juin 22, 2021

Tu as Toujours été Là – Laurel Geiss

Auteure : Laurel Geiss

Editeur : Auto-édition

Genre : Romance

Résumé :

« Et si l’être qui comptait le plus pour vous n’était qu’une illusion… » Emma est une jeune femme comblée. Un mari aimant, deux enfants adorables, une vie simple et heureuse. Et puis un soir, tout bascule… Un accident fait voler en éclat ce bonheur familial. À sa sortie du coma, Emma apprend qu’elle a à jamais perdu Benjamin, l’amour de sa vie et leur fils Nathan. Pour leur fille Manon, c’est une tout autre histoire. La petite fille n’a, semble-t-il, tout simplement jamais existé… Bouleversée, le corps blessé et l’âme déchirée, Emma est ravagée d’interrogations. Une partie de sa vie n’est-elle vraiment qu’une illusion ? Est-elle folle ? Commence alors une véritable quête de vérité intérieure pour la jeune femme, une fuite en avant à l’autre bout du monde.

Avis :

Ce roman enchante et perturbe à la fois. Entre visions et croyances, certitudes et détermination, l’auteure nous mène dans une histoire folle, où les drames et les merveilles s’entremêlent pour un récit touchant, plein d’amour et de tendresse. Tu as toujours été là captive irrémédiablement, notamment à cause de son héroïne bouleversante et d’une plume poignante. Tout est fait pour que le lecteur plonge dans l’histoire, dans la vie à jamais bouleversée de cette femme meurtrie.

Tu as toujours été là dépeint une belle histoire d’amour, une étonnante relation entre une mère et une fille, et une reconstruction admirable. Un roman qui commence dans le malheur mais qui finit bien et qui fait du bien. Une fois que l’on a commencé, il est difficile de s’arrêter ! Les mots d’une précision subtile nous accrochent pour ne plus nous lâcher.

Des descriptions réalistes et vivaces

Le quotidien de l’héroïne, après l’accident, émeut. Seule, elle essaie de se reconstruire et de songer à l’avenir, mais tout en elle la rappelle en arrière, à une époque où d’autres l’accompagnaient encore. La maison vide, gênante dans ce silence froid, nous renvoie à cette triste réalité. Les mots pèsent lourds, les descriptions réalistes sont malaisantes. Pourtant, le caractère fort de l’héroïne nous porte et nous aide à espérer, nous permet de croire qu’une autre fin reste possible.

Les pages et les chapitres s’enchaînent avec aisance, le lecteur boit les mots de l’auteure qui dépeint une vie riche en sensations et réflexions. Comment avancer après un tel accident et de telles pertes ? Comment se reconstruire ? Le récit ouvre les portes de multiples questions, et y répond d’une certaine manière ; seul le lecteur choisira les solutions qui lui conviennent. Les émotions nous transpercent, les souffrances de l’héroïne deviennent les nôtres.

Les pensées de la protagoniste, persuadée d’avoir eu une fille, étonnent et questionnent. Pourquoi croit-elle cela ? Comment aurait-elle pu s’inventer une vie avec elle, alors que sa famille lui répète qu’elle n’a jamais existé ? L’auteure interroge un psychisme puissant, un cerveau incompris et mystérieux, capable de bien plus de faits que notre imagination pourrait ébaucher. Le récit captive, notamment face à cette énigme que le lecteur souhaite résoudre à tout prix, et grâce à des émotions retranscrites avec talent.

Un hymne à la vie et à l’amour

Même si les sujets abordés s’avèrent durs, le roman se veut avant tout un hymne à la vie et à l’amour. L’héroïne évolue, se reconstruit et s’envole vers d’autres horizons. Bien que la fin amenée se perçoive à l’avance, elle clôt à la perfection cette histoire magique.

La mort et la vie se mêlent dans le récit, l’une ne peut aller sans l’autre. L’héroïne apprend à vivre avec ses souffrances, mais n’oublie pas pour autant. Ce processus se veut bien détaillé, de telle sorte qu’il nous aide à mieux percevoir notre quotidien, nos propres angoisses. Nous évoluons au même titre que l’héroïne qui reprend goût à la vie.

De la douleur et de la joie, tout se combine, tout s’emmêle. La seconde partie, par son cadre nordique magnifique appelle à l’évasion et au calme. La première partie nous laissait tortueux, englués dans un quotidien terne. Tu as toujours été là parvient à faire le lien, à nous relier aux bases de notre existence et à nos espérances quant à un avenir meilleur. La nature de la seconde partie trouve sa place dans ce beau message, dans ce retour aux sources, dans cette simplicité qui donne à la vie tout son piment. L’héroïne ne fuit pas, elle revit.

Double-fin

Pour les plus curieux, l’auteure innove en proposant deux fins différentes. Après tout, pourquoi pas ? A l’image de l’ambivalence de son héroïne, de ses choix, des deux parties distinctes du roman, la vie offre tout genre de possibilités, rien n’est acté. Au lecteur de prendre le chemin qui lui correspond.

Tu as toujours été là nous abreuve de sensations positives, et de messages d’espoir. La lecture se fait sans heurt, en poésies et en rêves, dans une atmosphère à la fois dure et ouateuse, mystérieuse et pénible. Un savant mélange qui nous amène à nous questionner et qui promet d’agréables moments. Un roman qui vaut le détour !

Note : 18/20

Par Lildrille

Lildrille

Passionnée d’imaginaire et d’évasion depuis longtemps, écrire et lire sont mes activités favorites. Dans un monde souvent sombre, m'évader et fournir du rêve sont mes objectifs. Suivez-moi en tant qu'auteure ici : https://www.facebook.com/ChloeGarciaAuteure. Et en tant que chroniqueuse aussi là : https://simplement.pro/u/Lildrille.

Voir tous les articles de Lildrille →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.