novembre 29, 2021

Indignation

De : James Schamus

Avec Logan Lerman, Sarah Gadon, Tracy Letts, Ben Rosenfield

Année : 2016

Pays : Etats-Unis, Chine

Genre : Drame

Résumé :

En 1951, Marcus quitte son New Jersey natal pour aller étudier dans une université conservatrice de l’Ohio, où il fait face à la répression sexuelle et l’antisémitisme.

Avis :

Producteur et scénariste américain, James Schamus a une jolie carrière dans l’ombre du cinéma. S’il produit beaucoup, son plus beau fait d’armes, c’est sa collaboration, notamment en tant que scénariste, sur les films du taïwanais Ang Lee. Depuis le début des années 90, James Schamus collabore sur tous les films de Lee, ce qui l’amènera jusqu’aux Oscar par deux fois. Une fois en 1996 avec « Raison et sentiments« , Oscar du meilleur scénario donc, et une autre fois en 2000 avec « Tigre et Dragon« .

Sa collaboration avec Ang Lee s’arrête en 2009 avec « Hôtel Woodstock » et si James Schamus continue de produire, il va aussi présenter sa première réalisation. « Indignation » est un film qui est directement sorti en DVD chez nous. Adapté d’un roman de Philip Roth, sur le papier, ce premier film de James Schamus s’annonçait alléchant et s’il faut lui laisser le fait que sur certaines scènes, le réalisateur fait des merveilles, sur l’ensemble de son film, « Indignation » se révèle être un drame longuet, maladroit, poussif et assez peu attachant finalement. Malgré de bons comédiens et une belle reconstitution de l’époque, on reste en dehors de cette histoire, ce qui est vraiment dommage.

1951, Marcus, dix-sept ans, quitte le foyer familial pour aller étudier dans une université conservatrice située dans l’Ohio. D’origine juive, Marcus est athée et il compte bien se consacrer entièrement à ses études. Sur place, rien ne va se passer comme il l’avait imaginé, entre l’obligation d’une éducation chrétienne, et Olivia Hutton, une étudiante qui le fascine et avec qui il va entretenir une liaison qui va le bouleverser.

Une déception, une belle et surtout longue déception que cet « Indignation« . Sur le papier, le film avait bien des arguments pour être intéressant, et même plus, mais à l’écran, l’histoire est tout autre. Dans son synopsis, il est mentionné que le jeune héros allait faire face à l’antisémitisme, dû à ses origines et avec ce synopsis, sur dans ces années-là, on pouvait alors imaginer un film où l’Amérique ferait face à ses démons ou encore un film qui explorerait la souffrance de l’après-guerre, pas si éloignée que ça. Mais le film ne fera mention de rien de tout cela. Non, « Indignation« , c’est l’histoire d’un jeune homme qui est partagé entre ses études, une jeune étudiante pour laquelle il a le béguin, et quelques confrontations avec le doyen de l’université. Autant dire pas grand-chose d’incroyable et d’excitant.

Et ce constat est vraiment dommage, car le film de James Schamus commençait très bien. Les vingt premières minutes sont une belle exposition, entre le poids de la guerre du Vietnam, les mœurs de l’époque et cette envie de s’envoler, « Indignation » s’ouvrait parfaitement. Malheureusement pour nous, comme pour le film, le tout tombe à plat une fois que notre jeune étudiant entre à l’université. Bien sûr, tout ne sera pas mauvais, ou chiant, le film fera même quelques merveilles, avec comme point d’orgue, deux scènes assez longues et passionnantes de confrontations entre l’étudiant et le doyen. Deux scènes où le talent de Logan Lerman éclate, ce qui est très bien, car l’acteur est bien souvent sous-estimé et relayé au beau gosse qui plaît aux adolescentes. Bref, mais hormis ces deux-là et quelques petits détails, « Indignation » est bien peu palpitant.

Traînant en longueur, présentant des personnages assez agaçants, voire même assez incompréhensibles, l’histoire qu’essaie de nous raconter James Schamus a bien du mal à prendre. On sent que le réalisateur y met beaucoup, il y a une élégance dans sa mise en scène. Il réussit à capturer de l’intime et de bonnes réflexions. Tout comme il offre une très belle reconstitution de ces années-là, que ce soit dans le New Jersey, dans l’université ou encore sur les champs de batailles. Mais malgré tout ça, on reste constamment dans l’attente qu’un élément nous emporte enfin. Or, malgré les instants plus forts que d’autres, malgré l’élégance de la mise en scène, et malgré les très bons comédiens, rien n’y fera et cette heure quarante que dure le film devient longue.

Ce premier film pour James Schamus est donc une déception. Il y avait vraiment de quoi faire, mais le réalisateur n’arrive jamais à faire décoller l’ensemble. « Indignation » traîne en longueur, appuie sur certains événements alors que ce n’est pas forcément nécessaire, laisse de côté des événements qui auraient dû avoir un peu plus de regard et l’on se retrouve comme pris au piège devant cette histoire qui hésite entre ses sujets. Comme quoi, on peut être un grand scénariste et ne pas vraiment réussir à raconter une histoire. Bref, c’est vraiment dommage.

Note : 07/20

Par Cinéted

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.