des backstages qui dans un sens peuvent nous rendre nostalgiques de ces concerts-là. D’ailleurs, quand on s’aventure du côté des concerts, ou autres enregistrements, George Tillman Jr., par soucis d’authenticité, a eu l’excellente idée de faire rapper ses acteurs, ce qui apporte résolument quelque chose en plus. Certes, la voix si reconnaissable de Wallace ne sera pas sur les morceaux, et c’est tant mieux, car cette dernière est si particulière qu’on aurait pu tomber dans la caricature et l’effet clip, alors que là, soutenu par l’excellente performance de Jamal Woolard, il y a une vraie authenticité qui se dégage du film de Tillman Jr. et ça, ça nous prend pour jamais nous lâcher.

Si l’on en vient à parler des acteurs, « Notorious B.I.G. » est très bien tenu. Si Jamal Woolard est excellent de bout en bout, il faut aussi noter le propre fils de Biggie qui l’incarne adolescent. Puis il y a les excellentes Antonique Smith et Naturi Naughton, qui incarnent respectivement Faith Evans et Lil’ Kim. On trouvera aussi Anthony MacKie en Tupac ou encore Derek Luke en Puff Daddy, mais là, pour le coup, un coup ça passe, un coup ça casse.

Quoi qu’il en soit, entre défauts et qualités, entre classicisme et prise de risque, ce quatrième film de George Tillman Jr. se pose comme un bon, voire excellent biopic, qui raconte de manière très linéaire certes, la courte vie de ce roi qui a chuté bien trop tôt. Puis au-delà de ça, « Notorious B.I.G. » est aussi un film qui donne très, très envie de ressortir encore les albums de Biggie et ne serait-ce que pour cela, il est un petit kiff !

Note : 14,5/20

Par Cinéted

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.