novembre 30, 2021

Coup de Foudre à Bollywood

Titre Original : Bride and Prejudice

De : Gurinder Chadha

Avec Aishwarya Rai, Martin Henderson, Daniel Gillies, Anupam Kher

Année : 2004

Pays : Angleterre, Etats-Unis, Inde

Genre : Comédie, Romance

Résumé :

Mme Bakshi n’a qu’une seule idée en tête : marier les aînées de ses quatre filles – Jaya et Lalita. Mais pas n’importe comment ! Comme toute bonne mère, Mme Bakshi est exigeante : son futur gendre se doit d’être indien et surtout… riche.
Mr. Balraj, leur nouveau voisin fraîchement revenu de Londres, ferait à ce titre un prétendant parfait pour Jaya, l’aînée. Sa sœur Lalita, quant à elle, tient tête à sa mère : elle ne se mariera que par amour.
Lors d’une des nombreuses fêtes extravagantes offertes par les Bakshi et leur voisin, Lalita rencontre Darcy, le meilleur ami de Balraj. Il a tout pour plaire ou presque… Ce bel hôtelier n’a que deux défauts : il est américain et fiancé.
Si Darcy tombe immédiatement sous le charme de la belle Lalita, les sentiments de celle-ci sont plus mitigés…

Avis :

Réalisatrice britannico-indienne, Gurinder Chadha a commencé à réaliser dans les années 80, notamment pour la BBC pour laquelle elle a réalisé de nombreux documentaires. Au début des années 90, elle passe au cinéma de fiction. Alternant courts-métrages et longs-métrages, il lui faudra attendre les années 2000 et son désormais culte « Joue-là comme Beckham« , pour que son nom soit désormais bien plus mis en lumière. Dès lors, avec le succès de cette comédie sociale, Gurinder Chadha peut s’aventurer un peu plus loin et oser des projets plus grands et gros.

Gurinder Chadha est une dingue de cinéma Bollywoodien, tout comme elle est une fan absolue des comédies musicales américaines et elle avait toujours voulu mélanger ces deux amours. D’ailleurs, elle avait commencé un film dans les années 90, mais faute de budget, elle ne put le finir et par conséquent, elle a laissé ce rêve de côté. Mais « Joue-là comme Beckham » a changé la donne et voici que Gurinder Chadha se lance dans son vieux rêve et par la même, elle va oser avec « Coup de foudre à Bollywood« , de manière très libre, adapter le plus que culte « Orgueil et préjugés » de Jane Austen. Mais voilà, si toutes les intentions sont bien là, si le talent est lui aussi présent, et si de manière générale, le film de Gurinder Chadha dégage un amour certain pour le genre et une énergie assez communicative, « Coup de foudre à Bollywood » se laissera regarder et finalement, au bout du compte, il se laissera très volontiers oublier tant il manquera d’audace et d’événements marquants dans son intrigue.

Mrs Bakshi n’a qu’une idée en tête, c’est de réussir à marier ses deux filles ainées. Il est évident que ses futurs gendres devront remplir un certain cachet des charges. Ce dernier précise que les gendres devront être indiens et évidemment riches. Du côté des filles de Mrs Bakshi, sa deuxième, Lalitah, tient tête à sa mère. Pour elle, il est hors question d’entendre parler de mariage arrangé. Non, Lalitah se mariera par amour et qu’importe d’où et comment cet amour lui arrivera. Un soir, lors d’une fête donnée par les Bakshi, Lalitah va faire la rencontre de Darcy, le meilleur ami de son voisin Balraj, un Indien d’une trentaine d’années qui vit entre Londres et Calcutta.

Dans mon envie de découvrir le cinéma indien, forcément, je me suis arrêté sur le cinéma de Gurinder Chadha, cinéaste anglaise aux origines indiennes qui a toujours mélangé ses origines dans son cinéma pour mieux en parler. En plus de son « Joue-là comme Beckham« , la réalisatrice a livré aussi un magnifique film avec « Music of my life » ou encore le très bon « Le dernier Vice Roi des Indes« . Du coup, avec ce CV, et tout l’amour que Chadha peut avoir pour le cinéma de Bollywood, je me suis lancé dans ce « Coup de foudre à Bollywood » sans trop de craintes et entre un bon humour, de jolis moments typiquement bollywoodiens, et l’audace d’oser transposer Jane Austen à la sauce indienne, finalement, le film de Gurinder Chadha laissera comme un goût de déception. Non pas que ce soit un mauvais film, non, dans son idée, dans ses influences et dans le style dans lequel elle avait envie de s’aventurer, Gurinder Chadha réussit en un sens ce qu’elle a entrepris.

D’ailleurs, si l’on regarde de près ce « Coup de foudre à Bollywood« , il tient de bons arguments pour lui. C’est très bien filmé, par une Gurinder Chadha qui s’aventure à fond dans le style des comédies musicales romantiques de Bollywood. La réalisatrice, qui est aussi une amatrice des comédies musicales américaines, ose et réussit à mélanger les deux genres, ce qui donne des numéros vraiment intéressants. Des numéros qui prennent le meilleur des deux genres, avec d’un côté la flamboyance et la démesure de Bollywood et de l’autre, le dynamisme à l’américaine. Ce mélange, on le retrouve aussi dans le ton des chansons qui mélangeront influences indiennes et influences pop, r’n’b d’Amérique.

Par la suite, on ne pourra rien dire non plus sur son casting, qui est très bon. Drôle, frais, amusant, investi, un casting qui est doté d’acteurs internationaux, venant de tout horizon. Bien sûr, au-dessus des autres, Aishwarya Rai (dont c’est le premier rôle en anglais) et Martin Henderson forment un petit couple charmant, même si la proposition des personnages de Jane Austen a du mal à convaincre.

D’ailleurs si l’on part de ce côté-là, l’idée de transposer Jane Austen dans la société indienne est loin d’être mauvaise, et le film de Gurinder Chadha se prête assez bien au jeu, car bien des thématiques évoquées par l’écrivaine anglaise se retrouvent (certes de manière différente) chez Chadha.

Du coup, il y avait beaucoup de bons arguments, et pourtant, malgré ça et plus encore, il y a quelque chose qui n’arrive jamais à prendre totalement avec « Coup de foudre à Bollywood« . Certes, le film offre tout ce que l’on est venu chercher et pourtant, il reste tant téléphoné et finalement sans surprise, que finalement, il sera très loin de marquer les esprits. On ne passe pas un mauvais moment devant, mais on ne peut pas non plus dire que l’instant fut extraordinaire ou transcendant. En fait, une fois le générique arrivé, « Coup de foudre à Bollywood » n’aura rien dégagé de palpitant et cette histoire d’amour, cette comédie musicale romantique, finalement, on l’aura vu en mieux, en plus sympathique et surtout en plus marquant.

Film amoureux pour sa réalisatrice, « Coup de foudre à Bollywood » restera, face à d’autres titres de sa filmographie, un film mineur et un poil décevant. Comme je le disais, les arguments sont là, le film en lui-même se laisse très volontiers regarder, mais finalement, une fois le générique arrivé, ce « Coup foudre… » qui s’est joué à l’écran aura certes été pour ses personnages, mais de notre côté, on l’attend encore.

Note : 10/20

Par Cinéted

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.