octobre 18, 2021

Romeo is Bleeding

De : Peter Medak

Avec Gary Oldman, Juliette Lewis, Lena Olin, Roy Scheider

Année: 1994

Pays: Angleterre, Etats-Unis

Genre: Thriller

Résumé:

Jack Grimaldi, flic corrompu, tombe dans les filets de Mona DeMarkov, un des pontes de la mafia, qui l’entraine dans une course sordide et infernale ou se mêlent sexe, violence et perversion.

Avis:

Réalisateur hongrois, Peter Medak a fui la Hongrie dans les années 50 et s’est installé en Grande-Bretagne. Il commence à réaliser vers le milieu des années 60, principalement pour la télévision. Pour trouver le succès, il lui faudra attendre les années 80 et 90, avec notamment « L’enfant du diable« , « Romeo is bleeding » ou encore la suite de « La mutante« . Toujours en activité, Peter Medak réalise aujourd’hui à la télévision américaine. On a pu voir son nom dernièrement sur des séries comme « Breaking Bad« , « Hand of God« , ou « Hannibal« .

Sorti en 1994, « Romeo is bleeding » est un film qui peut très aisément se vanter d’être l’un des meilleurs de son réalisateur, si ce n’est même le meilleur. Douzième film de Peter Medak, « Romeo is bleeding » est un film qui oscille entre polar, drame et policier de manière assez terrible. Prenant, sombre, jouissant d’une ambiance incroyable, Peter Medak livre une petite merveille qui m’a tout simplement collée à mon canapé de bout en bout. Puissante séance de cinéma, je suis ressorti de « Romeo is bleeding » avec un nouveau standard dans le panthéon de mes films préférés !

Jack Grimaldi est un policier corrompu qui mène un double jeu. Un jour, il tombe dans les filets de Mona DeMarkov, une femme que la mafia veut éliminer. Pour la mafia, Jack révèle l’hôtel dans lequel elle est logée, mais quand les tueurs sont arrivés sur place, Mona n’était plus là. Dès lors, le parrain de la mafia impose à Jack de tuer Mona pour se rattraper. Commence alors pour le flic un engrenage qui va abîmer sa vie et la changer à tout jamais.

« Romeo is bleeding« , c’est le genre de film qui nous attrape avec son ambiance. Dès les premiers instants, dès l’ouverture de cette porte, avec ce temps qui s’arrête, et cette voix off qui s’invite pour nous raconter cette descente en enfer, « Romeo is bleeding » dégage quelque chose que peu de films ont.

Passionnant, intriguant, prenant, si l’on devait comparer, alors il serait facile de dire qu’on est baladé comme le personnage de Jack face à Mona. Peter Madek fait de nous ce qu’il veut, il nous emmène où il veut et l’on adore se laisser embarquer dans cette histoire.

« Romeo is bleeding« , c’est un scénario qui est une petite merveille à lui tout seul. « Romeo is bleeding« , c’est un film noir, qui ne va faire que surprendre à chacun de ses retournements, à chacun de ses actes. Peter Medak ne fait pas dans la facilité, et pour cette histoire, il fait des choix étonnants, et c’est ce qui sort « Romeo is bleeding » du lot. De plus, derrière ces histoires de corruption et de manipulation, ces histoires d’affrontements avec la mafia, « Romeo is bleeding » est un film très touchant, de par tous les regrets que porte son personnage. En fait, derrière tout le coté mafieux, le côté film policier, « Romeo is bleeding » est une histoire d’amour, une triste histoire d’amour, dont le film reste marqué à jamais.

« Romeo is bleeding« , c’est aussi un scénario qui nous offre des personnages loin de ce qu’on peut avoir l’habitude de voir dans ce genre de film. Ainsi, que ce soit le chef mafieux parfaitement campé par Roy Scheider, que ce soit la mafieuse en cavale tenue de manière folle par une immense Lena Olin qui pourrait être le diable en personne. Que ce soit les personnages d’Annabelle Sciorra, Juliette Lewis, ou encore, et bien sûr, Gary Oldman en flic pourri qui prend la dimension de ses actes, avec ce revers de médaille qui lui coutera très cher, franchement, tous ces personnages sont excellents, intéressants et on a envie de tous les suivre jusqu’au bout. De plus, dans divers rôles, Peter Medak a réuni un casting de tête qu’on adore, Michael Wincott, James Cromwell, Dennis Farina, Will Patton, et même Ron Perlman seront de la partie.

Si le scénario est donc génial et passionnant, « Romeo is bleeding« , c’est aussi un film qui jouit d’une mise en scène incroyable. Parcouru de scènes folles, d’idées merveilleuses, qui vont donner naissance à des moments de cinéma marquants, l’ouverture, les séductions de Lena Olin, une échappée en voiture, un meurtre, une discussion près d’une piscine, un enterrement, une vengeance, et puis ce final qui nous serre la gorge. Bref, il y a tellement de scènes incroyables qui parcourent ce film, franchement, Peter Medak fait très fort. De plus, Peter Medak n’a pas peur de livrer un film sans concession. Un film qui ose être, quand il le faut, violent, érotique ou dérangeant. Franchement, ça change des polars lisses qu’on trouve ces dernières années. Puis enfin, « Romeo is bleeding » est un film qui est accompagné par une BO extraordinaire signée Mark Isham. Jouant avec le code du cinéma noir des années 50, le compositeur pose une ambiance jazzy incroyable, envoûtante et intrigante. D’ailleurs, la BO peut très bien s’écouter seule, tant elle est belle.

« Romeo is bleeding » fut une superbe découverte, et une séance de cinéma folle et passionnante. Parfait polar, Peter Medak livre un film puissant, qui n’a absolument pas pris une ride. Une ambiance prenante, une mise en scène incroyable, une BO qui est petit chef-d’œuvre de jazz, et des acteurs complétement passionnés et passionnants tenant des personnages inoubliables, puis ce final grandiose. Bref, à peu de chose près, « Romeo is bleeding » est de ces films qu’on a envie de qualifier de parfait !

Note : 18/20

Par Cinéted

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.