mai 11, 2021

Godzilla Vs Kong

De : Adam Wingard

Avec Kyle Chandler, Millie Bobby Brown, Alexander Skarsgard, Rebecca Hall

Année : 2021

Pays : Etats-Unis

Genre : Action, Fantastique

Résumé :

À une époque où les monstres parcourent la Terre, et alors que l’humanité lutte pour son avenir, Godzilla et King Kong, les deux forces les plus puissantes de la nature, entrent en collision dans une bataille spectaculaire inédite. Alors que Monarch se lance dans une mission périlleuse en terrain inconnu, et qu’il découvre des indices sur les origines des Titans, un complot humain menace d’éradiquer ces créatures – qu’elles soient bonnes ou mauvaises – de la surface de la planète.

Avis :

Réalisateur américain ayant débuté dans les années 2000, Adam Wingard s’est très vite fait un nom dans le cinéma horrifique. Touche à tout et acharné de travail, il va être courant de retrouver le réalisateur en tant que scénariste, producteur, monteur, chef op, et même acteur au même générique d’un film. Après avoir décollé au début des années 2010, il a eu franchement du mal à convaincre avec son remake du « Projet Blair Witch » et son adaptation de l’animé japonais « Death Note« .

Pourtant, malgré les très mauvaises réactions sur son « Death Note« , Adam Wingard se voit confier un gros projet, puisque c’est à lui qu’on demande de mettre en scène le quatrième film du MonsterVerse de la Warner. Et ce n’est pas n’importe quel film que le réalisateur doit mettre en scène, puisqu’il s’agit, comme son titre l’indique, du fight en deux légendes, Godzilla et King-Kong.

Prévu pour les salles obscures, c’est finalement sur les plateformes de VOD que le film de Wingard arrive et c’est bien dommage, car s’il faut bien dire que le film offre un scénario assez crétin, « Godzilla VS Kong » reste indéniablement un spectacle grandiose. Un spectacle généreux à souhait et surtout très bien filmé et franchement, à titre personnel, il ne m’en fallait pas plus pour m’éclater !

Cinq ans ont passé depuis les événements qui ont vu Godzilla triompher de King Ghidorah. À la suite de ces événements, Godzilla est alors devenu le Roi des monstres. Alors que la paix était présente, sans aucune justification, Godzilla semble se retourner contre l’humanité et détruit tout sur son passage. Dépassée par les événements, l’organisation Monarch décide de faire appel à Kong, l’unique titan restant qui ait caché de Godzilla. Monarch a un plan et pour rétablir l’ordre, il leur faut l’aide de Kong. Mais comment faire, sachant que dès que l’organisation sortira Kong « de son enclos », il sera d’emblée la cible de Godzilla ?

Du fight, de la bagarre, le tout livré évidemment en ville avec le plus de buildings à casser au passage des deux titans, qui se foutent sur la gueule… Voilà ce que je voulais de ce « Godzilla VS Kong » et c’est bien ce que j’ai eu.

« Godzilla VS Kong« , tout est un peu dans le titre si je puis dire. Ainsi donc, avec un tel sens du suspens, on ne pouvait pas venir chercher un scénario des plus poussés et ça même si les mecs s’y sont mis à cinq pour écrire cette histoire invraisemblable. C’est même en un sens génial, car les mecs s’y sont pris à cinq pour livre un truc pareil dans son intrigue. Autant le dire, « Godzilla VS Kong » est un film aussi con qu’il est crétin tant le scénario ose tout.

Les cinq scénaristes ont décidé que toute cohérence devait avoir fichu le camp avant même la première demi-heure. Ces mêmes cinq génies ont aussi décidé que l’être humain, au beau milieu des patates redoutables que les titans se foutent généreusement, n’aurait aucun fond, aucune émotion, et ne serait là que pour finalement habiller l’ensemble, histoire d’avoir des dialogues. Et encore des dialogues, bien souvent, on pourrait résumer ça à de simples phrases, histoire de donner un contexte.

Donc voilà, une fois qu’on a évoqué tout ça, il reste quoi ? Eh bien, il reste un film qui ne va pas chercher bien loin dans son intrigue et surtout un film qui a décidé de nous en mettre plein la vue. L’atout premier du film d’Adam Wingard, c’est son spectacle. C’est son idée de spectacle grandiose, soutenu par des effets spéciaux magnifiques et une mise en scène qui est au service dudit spectacle, bien plus que dans la pseudo-histoire qui nous est racontée.

Ce qui est cool avec le film d’Adam Wingard, c’est qu’il est généreux en action et il va droit au but, assumant totalement la non-intrigue qui règne en maître sur son film. Dynamique, ne perdant pas de temps, préférant un film court et intense, Adam Wingard nous éclate avec ce gros joujou qui comme je le disais ose tout, n’ayant aucunement peur du ridicule, ce qui accentuera grandement la générosité du film. C’est con, c’est régressif et l’on y prend beaucoup de plaisir, car le film offre bien ce que l’on est venu chercher. Et même plus que ce que l’on est venu chercher, car visuellement parlant, le film est incroyable. À l’heure où Hollywood nous offre des blockbusters loin d’être incroyables, alors qu’ils se veulent grandioses (et le dernier exemple qu’on a en date, c’est le « Wonder Woman 1984 » de Patty Jenkins) « Godzilla VS Kong » est vraiment puissant et presque irréprochable. Esthétique, visuel, effets spéciaux, texture, BO, tout est beau, tout est travaillé et tout a franchement de la gueule. Ce spectacle est tel qu’il est bien dommage que le film soit privé de cinéma, car l’expérience visuelle aurait été incroyable.

Pour résumer, « Godzilla VS Kong« , c’est un scénario qui n’a ni queue ni tête, et qui ose tout. Un scénario qui propose toutefois un univers intéressant, même s’il méritait bien plus. On ajoute à cela des personnages creux, tenus par des acteurs qu’on a connu en bien meilleure forme. Mais voilà, face à cela, « Godzilla VS Kong » nous offre un spectacle qui, vulgairement parlant, nous en met plein la gueule et de manière très personnelle, je ne lui demandais pas autre chose. Con mais divertissant, incohérent mais grandiose, le film d’Adam Wingard ne restera peut-être pas dans les annales de l’histoire du cinéma, mais quelques ravages et quelques patates entre deux buildings qui ne résistent pas au choc, je veux bien m’y arrêter plusieurs fois encore.

Note : 13/20

Par Cinéted

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.