décembre 2, 2021

France Five

D’Après une Idée de : Alexandre Pilot et Grégoire Hellot

Avec Antoine Deschaumes, Thierry Durand, Albert Dumas, Jean Pétri, Catherine Fontaine

Pays : France

Nombre d’Episodes : 6

Genre : Action, Fantastique

Résumé :

Alors qu’il a déjà étendu sa domination sur tout l’univers, l’empire Lexos, gouverné par le malfaisant Glou Man Chou, ambitionne d’envahir la Terre. Mais cet abominable projet est contré par la tour Eiffel, « puissant totem d’exorcisme, créé par le visionnaire Gustave Eiffel, destiné à protéger la Terre des invasions extra-terrestres ». Ce totem interdit à l’empire Lexos d’envoyer plus d’un monstre à la fois sur Terre. Ainsi, chaque fois qu’un monstre est envoyé sur Terre, il est arrêté par cinq héros courageux, les France Five.

Ces derniers seront ensuite rejoints par un énigmatique combattant répondant au nom de « Silver Mousquetaire ».

Les France Five peuvent également compter sur le soutien du Professeur Aristide Burgonde ainsi que Margarine, son assistante robotique.

Avis :

Alex Pilot est un nom qui comme ça, ne me disait rien. Du coup, après avoir vu les six épisodes qui composent la première saison de « France Five« , je suis parti voir qui était l’homme qui se cachait derrière le délire. Journaliste, showrunner et réalisateur, Alex Pilot est un touche à tout qui commence sa carrière très jeune, à l’âge de vingt ans, où il réalise la série « Bitoman » . En parallèle de ça, Alex Pilot écrit pour des magazines comme Animeland. En 1998, il devient journaliste et fait de nombreux reportages sur le Japon, pays qui le passionne depuis toujours.

Au rayon des objets improbables et délirants, aujourd’hui, on fait un arrêt sur « France Five« , une série en six épisodes qui rend hommage au sentai tout en le pastichant. Projet amateur diffusé sur Game One, puis la chaîne Nolife, « France Five« , c’est ce moment improbable où une équipe de Français se sont amusés à faire un « Power Rangers« , avec la particularité d’y injecter toute une culture française dedans. Si le projet a connu ses petits moments chez nous, il faut souligner qu’il s’est constitué une sacrée fan base au Japon, allant jusqu’à la création d’un fan-club.

Projet assez dingue, « France Five » est une série qui laisse perplexe au départ, mais qui, à force d’une certaine passion communicative, finit par amuser, convaincre, et même étonner avec son final, fait à partir de bout de ficelle et qui a le mérite d’avoir de l’ambition et une certaine démesure.

La Terre est la proie de beaucoup de convoitise, or, pour la protéger d’envahisseurs extraterrestres et autres ennemis, Gustave Eiffel a construit à l’intérieur de sa célèbre tour Eiffel un émetteur qui développe un champ de protection autour de la planète. Ce puissant champ n’a qu’un défaut, il permet à un monstre à la fois d’arriver sur Terre. Mais à chaque fois qu’un monstre arrive sur la planète, il se trouve nez à nez avec les France Five, défenseurs de la liberté, qui sont aidés par le Professeur Aristide Burgonde.

Qui a dit qu’en France on n’avait pas d’ambition ? Qui a dit qu’en France, on ne visait pas très haut ? Et enfin, qui a dit qu’en France, on avait tendance à se prendre bien trop au sérieux ?

Pour dire le contraire de tout ça, fait avec les moyens du bord, beaucoup de passion et surtout une bonne dose de second degré, voici « France Five« , une petite série aussi folle qu’improbable et fun. Imaginez un petit peu, des mecs fans de sentai se sont alors dits qu’ils allaient faire le leur, tout en parodiant quelque peu le genre. Ce petit délire, qui s’annonçait comme une blague entre potes, a réussi à trouver son public et ainsi, entre diffusion télé, sortie DVD, la plus belle des surprises aura été la reconnaissance du public japonais, qui s’est totalement pris d’affection pour ces « Power Rangers » à la française.

« France Five« , c’est tout d’abord un scénario qui est bourré d’idées. C’est vrai qu’on y trouve de tout dans ces six épisodes. Il y a du bon et du mauvais, il y a à boire et à manger, des facilités, du cliché et en même temps une certaine ambition, qui fait que si l’on avait commencé la série comme une bonne blague, finalement, on se laisse prendre au jeu et Alex Pilot et ses potes arrivent même à nous surprendre avec ces derniers épisodes, où invasion extraterrestre, dilemmes et fights à grand coup de robot en mousse, développent un certain charme. « France Five« , si l’on passe au-dessus des incohérences de son scénario, qui fait que pour l’exemple, on passe d’une rue de Paris à une clairière, histoire de se fighter dans les règles de l’art du sentai, il y a quelque chose d’artisanal dans tout ça, qui fait que le show se laisse apprécier.

Toujours du côté de ce scénario, on appréciera l’humour et le second degré qui font que « France Five » arrive à mélanger le sentai et la culture française. Ainsi, pour notre plus grand plaisir et notre plus grand étonnement, les France Five se nomment Red Fromage, Black Beaujolais, Bleu Accordéon, Pink à la mode, ou encore Yellow Baguette… Tout un programme qui a tendance à titiller nos zygomatiques, tout comme l’arrivée des héros dans une 2CV… Alex Pilot s’est éclaté à caricaturer les cultures.

Après, tout n’est pas bon non plus et la série a parfois un humour qui tombe à plat, où elle fait trop dans la caricature et le pastiche, puis les comédiens ne sont clairement pas bons dans l’ensemble, mais le tout reste bon enfant et on y trouve de quoi s’amuser très largement.

Ce sentiment de partage, de délire, d’étonnement, de kitschouille et d’ambition, on le retrouve aussi et surtout dans la mise en scène qui prend clairement de l’ampleur au fur et à mesure que les épisodes avancent. On sent vraiment une évolution, presque comme un apprentissage au fil des épisodes. Si le premier est assez mauvais, le final fait preuve de beaucoup d’idées bien employées, et au-delà de ça, la série, faite avec des bouts de ficelle, force une certaine admiration avec cette petite démesure qui est touchante et plaisante. Avec pas grand-chose, Alex Pilot et ses potes ont réussi à offrir un petit spectacle.

« France Five » est donc une petite curiosité, doublée d’un sacré délire. Sur un format de six épisodes d’une demi-heure chacun, Alex Pilot livre une série souvent kitschouille, imparfaite, pas très bien tenue et qui sent l’amateurisme, et pourtant, malgré tout cela, « France Five » est plaisante et amusante. C’est une série qui a de l’ambition et qui arrive à faire qu’on se laisse prendre au jeu. Elle ne restera pas dans les annales, ou alors elle y restera pour l’anecdote, des Français qui ont eu l’idée de parodier du « Power Rangers » … L’anecdote est là et rien que pour ça, je ne regrette pas de m’y être arrêté.

Note : 10/20

Par Cinéted

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.