février 9, 2023

Gazon Maudit

De : Josiane Balasko

Avec Alain Chabat, Victoria Abril, Josiane Balasko, Ticky Holgado

Année : 1995

Pays : France

Genre : Comédie

Résumé :

Laurent et Loli forment un couple heureux qui vit bourgeoisement dans une petite ville du Sud. Mais un jour Marijo tombe en panne avec son camping-car, juste devant leur maison. Laurent et Marijo n’ont qu’un point en commun : ils aiment tous les deux les femmes.

Avis :

Dans la troupe du Splendide, aujourd’hui, je tire la carte, Josiane Balasko. Comédienne que j’aime énormément, Josiane Balasko est aussi une réalisatrice qui s’est aventurée plusieurs fois entre la comédie et le drame et elle nous a offert de jolis moments de cinéma. Que ce soit avec des films comme « Ma vie est un enfer« , « Un grand cri d’amour« , « Les Keufs » ou « Cliente« , Josiane Balasko a su faire preuve de drôlerie, de sensibilité, d’engagement, et au-delà de ça, elle a su prouver qu’elle est une bonne réalisatrice et parmi toute sa filmographie, s’il y a bien un film qui ressort, et qui dans un sens réunit tout ce qui est décrit plus haut, c’est bien « Gazon Maudit« .

Plus gros succès de la réalisatrice Balasko avec presque quatre millions d’entrées, « Gazon Maudit« , avec les années, s’est vu poser comme un film culte. Adolescent, j’adorais ce film, et après avoir passé près de quinze ans peut-être sans le revoir, je me suis laissé tenter avec une certaine appréhension, car était-il toujours aussi drôle que dans mes souvenirs ? Eh bien non seulement il est resté intact, mais en plus de ça, il se pose peut-être comme le film le plus ambitieux de sa réalisatrice. Et oui, si l’homosexualité masculine, on commence à en avoir l’habitude au cinéma, et même à l’époque, l’amour entre deux femmes et le pari de faire un film qui aborderait ce sujet-là n’est pas chose facile et force est de constater qu’entre comédie et un brin de sérieux, Josiane Balasko s’en sort à merveille.

Laurent et Loli forment un couple parfait. Or, ça, ce sont les apparences, car ce que Loli ne sait pas, c’est que Laurent a la fâcheuse tendance à se taper tout ce qui bouge. Un jour, Loli fait la rencontre de Marie-Jo, la quarantaine et lesbienne. Marie-Jo est tombée en panne devant chez Loli et elle est venue lui demander de l’eau. Le courant passe très bien entre les deux femmes, certains diraient même trop bien, et ce, trop bien, Laurent va le découvrir au gré d’une soirée et dès lors, la vie de ces trois personnes va en être chamboulée…

Quatrième long-métrage de Josiane Balasko, « Gazon maudit » était et reste un film qui a de l’audace, puisque la réalisatrice a décidé de s’arrêter sur un sujet dont on parle peu, et au-delà de ça, elle a décidé de faire un film qui parle d’amour assez simplement et normalement (même avec un triangle amoureux) et c’est peut-être ça qui est le plus chouette avec « Gazon maudit« .

Écrit en partie par Balasko, « Gazon maudit » est une redoutable comédie qui réussit tout ce qu’elle entreprend. Drôle et touchant, rythmé, pêchu, bourré de répliques et scènes qui étaient amenées à devenir cultes, le film reste aussi très intéressant de par ce qu’il dit de l’amour, des concessions qu’on est capable de faire par amour. Josiane Balasko aborde le couple, la routine, les espoirs, les désillusions et le temps qui passe. La réalisatrice tient même de très jolies scènes, avec ce qu’il faut de regrets, de remords ou de prises de conscience pour que son film soit aussi touchant qu’il est capable d’être drôle. Bien entendu, l’homosexualité est de la partie, et le fait de parler d’amour entre femmes est assez audacieux et on l’appréciera que Josiane Balasko arrive très simplement à jouer avec les clichés qu’on imagine, tout en donnant suffisamment de fond à son film, pour mettre en avant certains sujets, comme par exemple, le regard de l’homosexualité dans les provinces à cette époque-là. Ou encore l’homophobie ordinaire, celle qui est si « normale », qu’on ne se rend même pas compte qu’elle est de l’homophobie et en ce sens, l’évolution du personnage de Laurent, type plein de préjugés, est vraiment intéressante, tout étant drôle. Balasko a parfaitement su jouer les équilibristes et avec ce film, elle démontre qu’on peut faire de la comédie populaire et intelligente à la fois, ce qui n’est clairement pas donné à tout le monde.

« Gazon Maudit« , c’est aussi un petit festival de gags et de moments incongrus, qui sont menés avec rythme et un super sens de la comédie. Josiane Balasko oscille entre la drôlerie et des moments plus forts, et elle fait de son film une jolie comédie humaine. Une comédie qui est capable de nous faire rire aux éclats et nous toucher quand elle se fait plus sérieuse.

Puis ce qui fait qu’on passe un bon moment aussi, c’est le talent de direction d’acteurs de Josiane Balasko qui arrive à nous livrer un Alain Chabat et une Victoria Abril débridés et tordants surtout quand ils s’engueulent. Notons aussi Josiane Balasko qui est excellentissime devant la caméra en camionneuse qui n’a clairement pas la langue de sa poche.

Original donc, audacieux, rudement mené, que ce soit dans son écriture, sa réalisation ou encore avec ses acteurs, aussi tordants que sensibles, tenant un vrai fond et de jolis reliefs, « Gazon maudit » mérite clairement son statut de film culte et au-delà de ça, vingt-cinq ans après sa naissance, il n’a rien perdu de sa superbe et j’ai été ravi de m’y être arrêté de nouveau.

Note : 15/20

Par Cinéted

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.