octobre 21, 2021

Eastsiders Saison 3

D’Après une Idée de : Kit Williamson

Avec Matthew McKelligon, Kit Williamson, Van Hansis, John Halbach

Pays : Etats-Unis

Nombre d’Episodes : 6

Genre : Comédie

Résumé :

Le monde de Cal s’écroule lorsqu’il découvre que son partenaire Thom, le trompe. Il décide alors de se tourner vers ses amis.

Avis :

Petite série débarquée sur Netflix en toute discrétion en 2015, « Eastsiders« , est une série qui est tenue par Kit Williamson, acteur, producteur, réalisateur et showrunner de trente-cinq ans. Au début des années 2010, avec John Halback, son compagnon, Kit Williamson imagine une série qui aborderait un couple d’hommes, et il voulait lui donner un autre visage que celui que bien des séries américaines peignent chaque année. Ainsi est née « Eastsiders« , série au départ en format court, puis petit à petit qui prend de l’ampleur, passant de YouTube à Netflix, passant de huit Minutes pour les premiers épisodes à aujourd’hui un peu plus d’une demi-heure.

Après une jolie deuxième saison, qui amenait notre couple à s’installer à New York, « Eastsiders » laissera passer deux ans avant de revenir. Toujours sur une base de six épisodes d’une trentaine de minutes chacun, cette saison trois va changer de ton, et se pose comme la meilleure de la série pour l’instant. Prenant la forme d’un road trip, cette nouvelle saison approfondit ses personnages, ses problèmes et met un peu plus l’axe sur les blessures du couple. Drôle et touchante, pleine de belles envolées, peignant très justement tous ses personnages, Kit Wiliamson commence à esquisser un petit bijou qui se fait très plaisant à suivre, voire même plus.

Cal et Thom se sont installés à New York pour la carrière de Cal, mais finalement, cet essai fut un échec. Les deux hommes repartent donc vivre à Silver Lake, mais avant de rentrer définitivement, le couple s’organise un retour en forme de road trip coupant les Etats-Unis d’Est en Ouest. Pendant ce temps à Silver Lake, Quincy s’apprête à demander en mariage Douglas. Ian commence peu à peu à s’installer avec Hilary, tout comme Jeremy qui vient de faire un grand bon dans sa vie.

« Eastsiders » est une série qui est en constante évolution. Que ce soit dans son format qui ne cesse de bouger au fur et à mesure que Kit Williamson se voit débloquer des financements, que dans ses intrigues et ses personnages et cette troisième saison est un parfait d’exemple d’évolution, et comme je le disais, cette troisième saison va surtout se poser comme la meilleure que Willliamson nous ait offert jusqu’à maintenant.

Le couple, c’est un sujet inépuisable, et cela fait déjà seize épisodes que Kit Williamson s’y intéresse. Les blessures du couple, la confiance en son couple, en ce qu’il représente, en ses sentiments. L’amour et les années qui défilent. L’amour naissant, ou celui qui a déjà bien pris ses racines. Le travail pour entretenir un couple. Comment faire évoluer son couple ? Un couple doit-il évoluer, et si oui, vers quelle direction ? Confidences, craintes, acceptations ou conciliations. Encore une fois, à travers tous les portraits que va peindre Kit Williamson, « Eastsiders » va se poser comme une belle thérapie et entre rires et émotions, la série qui se fait plus adulte va nous serrer le cœur, et surtout nous captiver du début à la fin. Si « Eastsiders » réitérera avec certains des clichés qu’elle amenait déjà avec la saison deux, ces nouveaux épisodes vont surtout être une belle source d’évasion d’un côté et de réflexion de l’autre.

Pour cette troisième saison, Kit Williamson a revu sa copie et décidé que cette saison ne serait pas pareille que les autres, ainsi donc, la trame générale se coupe en deux, avec des épisodes qui ne vont s’intéresser qu’à certains personnages, sans « mélanger » les différentes intrigues. Quand un épisode commence, il s’intéresse à un couple et ne parlera que de celui-ci, afin de l’approfondir en détails. De plus, toujours dans cette coupure, il y aura ceux qui sont restés à Silver Lake et le couple Cal et Thom, sur le retour. Si en un sens, sur ceux qui sont restés à Silver Lake, la saison demeure classique, quand la série s’aventure sur le couple principal, elle prend des allures de road trip et entre deux réflexions sur le couple, ce road trip est une petite merveille d’évasion et d’émotion (l’épisode « Our Own Private Idaho » est un petit chef-d’œuvre de réflexion à lui tout seul). Une merveille qui, dans un cas comme dans l’autre, est loin de ce que l’on a l’habitude de voir et ça fait du bien.

Toujours du côté des personnages, la série offre aussi une très belle histoire d’amour entre Quincy et Douglas, et à travers eux, elle posera beaucoup de réflexions sur le bonheur de l’autre, sur l’acceptation et les conciliations qu’on peut faire dans un couple. Bref, si les deux premières saisons de « Eastsiders » étaient bonnes et intéressantes, elles se posaient finalement comme des saisons d’exposition qui n’avaient que pour but de nous emmener à cette superbe troisième saison où la série s’envole.

« Eastsiders » est une série qui ne fait que grandir et après avoir foulé et refoulé Silver Lake, cette saison s’en va explorer d’autres horizons, et pour le coup, elle prend une belle dimension dans sa mise en scène. En plus d’avoir parfaitement réussi son road trip, la série est bourrée de charme quand elle pose ses valises à Palm Spring, ou encore quand elle filme tous les paysages américains qu’on peut trouver d’Est en Ouest.

Cette évolution, on la verra aussi du côté de son casting, dont les personnages gagnent en profondeur et par conséquence, Kit Williamson a autant d’importance que ses acteurs (n’oublions pas qu’en plus d’en être le showrunner et le réalisateur, il est aussi l’un des acteurs principaux). Ainsi, Van Hansis est merveilleux et compose avec Williamson un couple passionnant à suivre. Stephen Guarino et William Belli tiennent tous deux une très belle évolution et se font vraiment touchants. Pour le côté comique, on pourra toujours compter sur Brianna Brown, qui est toujours aussi génialement névrosée. Et enfin, la série se permet une belle guest star en la personne de Colby Keller.

Cette saison d’ »Eastsiders » est donc une petite merveille. Si elle a ses petits défauts récurrents (Clichés et problèmes de bobo qui n’en sont pas vraiment), elle pose de très belles questions et pousse de toutes aussi belles réflexions. Drôle, attachante, bourrée de références et clins d’œil à tout un tas de films (oui, je n’en ai pas parlé, mais c’est un festival de références cette saison) et surtout touchante, cette saison trois s’élève clairement au-dessus des deux précédentes et entre son côté road trip, la peinture de ses personnages, les sentiments amoureux de ces couples, et ce guest magique qui amènera notre couple à se faire « Thelma Louiser », franchement, cette saison nous donne sacrément encore de voir la suite.

Note : 17/20

Par Cinéted

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.