juin 22, 2021

Darcee Fox – Islands

Avis :

D’un point de vue musicale, on a souvent tendance à réduire l’Australie au Hard Rock d’AC/DC et à la pop sirupeuse de Kylie Minogue. Pour autant, l’île-continent possède son contingent de groupes plus ou moins connus, dans de nombreux genres différents. Néanmoins, on peut dire qu’un peu comme les pays scandinaves, les guitares sont bien plus présentes que les boîtes à rythmes et on se retrouve souvent avec du bon rock, ou même du métal à se mettre dans les oreilles. On pense bien évidemment à Airbourne, mais on peut aussi citer Parkway Drive, Wolfmother, INXS ou encore Midnight Oil. Bref, l’Australie aime la bonne musique. Au rayon des petits nouveaux qui ne font pas de bruit, on peut évoquer Darcee Fox. Groupe relativement jeune encore aujourd’hui, il serait dommage de passer à côté de ce groupe de rock plutôt sympathique.

Islands est le premier album de la formation, et il est sorti en 2017. Peu d’informations circulent sur le groupe, si ce n’est une page Facebook inactive depuis l’année dernière. Bref, ce n’est pas tant cela qui nous intéresse, puisque visiblement, le groupe est toujours actif et on espère qu’ils bossent sur un nouvel album. Islands débute ici avec le titre éponyme de l’album et c’est une bonne mise en matière. On navigue dans un titre Rock, avec quelques atours Hard, démontrant une belle technique, mais surtout une mélodie catchy et une envie de faire bouger dans la fosse. La voix du chanteur est parfaite pour cet exercice, lorgnant un peu du côté de Myles Kennedy, sans pour autant avoir cette tessiture si particulière et si complexe. Dead Skin démarrera alors sur un petit solo bien nerveux, avant de partir sur une rythmique qui donnera une furieuse envie de danser.

Avec Out of the Rain, le groupe se lance dans un titre aux relents bluesy, avec quelques notes de Rock bien senties. Le morceau se révèle fort plaisant, assez simple dans sa structure, mais d’une efficacité redoutable. La mélodie, le refrain, tout démontre la volonté du groupe de faire un pur hit, et cela doit forcément fonctionner dans la fosse. Darcee Fox a le sens du rythme et il est très étonnant que le groupe ne perce pas plus. Car avec ce titre, par exemple, il tient la dragée à bien d’autres groupes qui ont le vent en poupe. Et cela même si certains titres sont un peu en deçà, à l’image de Homebound, bien nerveux dans son introduction, mais qui manque de percussion dans son couplet. Un titre réussi techniquement, mais qui n’a pas l’impact des titres précédents. Ce qui ne sera pas le cas de Revolver.

Oscillant constamment entre Rock, Hard, avec des pointes de Blues, le groupe propose un titre plus long qu’à l’accoutumée, mais fort réussi et addictif. On restera simplement déçu du solo, qui est transparent et passe-partout. Mais cela est contrebalancé par Junkyard Queen, un excellent morceau qui va droit au but, dans un Rock, certes, classique, mais d’une efficacité redoutable. Encore une fois, il est assez incroyable que le groupe ne connaisse pas un succès plus grand tant certains morceaux sont des tubes en puissance et marchent aussi bien sur l’album que sur scène. Alors oui, tout n’est pas parfait non plus. Wanderlust en est un exemple typique. Sorte de ballade un peu mélo avec un refrain entêtant, le groupe sait aussi se faire trop doux et sans réelle saveur. On retrouvera cela avec Coils, qui manque de fraîcheur, même si on ressent les élans bluesy du titre.

Fort heureusement, cela ne concerne que deux morceaux. D’autres viendront même montrer la volonté de groupe à partir dans un bon Hard bien nerveux. Rest Easy est là pour en attester, même si le refrain demeure plus calme que les couplets. C’est aussi sur ce morceau que le chanteur démontre tout son talent vocal, arrivant à monter dans les tours sans jamais perdre de puissance. Teeth est du même acabit, avec des riffs surprenants, rapides et qui donnent immédiatement l’envie de sauter dans tous les sens. Une énergie communicative parfaitement ressentie et qui doit faire mouche en concert. Enfin, le groupe est aussi capable de fournir des titres un peu plus construits et un peu plus longs. En atteste Lady Stardom, un morceau efficace, qui tient sur la longueur et qui s’avère fort plaisant.

Mais c’est avec Night Owl que le groupe surprendra le plus, avec une ambiance particulière et une guitare sèche parfaitement employée. Reste alors Somethin’Else qui clôturera l’album et c’est un choix assez étrange, car on baigne dans un titre classique, qui ne marque pas forcément, qui est pêchu, mais qui n’est pas pour autant marquant. Néanmoins, difficile de faire la fine bouche face à cet album d’excellente qualité. Un album symptomatique du malaise qui règne dans le monde de la musique aujourd’hui. Darcee Fox peut tenir la dragée haute à bien d’autres groupes plus connus, et pourtant, il ne perce pas vraiment. La raison est toute simple, le rock teinté de Hard n’est pas assez vendeur pour les grosses majors et comme le groupe ne tombe pas dans le Métal, cela n’intéresse pas les boîtes spécialisées. Dommage, car Darcee Fox est plein de promesses…

  • Islands
  • Dead Skin
  • Out of the Rain
  • Homebound
  • Revolver
  • Junkyard Queen
  • Wanderlust
  • Rest Easy
  • Teeth
  • Nigth Owl
  • Coils
  • Lady Stardom
  • Somethin’Else

Note : 15/20

Par AqME

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.