décembre 10, 2022

Zone Hostile

Titre Original : Outside the Wire

De : Mikael Hafstrom

Avec Anthony Mackie, Damson Idris, Enzo Cilenti, Emily Beecham

Année : 2021

Pays : Etats-Unis, Hongrie

Genre : Action, Guerre, Science-Fiction

Résumé :

Dans le futur, un pilote de drone est déployé dans une zone militarisée meurtrière où il va travailler pour un officier androïde chargé d’empêcher une attaque nucléaire.

Avis :

Avec la fermeture des cinémas, on aurait pu croire que Netflix allait se frotter les mains et proposer des films originaux avec une belle qualité. Laissant le libre cours à ses cinéastes, on était en droit d’attendre des films de belle qualité. Malheureusement, si on trouve de belles choses dans leur catalogue, force est d’avouer que bien souvent, les productions Netflix ne tiennent pas vraiment la route. Mais à quoi est-ce dû ? Une mauvaise gestion du budget ? Des scénarios qui suivent tous la même trame narrative ? Des réalisateurs moins impliqués car le streaming est moins noble que la salle obscure ? la réponse n’est pas évidente et chacun y piochera la réponse qu’il veut. Néanmoins, certains projets sont relativement ambitieux, à l’image de ce Zone Hostile par Mikael Hafstrom (Chambre 1408, Evasion) où on retrouve un Avenger dans la peau d’un androïde.

Zone molle

L’histoire du film est assez difficile à comprendre. On va suivre un pilote de drone qui va faire une erreur et tuer deux soldats sur le terrain. Dès lors, il est envoyé auprès du commandant Leo, un androïde de dernière génération qui doit livrer des vaccins dans une safe zone. Mais pour se rendre à cet endroit, il faut traverser un lieu de non droits dans lequel un terroriste sème le terrain. Ce terroriste veut récupérer les codes nucléaires pour balancer des missiles dans la tronche des Etats-Unis. Secrètement, Leo va vouloir s’emparer de ces codes, et le héros va tout faire pour l’arrêter. Dans son scénario, le film va vite se révéler complexe. Le script s’amuse à créer des zones d’ombre qui ne servent pas vraiment à grand-chose. On ne comprend pas les motivations de Leo et surtout, les retournements de situation sont totalement grotesques.

Le film veut nous raconter quelque chose de très manichéen, avec l’armée américaine qui fout son nez là où elle ne le devrait pas, et un terroriste pas gentil du tout, avec un fort accent des pays slaves, et qui veut juste dominer le monde. De cette dualité va ressortir un androïde qui a ses propres ambitions et qui va tendre un piège à l’armée et au pilote de drone qui lui sert d’apprenti. Le film nous prend pour des imbéciles, use et abuse de pirouettes scénaristiques pour finalement n’aboutir à rien.  On a la sensation que le film brasse du vent et pédale sévère pour nous raconter une histoire somme toute très simple. D’ailleurs, Zone Hostile va tellement mouliner dans la semoule qu’au bout d’un moment, on se demande ce que l’on regarde et si c’est vraiment estampillé action.

Rigor mortis

Le début du film nous met dans une ambiance de guerre urbaine. Des soldats sur le terrain font face à des terroristes et se retrouvent pris dans un guet-apens. La réalisation, à défaut d’être originale, se fait nerveuse et alterne avec des plans de drone et un pilote qui semble décontracté. Les présentations sont sommaires, et il ne faudra pas en attendre plus de ce personnage pourtant central. On évoquera rapidement sa femme, mais cela n’aura aucune incidence sur l’intrigue. Dès lors, sa seule évolution est de se rendre compte de son détachement quant à la guerre et la mort. Tuer de façon frontale est bien plus difficile que d’utiliser son drone. Si le message aurait pu être intéressant, le film n’en fait rien, préférant largement raconter des inepties avec un androïde et plonger son spectateur dans une histoire qui n’a aucun sens.

Au-delà du scénario creux et de son personnage principal anémique qui passe d’ailleurs au second plan sur l’affiche (il faut dire que Damson Idris joue comme une patate et n’est pas encore très connu), le film n’est pas agréable à regarder. Mikael Hafstrom n’est pas un tueur de la caméra, mais il a de la bouteille et aurait pu donner plus d’aura au métrage. Là, on flirte avec le minimum syndical. Les teintes sont grises, il n’y a pas de couleurs, la photographie est terne et il n’y a rien qui viendra titiller l’œil du spectateur. Il ne suffit pas de jouer sur la transparence du corps d’Anthony Mackie pour susciter de l’émoi, et encore moins de l’intérêt. Bien évidemment, il faut coupler cela avec une action au rabais. Seules deux séquences peuvent être sauvées, et encore, on est gentils.

Mackie Cata

Les scènes d’action sont coupées à mort et on se retrouve avec des passages souvent illisibles. On est bien loin de la maîtrise technique d’un The Raid ou même d’un John Wick. En fait, Zone Hostile est un témoin de plus de la crise dans les films d’action, ne proposant finalement rien de nouveau, mais ne sachant pas non plus comment montrer l’action pour qu’elle ait plus d’impact. Enfin, et c’est peut-être là le plus grave, on va vite se rendre compte qu’Anthony Mackie n’a pas la carrure pour prendre un grand rôle au cinéma. Il est totalement lisse, n’a aucune nuance et n’arrive pas à donner du volume à son personnage. Un protagoniste pourtant torturé, malin, mais avec des failles qu’il ne montre pas forcément. Et là, c’est la douche froide tant l’acteur joue mal. On dirait qu’il s’en bât les noix. C’est d’une tristesse…

Au final, Zone Hostile est un énième mauvais film produit par la plateforme de streaming. Film d’action trop radin sur son aspect nerveux, Mikael Hafstrom n’arrive pas à insuffler un peu d’âme dans son métrage. Gris, terne, sans aucune réelle ambition, doté d’un scénario alambiqué qui n’a finalement aucun fond, on peut clairement dire que nous faisons face à une production médiocre qui démontre à quel point Anthony Mackie est une arnaque. Bref, ce n’est pas avec cela que l’on va avoir du renouveau au niveau du cinéma d’action.

Note : 07/20

Par AqME

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.