décembre 4, 2021

La Quête du Temps T.01 – Errances – Lise Barrow

Auteure : Lise Barrow

Editeur : Plume Parchemin

Genre : Fantasy

Résumé :

L’irruption d’un mystérieux étranger bouleverse la vie de Chanasa. Rentrera-t-il dans les rangs des Rebelles, hostiles au pouvoir en place, ou se détournera-t-il d’eux ? Mais qui est donc ce mystérieux étranger que Chanasa a recueilli inconscient et lourdement blessé sur le chemin, au mépris des règles des rebelles ? Un homme en fuite, qui erre dans le royaume des Terres Centrales. Un homme marqué d’un tatouage singulier, poursuivi par des individus énigmatiques et dangereux. Un homme doté d’un pouvoir stupéfiant… Face aux sombres menaces qui pèsent sur le futur, la jeune femme ne peut en démordre : elle sait que cet étranger est important. Malheureusement, il a perdu tous ses souvenirs et il semble bien que seuls ses ennemis détiennent les clés de son passé. Parviendra-t-il à retrouver la mémoire avant que la terre ne sombre dans le chaos et ne les engloutisse tous ?

Avis :

La quête du temps commence dans l’action, en plein dans le combat. La scène happe d’emblée grâce à la force qui se dégage d’un des personnages, à cause de son courage et de son abnégation. Il se bat alors qu’il ne connait ni les victimes ni les agresseurs. Gravement blessé, il est pris en charge par une guérisseuse téméraire, qui fera tout pour l’aider et payer sa dette. Il lui a sauvé la vie, elle veut sauver la sienne.

Deux héros au grand cœur

Les deux personnages principaux se montrent dans toute leur puissance, dans toute leur gloire. Ils nous étonnent par leur force de caractère et leur détermination. Le lecteur apprécie ces personnalités hors du commun, ce duo dévastateur qui promet une aventure endiablée. Ils se complètent. Nik et Chanasa deviennent même des héros aux yeux de leurs proches, des idoles fortes et sans tâche, des sauveurs de nations.

Pourtant, Nik finit par sortir du lot car l’histoire s’intéresse davantage à ses pérégrinations intérieures, à ses doutes et questionnements. Bien que Chanasa reste importante, son impulsivité prend le dessus et le lecteur se détache ; l’esprit de la guérisseuse met du temps à se dévoiler, ses réactions ne sont pas toujours compréhensibles, ou alors expliquées trop tard. Fonceuse, justicière, elle incarne malgré tout des valeurs qui touchent, des idéaux qui marquent. Nik se confie tout du long de l’histoire, et son passé trouble émeut plus encore que ses attitudes bienveillantes ne s’effritent jamais, même quand la situation devient chaotique. Au contraire, Chanasa semble moins stable, et certaines de ses réactions perturbent intensément. Tel un couple qui se cherche, l’un essaie de communiquer, l’autre fuit. Si le lecteur s’attache trop au personnage de Nik, alors il s’écarte de celui de la guérisseuse, moins ouverte, renfermée sur elle-même, en proie à des tourments terribles, qui ne pardonnent pas toujours ses postures belliqueuses.

Les deux héros de La quête du temps nous font réagir, nous bousculent. Qu’on les aime dans leur entièreté ou non, ils constituent la force de cette aventure, le cœur même d’une quête épique douloureuse, d’un cheminement intérieur erratique. La fin choque à bien des égards. L’amour que le lecteur ressent pour Nik en prend même un coup. L’auteure offre ici une relation passionnante et réaliste qui ne laisse pas indifférent.

De la rébellion

Le fond de l’intrigue nous embarque dans une guerre contre le pouvoir en place. Vu et revu, ce plan finit par lasser quand les stratégies militaires s’allongent, que les combats se multiplient et que la cause ne nous parle plus vraiment. Nik passionne pourtant par ses discours patriotiques, ses méthodes intelligentes et ses plans machiavéliques. Nik et Chanasa combattent pour une juste cause, contre des agissements méprisables, des exactions cruelles. Le lecteur les suit, mais la passion manque.

Le problème réside dans le fait que le lecteur ne vive pas ces méfaits, ne les ressente pas au point de vouloir lui aussi partir à la guerre, d’en être si dégoûté et révolté que ce combat devienne le sien. Les peuples soumis et malheureux se dévoilent sur le tard, même si les paroles des rebelles appuient sur des pratiques terrifiantes perpétrées par des dirigeants malsains. Le lecteur n’est pas assez investi dans ce combat, au contraire de celui de la quête personnelle de Nik, qui cherche à tout prix à se rappeler son passé ténébreux.

La quête de Nik

Nik ne se rappelle plus qui il est. Son obsession et ses douleurs sont les nôtres. Cette sous-intrigue interpelle davantage que les combats des rebelles, notamment grâce à une narration qui s’intéresse en profondeur aux émois de notre héros, à ses peurs et angoisses, mais aussi à cause d’éléments de l’univers qui y sont reliés. De grands mystères entourent cette quête. Le récit émiette quelques passages de-ci de-là, amène quelques éléments qui nous questionnent, tant et si bien que l’énigme du passé de Nik prend le dessus sur le reste, et que le lecteur se captive pour cette énigme palpitante.

Ce passé trouble intrigue, surtout alors qu’il semble se joindre aux secrets du temps, ce terme rappelé dans le titre de la saga, qui a donc de l’importance. L’univers créé par l’auteure nous promet de belles découvertes, des révélations sur les divinités, sur les lois cosmiques, sur le fléau qui ravage la planète, et sur la magie ancestrale du monde. Ce premier tome entrouvre à peine la porte de cette richesse tangible. C’est frustrant !

Un méchant oubliable

Les quelques passages pointant le monarque odieux laissent un sentiment mitigé. Il apparaît effectivement mauvais, cruel, tout cela sans grande surprise. De loin, il dirige les combats et ne semble parfois même pas s’y intéresser. Ces scènes n’apportent rien d’autre qu’une vision somme toute banale de la figure de l’ennemi, au contraire de celles qui présentent les groupes armés qui s’acharnent à vouloir retrouver Nik.

Un univers riche

L’univers de La quête du temps promet pour la suite. Il intrigue, captive. Les mystères apportent du suspense, de l’interrogation. Les réflexions sur le couple, la femme, la liberté et la justice pénètrent nos cœurs, même si la cause des rebelles ne nous passionne pas au point de nous transcender.

L’écriture fluide et belle enchante et nous permet une plongée plus intense dans ce monde qui a encore tant à offrir.

Note : 14.5/20

La chronique vous a donné envie de lire le roman ? Cliquez ici https://bit.ly/3jzuMhG pour l’acheter et soutenir vos chroniqueurs !

Par Lildrille

Lildrille

Passionnée d’imaginaire et d’évasion depuis longtemps, écrire et lire sont mes activités favorites. Dans un monde souvent sombre, m'évader et fournir du rêve sont mes objectifs. Suivez-moi en tant qu'auteure ici : https://www.facebook.com/ChloeGarciaAuteure. Et en tant que chroniqueuse aussi là : https://simplement.pro/u/Lildrille.

Voir tous les articles de Lildrille →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.