janvier 22, 2022

Médecin de Nuit

De : Elie Wajeman

Avec Vincent Macaigne, Sara Giraudeau, Pio Marmai, Sarah Le Picard

Année : 2021

Pays : France

Genre : Drame, Thriller

Résumé :

Mikaël est médecin de nuit.
Il soigne des patients de quartiers difficiles, mais aussi ceux que personne ne veut voir : les toxicomanes.
Tiraillé entre sa femme et sa maîtresse, entraîné par son cousin pharmacien dans un dangereux trafic de fausses ordonnances de Subutex, sa vie est un chaos.
Mikaël n’a plus le choix : cette nuit, il doit reprendre son destin en main.

Avis :

Elie Wajeman a fait une entrée dans le monde du cinéma assez remarquée avec « Alyah« , un film sombre sur un dealer juif qui rêve d’amasser un maximum pour s’installer en Israël. Fort de ce premier film, très vite, le jeune réalisateur installe sa patte et renouvelle l’essai deux ans plus tard avec « Les anarchistes« . Trouvant moins de succès, le réalisateur s’en va alors faire un tour sur la très bonne série « Le bureau des légendes« , en réalisant quelques épisodes.

Il aurait fallu attendre quelques années avant de revoir le nom du cinéaste sur les écrans. Sélectionné à Cannes 2020, après quelques reports, voici que le troisième d’Elie Wajeman pointe le bout de son nez et autant le dire de suite, avec « Médecin de nuit« , le metteur en scène étonne grandement, livrant un film noir, un film percutant, et surtout un film qui se renouvelle au dernier moment, ce qui d’un coup, fera s’envoler le tout. Avec « Médecin de nuit« , Elie Wajeman passe aisément le cap difficile du troisième film et l’on attend déjà le prochain.

Mikaël, quarante ans, est médecin sur Paris. Engagé, il donne beaucoup de sa personne pour ce métier qu’il aime, malgré le fait qu’il soit très envahissant. Pour aider son cousin Dimitri, Mikaël s’est lancé dans un trafic de subutex. Ledit trafic devait durer deux mois grand maximum, histoire de se « refaire », or ce dernier s’est installé durablement dans le temps et au-delà de ça, il devient de plus en plus dangereux. Mikaël veut arrêter, mais la pression est omniprésente et sa vie ressemble désormais à un long chaos, dont la sortie se fait de plus en plus faible…

Il y avait beaucoup de choix cette semaine en termes de nouveautés dans les salles de cinéma et c’est bien dommage, car forcément, certains films risquent fort bien de passer à la trappe et ce « Médecin de nuit » pourrait être de ceux-là, et si tel est le cas, ce serait assez injuste, car le nouveau Elie Wajeman se pose comme un très beau geste de cinéma.

L’intrigue est surchargée, et elle se fait lourde dans le début du métrage, et l’on se demande bien comment « Médecin de nuit » va arriver à tenir ainsi, tiraillé sur tous les fronts. Puis petit à petit, Elie Wajeman arrive à trouver le ton juste pour que l’ensemble fonctionne et surtout peigne un personnage intéressant. Un personnage passionnant même. Un personnage droit, qui malgré le chaos de sa vie, affronte cette dernière la tête haute. Un geste qui au départ aurait peut-être du mal à se mettre en place, faisant place à une intrigue très riche qui s’en va dans tous les sens, entre la profession de cet homme, son engagement (avec un côté social intéressant), son côté famille, son dilemme entre sa femme et sa maîtresse, et la pression de ce service rendu à son cousin qui prend de plus en plus de place.

Si jusque-là, tout était très bien fait, le point terrible du film sera alors son twist imprévisible, qui d’un coup, alors que « Médecin de nuit » aurait pu se poser comme un bon film noir, retourne le tout et s’envole. D’un coup, en un choix, une découverte, Elie Wajeman assure un vrai film noir et nous marque. Dès lors, « Médecin de nuit » se fera puissant, et il nous laissera sur un final aussi percutant que parfait. Si on lui reprochera quelques facilités et des sous-intrigues qui auraient pu être évitées, comme tout ce qui tourne autour du choix entre femme et maîtresse, avec cette dernière partie, Elie Wajeman transforme son récit et son film et surtout, il nous fait oublier la surcharge de son intrigue.

Si le film fonctionne très bien aussi, c’est grâce à son acteur principal Vincent Macaigne qui sort résolument de sa zone de confort. Après plusieurs rôles assez similaires, entre ce film et le futur Laurent Laffite, Macaigne étonne de bout en bout de film et son personnage est passionnant. Du côté du casting, « Médecin de nuit« , ce sont les retrouvailles entre Elie Wajeman et Pio Marmai presque dix ans après « Alyah » et Marmai, comme toujours, est terrible, trouvant un personnage très, très intriguant. À noter un petit rôle, mais très joli, pour Sarah Le Picard.

Enfin, dernier point fort de « Médecin de nuit« , c’est son ambiance. Paris, la nuit, Elie Wajeman oscille entre moments légers et tensions qui se font de plus en plus envahissantes. Avec ce film, le réalisateur irait presque chercher du côté du polar noir, pour décrire le chaos quotidien de cet homme, peut-être trop bon, trop con. Avec ce film, Elie Wajeman démontre un sacré talent, offrant toujours une idée intéressante, ou quelque chose, un élément qui sert à peindre le quotidien, la tension, ou encore son personnage.

« Médecin de nuit » d’Elie Wajeman se pose donc comme un excellent film. Un film sombre, prenant, terrible, dont le final ne nous lâchera pas. Oscillant entre cinéma social et un côté polar noir, le réalisateur assure un certain spectacle, et comme je le disais, alors même que son film n’aurait pu qu’être un bon film parmi tant d’autres, ce changement de cap dans son intrigue fait toute la différence, et assure à « Médecin de nuit » qu’on ne va pas l’oublier de sitôt.

Note : 15/20

Par Cinéted

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.