juin 23, 2021

Envole-Moi

De : Christophe Barratier

Avec Victor Belmondo, Yoann Eloundou, Gérard Lanvin, Marie-Sohna Condé

Année : 2021

Pays : France

Genre : Comédie, Drame

Résumé :

Thomas passe ses nuits en boites et ses journées au lit, jusqu’au jour où son père, le docteur Reinhard, lassé de ses frasques, décide de lui couper les vivres et lui impose de s’occuper d’un de ses jeunes patients. Marcus a douze ans et vit seul avec sa maman. Il souffre depuis sa naissance d’une maladie grave qui rythme ses journées, entre le centre d’accueil médicalisé où il est scolarisé et des séjours répétés à l’hôpital. Cette rencontre va bouleverser le quotidien de l’un et de l’autre, et tout simplement changer leur vie.

Avis :

Guitariste de formation, Christophe Barratier s’est fait surtout connaître avec son premier film qui fut un énorme succès. Ce premier film, c’est « Les choristes » et avec ses huit millions d’entrées, autant dire que le film a assuré l’avenir de son metteur en scène. Pourtant, après ce premier film, et malgré des films intéressants, jamais Christophe Barratier ne va retrouver un tel succès. Après, il faut aussi raison garder, si le cinéma de Barratier ne va plus chercher dans les huit millions d’entrées, bien souvent, ses films assurent le million ou presque.

Après trois films qui parlaient de la France du début du siècle dernier (« Les choristes« , « Faubourg 36 » et « La nouvelle guerre des boutons« ), Christophe Barratier, pour son quatrième film, s’était lancé à peindre le portrait de Jérôme Kerviel dans « L’outsider » et depuis plus rien. Il aura donc fallu attendre cinq ans avant de voir revenir le nom de Barratier sur les écrans.

Pour son nouveau film, le réalisateur va alors se lancer dans un film qu’on pourrait qualifier de « on ne peut plus facile ». C’est bien simple, on a déjà tous vu un film comme « Envole-moi« . On peut même dire qu’on l’a déjà tant vu, qu’on connaît par cœur ce genre d’histoire et pourtant, le film de Christophe Barratier reste un film qui fonctionne, qui fonctionne même très bien et devant lequel on passe un bon moment.

Thomas, vingt-cinq ans, fils de chirurgien, est complétement déconnecté de la réalité, au grand dam de son père. Le jeune homme passe toutes ses nuits en boite, et même s’il donne l’air de savoir ce qu’il fait, Thomas n’a pas vraiment de but de la vie. Un soir, après être rentré chez lui, et accessoirement plongé son cabriolé dans la piscine familiale, c’est la goutte d’eau pour son père, qui décide de le mettre face à un ultimatum. Ainsi, son père lui impose de s’occuper de Marcus, un jeune garçon de douze ans. Le petit garçon souffre d’une maladie cardiaque qui rythme ses journées. Thomas accepte parce qu’il n’a pas le choix, et il était très loin de se douter que cette rencontre allait changer sa vision de la vie et sa propre vie par la même.

S’inspirant d’une histoire vraie, le nouveau film de Christophe Barratier est de cette famille qu’on appelle des Feel Good Movies. Vous savez ce genre de film qu’on a déjà un peu déjà vu, qui prône de jolies valeurs, qui tient une bonne ambiance de déconne, tout en gardant un fond sérieux. Ce genre de film qui va conquérir les cœurs d’emblée, et bien « Envole-moi » est pile-poil dans cette définition et malgré son côté facile, cliché et un brin trop émotionnel, on ne peut s’empêcher de noter que le film de Christophe Barratier fonctionne.

« Envole-moi« , c’est donc, dans son scénario, un film qui propose une situation de départ quelque peu incohérente, voire même peu crédible, avec ce fils à papa qui se retrouve obligé de s’occuper d’un enfant malade (oui, on se demande bien qui laisserait un enfant à quelqu’un sans diplôme et surtout qui a l’air totalement largué). Si le début du film est assez poussif dans les traits de ce jeune branleur. Si au départ, le film a une tendance à se répéter indéfiniment, afin de bien souligner le néant de la vie de ce garçon, il y a dans l’écriture de ce personnage quelque chose d’attachant qui s’en dégage et surtout qui finit par faire son œuvre. On se laisse alors prendre au jeu et l’on se plaît à se laisser balader entre comédie, drame et émotion.

Christophe Barratier impose un bon rythme à son film, qui n’arrête pas une seconde, et même s’il faut le dire, l’ensemble n’est que répétition finalement, entre des moments d’insouciance et de déconne qui nous amusent et d’un coup, d’un seul, un retour à la réalité de la maladie, histoire qu’on se rappelle de la difficulté de la vie, et accessoirement, peu à peu, avec ce régime, l’intrigue met du plomb dans la tête de son personnage et le remet sur les rails. Bref, le schéma est terriblement convenu, on ne peut plus facile et prévisible, mais force est de constater que ça fonctionne, on est pris dedans et mieux encore, Christophe Barratier nous touche beaucoup.

Si le réalisateur arrive à aussi bien nous toucher aussi, c’est grâce à ces deux acteurs en tête d’affiche. Deux acteurs très attendrissants, très naturels, et bourrés de talents. Ainsi, d’un côté, il y a Victor Belmondo pour qui c’est le grand premier rôle, et le jeune acteur, qu’on a déjà vu dans « Mon bébé« , « Versus » ou « De Gaulle » est dynamique, drôle et touchant, Belmondo confirme bien le nom qui est le sien et surtout qu’il peut tenir un film sur ses épaules. De l’autre côté, il y a Yoann Eloundou qui est absolument parfait dans un premier rôle complexe et difficile. Un rôle dont il est facile de tomber dans les pièges du cliché, et dont le jeune acteur s’en sort avec les honneurs. On notera pour les émotions aussi une excellente Marie-Sohna Condé, pour l’humour François Bureloup en voisin un poil raciste, et pour la figuration un Gérard Lanvin, histoire d’avoir un nom plus fort d’un autre au générique.

Ainsi, et je le répète, « Envole-moi » est un film qu’on a déjà vu et re-revu. Film facile, le nouveau Christophe Barratier coche presque toutes les cases du cahier des charges de la comédie dramatique bourrée de bons sentiments et sachant cela, il n’empêche que le film fonctionne très bien grâce à la spontanéité, au dynamisme et au charme de ces deux comédiens qui tiennent le film sur leurs épaules et qui nous touchent directement.

Note : 14,5/20

Par Cinéted

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.