janvier 31, 2023

Angel III – Le Chapitre Final

Titre Original : Angel III – The Final Chapter

De : Tom DeSimone

Avec Mitzi Kapture, Maud Adams, Kin Shriner, Richard Roundtree

Année : 1988

Pays : Etats-Unis

Genre : Policier

Résumé :

Après la mort de sa mère, Molly doit redevenir Angel pour sauver sa sœur.

Avis :

Durant les années 80, il y a un petit phénomène qui se passe au States, la sexploitation. Mot dérivé de sexe et exploitation, il s’agit de film qui mélange allègrement les deux genres pour pondre des œuvres hybrides dans le genre horreur, thriller, science-fiction et policier. Parmi les films qui ont le mieux marché, ou tout du moins, qui ont su tirer leur épingle du jeu, il y a la franchise Angel. Présentant le monde de la nuit comme un endroit dangereux, mais lumineux et porté par des personnalités attachantes, le premier va confronter la belle Angel à un tueur en série psychotique. Le film est bon et il va donner lieu à une suite. Cette fois-ci, Angel va devoir faire face à des mafieux qui en veulent à son quartier. Différent du premier, mais lui aussi réussi, il était presque logique de voir débouler un troisième opus. Mauvaise idée…

Changement de propriétaire

Si les deux premiers films étaient tenus par Robert Vincent O’Neil, il est complètement écarté de ce troisième métrage, aussi bien à l’écriture qu’à la réalisation. Et cela se sent. Cela se sent dans l’histoire, qui va délaisser le thriller pour plonger dans le policier de base. Ici, Molly fait des études pour devenir avocate et par un heureux hasard, elle retrouve sa mère. Cette dernière lui fait une révélation, Molly a une sœur, mais elle est en danger. Après cette déclaration, la mère de Molly est tuée. Afin de mener l’enquête, Molly redevient Angel pour explorer le monde de la nuit et sauver sa sœur d’un marché sexuel dégradant. Fini les tueurs en série et les mafieux qui règlent leur compte à coups de canon scié, ce troisième opus es tune enquête pure et dure, et une infiltration dans le monde du porno et ses dérives.

Et si le film se veut sulfureux, il n’en sera rien. Il ne suffit pas de montrer des paires de nichons à tire larigot pour susciter une étincelle pornographique. Le film délaisse beaucoup de choses des deux premiers opus, à commencer par un monde de la nuit quasi inexistant, ou qui a bien changé. Angel ne retrouve plus ses anciens amis et elle va être chahutée par d’autres prostituées ou encore un mac menaçant. On va avoir droit à une image d’Epinal sur ce monde de la nuit, à savoir dangereux, mal famé et sans espoir. L’aspect lumineux disparait au profit d’une amitié bancale et d’une romance dont on se serait bien passé. En effet, Molly va se trouver un petit copain jaloux, mais qui va l’aider dans son entreprise. De plus, elle renouera des liens avec le punk à paillettes du deuxième film, mais ce dernier a bien changé.

Sale ambiance

Là où on retrouvait des personnages singuliers avec un univers particulier (la doublure de western, la lesbienne juive, le clown au cœur tendre ou encore le punk à paillettes), dans ce troisième opus, on restera très terre à terre. D’ailleurs, l’un des personnages les plus colorés va devenir ici un clown triste, démontrant que le monde change et que le quartier est devenu autre chose. Cependant, si l’idée est très bonne de montrer l’évolution d’un lieu, ce sera très fugace dans ce métrage. On restera dans quelque chose de très binaire, avec quelques séquences gratuites qui n’auront aucune incidence sur l’intrigue, comme ce passage avec ce mac virulent qui va se faire avoir par Angel. Il manque vraiment l’ambiance chaleureuse des deux premiers films, et l’aspect crapoteux est ici bien plus présent. Les filles sont constamment à poil et le monde du porno est glauque.

C’est bien simple, toutes les nanas sont des ingénues qui bossent pour se payer des rêves qui seront brisés. Ils seront brisés par des mac peu scrupuleux, par des réalisateurs irrespectueux et par un trafic sexuel immoral mené de main de maître par une femme (russe) et un homme (arabe). Oui, le raccourci pour parler de racisme est très tentant, mais nous sommes dans les années 80, avec une certaine liberté d’expression, même nauséeuse. Mais si le film se veut dérangeant dans son fond, il ne suit pas vraiment avec sa réalisation. Le film ne maintient jamais son suspens, et surtout, il n’arrive pas à proposer quelque chose de chaud, de dangereux, de transpirant. Le film ne sent rien et ne fait rien ressentir car il ne pose jamais une ambiance malsaine, ou il ne va jamais au bout des choses. C’est un peu triste de voir cette dérive.

Mais qui êtes-vous ?

Et puis il manque aussi au film un rythme un peu plus soutenu. C’est le plus long de la trilogie, et c’est pourtant celui où les relations sont les plus factices et inintéressantes. Un monteur tombe amoureux de Molly, mais ce quidam n’a pas vraiment de background ni d’intérêt. La grande méchante, jouée par Maud Adams, passe son temps assise à fumer des clopes et ne sera pas une réelle menace. Quant à Shahib, le deuxième grand méchant, il bénéficie d’un final démesuré alors qu’il est négligé tout le long du métrage. Il y a un problème d’équilibre et de présentation des personnages. Tout comme il y a un problème de tonalité, les phases d’humour étant lourdingues et ne faisant pas avancer l’intrigue. Enfin, l’actrice principale change encore, puisque c’est Mitzi Kapture qui reprend le rôle de Molly et ce changement d’actrice devient pénible…

Au final, Angel III le Chapitre Final est une amère déception au sein de cette trilogie. Si les deux premiers films sont vraiment bons, ce troisième opus se veut plus sulfureux mais il n’y parvient jamais. Entre une réalisation trop classique, une atmosphère trop lisse, des éléments un peu racistes et misogynes, et un humour qui ne fonctionne jamais, on ne peut qu’être déçu par la piètre qualité de ce film. C’est d’ailleurs dommage de terminer la franchise comme cela, après un démarrage tonitruant et deux premiers films forts plaisants. Il parait qu’il existe un quatrième film, Angel 4 Undercover, mais il fut un énorme échec commercial et reste inédit chez nous…

Note : 07/20

Par AqME

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.