décembre 9, 2021

Nymphomaniac Volume 1

457215.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

De : Lars Von Trier

Avec Charlotte Gainsbourg, Stellan Skarsgard, Stacy Martin, Shia LaBeouf

Année: 2013

Pays: Danemark, Allemagne, France, Belgique

Genre : Erotique, Drame

Résumé :

La folle et poétique histoire du parcours érotique d’une femme, de sa naissance jusqu’à l’âge de 50 ans, racontée par le personnage principal, Joe, qui s’est auto-diagnostiquée nymphomane. Par une froide soirée d’hiver, le vieux et charmant célibataire Seligman découvre Joe dans une ruelle, rouée de coups. Après l’avoir ramenée chez lui, il soigne ses blessures et l’interroge sur sa vie. Seligman écoute intensément Joe lui raconter en huit chapitres successifs le récit de sa vie aux multiples ramifications et facettes, riche en associations et en incidents de parcours.

Avis :

Lars Von Trier est connu pour des films qui ne font pas dans la dentelle.

Des œuvres comme « Antichrist« , « Les Idiots« , « Dancer in the Dark » ou bien « Melancholia » ont créé des discordes. Au fur et à mesure de sa carrière, il a fait rimer les mots polémiques et succès la plupart du temps.

Mais je crois qu’aucun n’a fait autant couler d’encre que son dernier en date « Nymphomaniac« . Vendu comme un porno avec des stars, le réalisateur a créé le mystère en nous dévoilant pendants ces dernières mois des extraits de son film (Peut-être un peu trop). Alors, choquant ou non ? La polémique a-t-elle eu raison d’en faire autant ?

Maintenant que je l’ai vu, j’ai envie de dire tout ce tapage pour ça ??? Bon je sais que le film a subi les foudres de la censure, que le film au départ n’est pas en deux parties, mais bien un seul et unique film qui devait durer au total 5H30. Coupé en deux parties, les deux films ne feront en tout qu’un peu moins de 4H, il faudra attendre sa sortie en DVD pour voir le film dans son intégralité avec l’heure et demie qui a été coupée.

article_189e9610ff480f4bb887d3781047e97be2a06d9c

Cette version cinéma est donc très soft, je peux même dire à titre d’exemple que j’ai trouvé le « Shame » de Steve McQueen beaucoup plus hard et dur. Le film de Lars Von Trier est sensible et l’on suit les confessions d’une nymphomane avec beaucoup de tendresse et de respect en fait et je suis très surpris.

Un soir d’hiver, Seligman sort pour faire quelques courses à l’épicerie du coin. En rentrant il trouve étendue par terre, le visage ensanglanté, une femme, la quarantaine. Elle s’appelle Joe. Seligman lui propose son aide et l’invite chez lui pour qu’elle puisse se soigner et se réchauffer devant un bon thé chaud.

Seligman veut savoir ce qui s’est passé, pour peut-être aider Joe. Peu à peu une relation de confiance s’installe entre eux et Joe va alors se livrer sur sa vie, son passé et son vécu. Joe se dit être une mauvaise personne parce qu’elle est nymphomane, elle va donc essayer d’expliquer à Seligman, pourquoi elle est comme ça et comment elle en est arrivée là ?

Affiches explicites, teasers subjectifs, une bande-annonce glauque, un réalisateur sulfureux et puis surtout ce mot qui revient tout le temps dans la bouche de beaucoup. Porno, porno, porno porno sans même l’avoir vu…. Je trouve que la publicité autour de ce film pour faire le buzz a du coup beaucoup nui au film qui est complètement différent de ce qu’il vend (reste à savoir que j’ai vu la version censurée). Mais bon bref passons au film.

Difficile de faire un texte sur ce film tant il nous manque des parties du film. Cette critique se basera donc sur cette version en salle sans tenir compte du fait qu’on aura le droit à une version longue.

Moi pour ma part, j’aime beaucoup de ce que fait Lars Von Trier et j’étais assez impatient de découvrir son nouveau film. A la vision de la bande-annonce, j’avais un peu peur de tomber dans un film très glauque, mais maintenant que je l’ai vu je peux le dire, le film de Von Trier est d’une grande tendresse.

Avec un sujet fort comme celui que Lars Von Trier a choisi et le talent du réalisateur on pouvait s’attendre à un bon film et c’est bien le cas. Ici, même si le sexe est cru et explicite à plusieurs moments, le réalisateur ne tombe pas dans l’outrance et se sert du sexe à bonne escient. A chaque fois qu’il y a une scène, elle a un but et apporte quelque chose de précis à l’histoire.

Le film suit donc le récit d’une femme. Une femme blessée et torturée et qui aime ça. Une femme qui va se livrer à un homme dans une belle confession, les dialogues de ce film sont tout simplement remarquables. J’ai trouvé que le film était très beau, simple et complexe en même temps. Lars Von Trier fait une belle descente dans la vie de cette femme et commence à y dresser un très beau portrait, vrai, réaliste et sincère, sans superflu et sans abuser de son sujet.

J’ai trouvé que le réalisateur abordait les débuts de la sexualité de cette femme avec beaucoup de pudeur et de respect, même si on y voit deux ou trois actes sexuels qu’on sait non simulés. Le film est peut-être un peu long de temps en temps, j’y ai vu quelques longueurs, mais rien de bien méchant, comparé à la qualité scénaristique du film.

La mise en abime du réalisateur est surprenante. Avec un sujet aussi sombre, j’ai trouvé que le réalisateur arrivait à faire un film incroyable, lumineux et très loin de toute vulgarité. Le film varie en permanence. Lars Von Trier sait filmer, ça on le sait et il nous a encore réservé un film magnifique visuellement avec des séquences superbes. Lars Von Trier assure derrière sa caméra, plusieurs scènes sont fascinantes dans leur construction, dans le choix de la photographie. Il y a toute une séquence en noir et blanc qui est une merveille à elle toute seule.

Ce film est très surprenant aussi dans le choix de son casting. Si on retrouve les fidèles de Von Trier, comme Charlotte Gainsbourg (Superbe), Stellan Skarsgård (Excellent comme toujours), il y a aussi les petits nouveaux qui font leurs premiers pas dans l’univers du réalisateur. Stacy Martin porte une moitié de film sur ses épaules et la jeune actrice est tout simplement épatante. L’actrice est très vraie, on sent qu’elle s’investit beaucoup dans le personnage. Je l’ai trouvé touchante et juste. En plus, pour un premier film ce n’est pas un rôle facile, c’est donc un nom à suivre, je crois qu’on redevrait entendre parler de cette jeune actrice. Shia « Transformer » LaBeouf m’a beaucoup surpris. Depuis que l’acteur a envoyé balader les studios qui ont fait sa « gloire », je trouve qu’il choisit un parcours très intéressant et se révèle bien mieux que dans ses précédents films. Ici, il est parfait dans le rôle de Jérôme. Je l’ai trouvé drôle et attachant, son jeu est très naturel, même dans les scènes de sexe qui sont « tendres » et simples, c’est vraiment une excellente surprise. Je retiens aussi l’excellente interprétation de Uma Thurman qui en l’espace d’une fabuleuse séquence nous fait oublier la pub Schweppes, où elle jouait comme une patate. Ça fait plaisir de retrouve l’actrice au top, espérons que ce petit rôle la refasse de nouveaux tourner comme à l’époque de « Bienvenue à Gattaca« , ou bien « Kill Bill« . Le réalisateur fait revivre aussi Christian Slater qui n’a pas été aussi bon depuis un bail.

nymphomaniac604-tt-width-604-height-410

Une telle œuvre divisera quand même. Il est clair que ce genre de film ne peut pas plaire à tout le monde. Mais malgré les quelques petites longueurs, j’ai trouvé le film vraiment très bien. Simple, sans voyeurisme ce qui aurait pu être facile vu le point de vue et la tournure qu’a voulu prendre le réalisateur. Lars Von Trier est un réalisateur qui ne fait pas de concession et je trouve que son « Nymphomaniac » qui aurait très bien pu s’appeller « Confession d’une nymphomane« , s’inscrit parfaitement dans sa filmographie. C’est donc un film tout ce qu’il y a de plus Von Trierien !!!

Moi j’ai très très hâte de voir la suite de cette séance de psychanalyse qui sort dans trois semaines.

A découvrir en sachant quand même là où l’on met les pieds.

Note : 15/20

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=V5YekQnGSIs[/youtube]

Par Cinéted

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.